Voyage en Tanzanie - août 2019

Taxonomie, éthologie... Voici le lieu de vos échanges animaliers !

Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar snockot » Jeudi 29 Août 2019 22:56

Bonsoir, au début de ce mois d’août 2019, j'ai eu la chance de partir en lune de miel en Tanzanie pendant 8 jours. J'y ai séjourné dans deux endroits : sur l'île de Zanzibar, la plupart du temps, ainsi que dans le parc de Selous, dans le Sud-Est du pays. C'était un rêve de gamin que de partir faire un safari dans pays d'Afrique de l'Est, voir enfin en "liberté" les animaux que je voyais depuis tout petit à la télé, dans les zoos etc. J'ai tenté de prendre le maximum de photos, mais faute d'objectif adapté (plus tellement d'argent après le mariage...), il n'a pas été possible de prendre en gros plan tous les animaux rencontrés...
Bien qu'il soit, évidemment, compliqué de rendre à l'écrit ce que j'y ai vécu, je vais tenter de vous faire part de mes expériences, ainsi que des espèces rencontrées. Je zappe évidemment toutes les activités annexes pour me concentrer sur les photos d'animaux.

Zanzibar

Nous sommes arrivés à l'aéroport de Stone Town, capitale de Zanzibar, le 7 août, très tôt le matin. En ville, les animaux croisés étaient des chats errants (en très grand nombre), des pigeons et des poules qui avaient tous un faciès assez différent de ceux qu'on trouve en France, ainsi que des corbeaux familiers (Corvus splendens).

Image
Chat

Image
Pigeons

Image
Poule

Image
Corbeaux familiers

Dans notre hôtel, situé à l'Est de l'île, il était fréquent de voir des tisserins, ainsi que des geckos des maisons (Hemidactylus mabouia) sur les murs des chambres.

Image
Image
Gecko des maisons

D'autres lézards étaient visibles sur les murs tels que les geckos nains à tête jaune (Lygodactylus picturatus), voir près (et dans !) la piscine, pour ce lézard que je n'ai pas encore réussi à identifier.

Image
Gecko nain à tête jaune

Image
Lézard inconnu

De nombreux papillons étaient visibles, si bien que des chenilles étaient parfois observées.

Image
Chenille inconnue.

Sur la plage, devant l'hôtel, différents animaux étaient observables en journée. J'ai croisé sur les rochers ce qui ressemblait fortement à un écureuil roux, ce qui n'est pas possible vu la localisation. Différents limicoles étaient régulièrement en alimentation sur la vase, ainsi que des crabes. Les premiers, que je pense être des crabes des mangroves (Scylla serrata) étaient plutôt proche des roches de corail, les autres, peut être des crabes violoniste (Uca...), à proximité des palétuviers.

Image
Image
Différents crabes croisés

Le soir, on voyait souvent des bernards l’hermites terrestres sur la terrasse, et on entendait les cris de galagos à queue touffue Otolemur crassicaudatus, qu'il était parfois possible de croiser (mais très difficile de les photographier...), à la lueur de la lampe torche d'un garde Maasaï . Des chauves souris de taille moyenne étaient aussi parfois visibles, mais je n'ai pas pu les identifier.

Image
Bernard l'hermite

Image
Image
Galago à queue touffue

Un matin, en allant à la plongée, assez tôt, nous avons croisé un macroscélide de Peters (Rhynchocyon petersi), qui traversait la route devant l'hôtel. Cela m'a fait sourire de voir un animal aussi rare en captivité en zoos européens, et assez apprécié par quelques uns sur ce forum, dans un contexte aussi banal qu'une sortie d'hôtel. Je n'ai malheureusement pas eu le temps de dégainer l'appareil photo.

Concernant la plongée, pas de photos non plus, et n'étant pas un grand spécialiste en poissons, je ne peux que vous énumérer quelques espèces (ou genres) que j'ai reconnu, ou qui ont été données par le guide : poissons clowns, poissons trompettes (2 espèces), poissons anges, chirurgiens, raie électrique, murène, et bien d'autres. A un moment, un groupe de dauphins, avec des jeunes, est passé à 2 mètres devant nous avant de plonger vers les profondeurs... Un grand moment ! Nous avons également pu croiser un serpent marin, mais après quelques recherches je n'ai pas trouvé d'espèce correspondante dans cette région. Peut être était-ce une murène appelée "serpent" par le guide. J'ai du écourter ma plongée, des vélelles sont venues s'enrouler autour de mon bras et de mon mollet, ce qui n'est pas dangereux, mais tout de même très douloureux...

Malgré la richesse faunistique et floristique de l'île, il n'y a qu'un parc national protégé : celui de Jozani. La forêt est composée en grande partie d'acajous et d'eucalyptus, tous plantés par l'Homme. Des roches de corail apparaissent un peu partout sur les chemins. Il y a également une partie de mangrove.

ImageImage
Image
Image
Image
Photos d'ambiance de la forêt et de la mangrove

Nous n'y avons croisé que peu d'espèces animales, par rapport à toute la faune abritée. Les premières étaient un genre d'araignées crabes.
Puis, très vite, nous avons croisés les deux espèces phares des lieux.
Les premiers à s'être montrés sont les cercopithèques à collier blanc (Cercopithecus mitis). Leur nom anglais est "Sykes's monkey", devenu "sexy monkey" dans la bouche du guide. Cela lui semblait logique car, d'après lui, ces singes restent en haut des arbres quand il y a des hommes, mais n'hésitent pas à descendre faire leurs curieux quand il n'y a que des femmes, "car ce sont des gros dragueurs"...

Image
Image
Cercopithèques à collier blanc

Mais ceux que tout le monde vient voir, ce sont les colobes roux de Zanzibar (Piliocolobus kirkii), une espèce endémique, en danger. Ceux-ci sont très habitués à la présence de l'Homme et ne font même pas attention aux touristes qui s'approchent parfois très très près pour prendre des photos... Les singes sont souvent sur le bord de la route, et des gardes patrouillent afin que personne ne prenne de photos sans être passé par la caisse au préalable !

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Colobes roux

Je regrette tout de même de ne pas y avoir croisé les damans des arbres !

Je terminerai plus tard mes aventures sur Zanzibar, ainsi que dans le parc de Selous.
snockot
 
Messages: 723
Enregistré le: Dimanche 17 Janvier 2016 13:21

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar Vinch » Jeudi 29 Août 2019 23:55

Ton lézard inconnu:
Image
Il s"agit d'un juvénile de scinque strié (Trachylepis striata).
Avatar de l’utilisateur
Vinch
 
Messages: 5149
Enregistré le: Jeudi 22 Octobre 2009 19:49

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar snockot » Vendredi 30 Août 2019 6:26

Merci beaucoup Vinch !
snockot
 
Messages: 723
Enregistré le: Dimanche 17 Janvier 2016 13:21

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar Philippe » Vendredi 30 Août 2019 8:34

Merci pour cette première partie du compte-rendu de ton voyage !
Philippe
 
Messages: 11094
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar abel » Vendredi 30 Août 2019 9:08

Merci pour ce début de compte-rendu de voyage ! Cela fait toujours rêver, et c'est très agréable de venir partager ce genre d'expériences sur le forum !
abel
 
Messages: 3539
Enregistré le: Lundi 02 Novembre 2015 18:47
Localisation: Tours/Rennes

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar didier » Vendredi 30 Août 2019 17:13

Merci pour ce début de compte-rendu, l'émotion suscitée par la rencontre avec les animaux dans leur milieu naturel est sans égal. :wink:
En France , la liberté d'expression est un principe intangible, c'est sur cette base que toute personne peut librement émettre une opinion, positive ou négative, sur un sujet mais aussi sur une personne physique ou morale, une institution .
didier
 
Messages: 14730
Enregistré le: Samedi 13 Août 2005 10:28
Localisation: charenton-le-pont

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar snockot » Samedi 31 Août 2019 0:30

Merci à tous pour vos retours !

Le dernier endroit que je vous présenterai à Zanzibar est une petite île nommée Prison Island. On y visite une ancienne prison construite à l'origine pour les esclaves (Zanzibar a été une plaque tournante de ce sinistre commerce), mais qui n'a jamais servi comme telle. Elle a cependant été utilisée comme zone de quarantaine pour les marchandises humaines...
Aujourd'hui, la prison est devenue un hôtel, et on y trouve des paons bleus (Pavo cristatus) en semi-liberté ainsi que des sunis (Neotragus moschatus), présentés par les locaux et les guides papiers comme des dik-diks. Ces derniers ont été introduits, en très petit nombre. Le guide nous a dit qu'il n'y en avait que 4, car ils étaient régulièrement mangés par le personnel de l'hôtel... Nous en avons cependant croisé 6.

Image
Paons bleus devant l'hôtel

Image
Image
Image
Sunis

L'autre particularité de cette île est d'abriter un sanctuaire pour des tortues géants des Seychelles (Aldabrachelys gigantea), introduites ici dans un but conservatoire. D'après ce que m'a dit le guide, il n'y a jamais eu d'apport de "sang neuf" depuis leur introduction il y a une centaine d'années. Certaines tortues sont présentées comme extrêmement âgées, la plus vieille ayant, d'après ce qui est dit, 194 ans. Leur âge est noté sur leur carapace et réactualisé tous les ans. Malgré la longévité exceptionnelle de ces tortues, je les soupçonne tout de même fortement de gonfler les chiffres pour les touristes... Toujours est-il que ces tortues, une bonne centaine d'adultes, se partagent un très grand territoire forestier, parfois accidenté, dont une partie seulement est accessible aux touristes via des chemins. Cependant les guides n'hésitent pas à nous en faire sortir pour aller voir d'autres tortues. Les sunis passent souvent dans l'enclos via des trous dans le grillage.

Image
Image
Enclos des tortues

Image
Image
Image
Tortues géantes des Seychelles

Il y a régulièrement de la reproduction. Les petits en sortie d’œuf sont logés dans une petite cabane assez glauque les premiers mois/premières années, avant d'intégrer un pré-parc assez petit jusqu'à leurs 10 ans. Elles partagent cet espace avec deux tortues léopards (Stigmochelys pardalis).

Image
Oeufs de tortues géantes

Image
Cabane des bébés tortues

Image
Jeune tortue géante et tortue léopard



Parc de Selous

Le parc de Selous est l'une des plus grandes réserves africaine. Il est accessible par Zanzibar via un petit avion pas très rassurant, en faisant un arrêt à Dar Es Salaam, la capitale de la Tanzanie. La durée totale du vol n'excède pas une heure.

Image
L'avion en question

Image
Image
Arrivée sur la réserve de Selous avec vue la rivière Rufigi

Image
Piste d'atterrissage en terre, avec un crâne de buffle pour nous accueillir...

Nous sommes arrivés en fin d'après midi et avons immédiatement pris une jeep pour nous rendre à la rivière Rufigi, afin de débuter notre court séjour par un safari en bateau. Sur la route nous avons croisé des phacochères (Phacochoerus africanus) et des babouins jaunes (Papio cynocephalus).

Image
Phacochère

Image
Babouins jaunes

Image
Les bateaux pour le safari rivière

La première espèce rencontrée est le guêpier à front blanc (Merops bullockoides). Cette colonie avait creusé de nombreux terriers au bord de la rivière. Il y avait une bonne vingtaine d'individus observables sur les branches à proximité, mais il y avait de nombreux allers retours. Leur nombre était donc certainement beaucoup plus important.

Image
Image
Image
Guêpiers à front blanc

Nous avons ensuite remonté le courant, et sommes assez vite tombés sur des colobes d'Angola (Colobus angolensis) ainsi que des vervets (Chlorocebus pygerythrus), dans des arbres en bordure de rivière. Un peu plus loin, un autre colobe s'abreuvait avant de s'enfuir en nous voyant.

Image
Image
Image
Colobes d'Angola

Sur les rives, nous avons pu voir d'autres espèces : des jeunes crocodiles du Nil (Crocodylus niloticus)...

Image
Image

Un varan du Nil (Varanus niloticus)...

Image

Un martin chasseur à tête brune (Halcyon albiventris)...

Image

Un martin pécheur huppé (Corythornis cristatus)

Image

Ou encore plusieurs babouins jaunes.

Image
Image
Image
Image

Mais le clou de la sortie a été de croiser à plusieurs reprises des hippopotames amphibies (Hippopotamus amphibius). Vu la dangerosité des animaux (et la taille de notre bateau...), nous étions toujours distant d'une vingtaine de mètres des hippos visibles, sauf à un moment où l'un d'entre eux a sorti sa tête à 2 mètres du bateau. Notre conducteur a redémarré immédiatement.

Image
Hippopotames amphibies

Nous avons tout de même accosté sur un banc de sable au milieu de la rivière, vierge d'hippopotames, afin d'admirer le coucher de Soleil. Ce moment a été propice à l'observation d'oiseaux à l'aide de mes jumelles, bien plus simple une fois le pied à terre que lorsque j'étais dans le bateau en mouvement... J'ai observé des ombrettes (Scopus umbretta), pélicans gris (Pelecanus rufescens), ibis hagedash (Bostrychia hagedash), œdicnèmes vermiculés (Burhinus vermiculatus), hérons goliaths (Ardea goliath), grandes aigrettes (Ardea alba), becs-ouverts africains (Anastomus lamelligerus), ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus), spatule africaine (Platalea alba), vanneaux du Sénégal (Vanellus senegallus), différents limicoles, des hirondelles, ainsi que des calaos d'assez grande taille (probablement des calaos à joues argentées (Bycanistes brevis) vu la localisation). J'ai certainement oublié quelques oiseaux, comme vous pouvez le voir cela faisait beaucoup en peu de temps...

Image
Image
Banc de sable avec quelques limicoles plus ou moins visibles

Image
Traces d'oiseaux

Image
Coucher de Soleil depuis le banc de sable

Après cette expérience marquante, nous nous sommes dirigés rapidement vers la jeep afin de rentrer à l'hôtel, à la nuit tombée. J'ai pu y observer des galagos à queue touffue, comme à Zanzibar, une ombrette, des nids de tisserins et des baobabs. D'après le personnel de l'hôtel, des babouins rôdent régulièrement dans les jardins de l'hôtel durant la journée, et il arrive que des éléphants y passent durant la nuit. Je n'ai vu ni les uns ni les autres.

Image
Nids de tisserins

Image
Jardin de l'hôtel

Le lendemain nous nous sommes levés assez tôt afin de partir à 7h, pour faire le safari en jeep pour la journée. Même avant de rentrer dans la réserve, nous avons une nouvelle fois croisé des phacochères (nous en avons vu un certain nombre ce jour là), des babouins jaunes, des pintades de Numidie (Numida meleagris) et des impalas (Aepyceros melampus)

Image
Pintades de Numidie

Image
Impalas au premier plan, babouins jaunes en arrière plan

Image
Entrée de la réserve

Une fois passées les portes, nous avons revus des babouins jaunes, vervets et impalas. Nous en verrons très régulièrement durant la journée.

Image
Babouins jaunes

Image
Image
Impalas

Peu de temps après, nous avons rencontré notre premier membre du big five : l'imposant buffle d'Afrique (Syncerus caffer). Il y avait deux mâles, proches de la route. Notre chauffeur nous a alors montré pour la première fois que les routes étaient plus des indications qu'autre chose en sortant pour s'approcher des animaux. Vu l'état des fossés entre la route et le reste de la réserve, ainsi que l'état de la jeep, nous avons également pu mesurer combien il avait confiance dans son véhicule, ainsi que sa maîtrise du sens de la gravité...

Image
Image
Buffles d'Afrique

Quelques minutes plus tard, changement de paysage. Les acacias sont plus nombreux, ce qui plait à l'une des figures emblématiques de l'Afrique : la girafe. Ici, ce sont des girafes masaï (Giraffa tippelskirchi) qui sont observables. De nombreux girafons accompagnaient les adultes.

Image
Image
Image
Image
Girafes masaïs

Cependant l'une des girafe a attiré mon attention : ses taches n'étaient, il me semble, pas les mêmes que les autres. Je pense à une autre espèce/sous-espèce, pourtant nous ne sommes pas sensés en croiser dans ce coin du pays.

Image

Plusieurs oiseaux vivaient à proximité, dont ce choucador :

Image

A peine remis de notre rencontre avec les girafes, que nous allons voir d'autres animaux stars : les éléphants des savanes d'Afrique (Loxodonta africana). Nous avons d'abord vu deux mâles, puis un peu plus loin une femelle accompagnée d'un bébé et d'un jeune.

Image
Image
L'un des mâles

Image
Image
Image
Image
La mère, le bébé et le jeune

Ce moment a également marqué le point noir de la visite, qui restera récurrent. Sous prétexte de vouloir faire plaisir aux touristes, les chauffeurs s'aventurent très près des animaux, les dérangeant souvent. Une voiture devant nous s'est approchée très près de l'un des mâles adultes, rapidement, et a pilé à 2 mètres de lui. Peut être ne l'avait-il pas vu... Toujours est-il que cela n'a pas du tout plu à l'éléphant qui a alors chargé la voiture, assénant plusieurs coups de tête au capot de la jeep pour la faire reculer. Notre chauffeur a alors accéléré pour chasser l'éléphant en colère, en faisant vrombir son moteur, puis avec des coups de klaxon. Heureusement pour nous, cela a fonctionné et l'éléphant a fait demi-tour. L'autre voiture est restée sur ses quatre roues, mais le capot a pris très cher. On ne le voit pas sur la photo ci-dessous, mais un gros trou était visible à l'avant, là où la défense de l'animal avait traversé la tôle. Quand nous avons croisé la famille d'éléphants, le guide a appelé les autres voitures avec son talkie-walkie, ce qui a ramené de nombreuses voitures entourant les éléphants. Si l'un d'entre eux s'était énervé et avait voulu fuir, la même scène se serait alors reproduite...

Image
L'effet éléphant

C'est peu rassuré, et un peu gêné pour les animaux, que nous arrivons près d'un lac. Nous y retrouvons deux espèces croisées la veille : les hippopotames et les crocodiles du Nil. Notre guide nous a dit que ces derniers recherchaient la présence des hippos : lorsque ceux-ci font leurs besoins dans l'eau, cela attire des poissons qui viennent s'en nourrir. Les crocodiles peuvent alors se servir. J'ai également observé quelques oiseaux : en dehors des hérons goliaths, becs-ouverts et aigrettes déjà vus la veille, il y avait des pygargues vocifères (Haliaeetus vocifer), vautours palmistes (Gypohierax angolensis) et aigles bateleurs des savanes (Terathopius ecaudatus). D'autres aigles étaient présents mais trop hauts pour que je les identifie.

Image
Hippopotames amphibies

Image
Hippopotames et crocodile du Nil

Image
Crocodile du Nil

C'est à partir de ce moment que nous commencerons à croiser régulièrement des zèbres des plaines (Equus quagga) et des gnous bleus (Connochaetes taurinus), très souvent ensembles.

Image
Zèbres des plaines et impalas

Image
Zèbres des plaines et gnous bleus

Image
Zèbres des plaines

Au détour d'un buisson, j'ai aperçu des mangoustes rayées (Mungos mungo) s’enfuir. Quelques temps plus tard, nos regards sont attirés par du mouvement dans le ciel. De nombreux vautours semblent voler autour d'un point précis. Nous nous rapprochons...

Image
Image
Image
Image
Vautours

Pour nous retrouver face à une carcasse de buffle, reste récent d'un repas de lions.

Image

Écoutant plus son envie de satisfaire ses clients que sa jeep, notre chauffeur franchit une nouvelle fois le fossé pour se rapprocher de la carcasse, afin d'observer les charognards à l'oeuvre.
Les vautours africains (Gyps africanus) premiers oiseaux à revenir sur la carcasse après notre arrivée...
Image

Bien vite rejoins pas un marabout d'Afrique (Leptoptilos crumenifer)...
Image

Et enfin, sauf si mes yeux m'ont joué des tours, un vautour à capuchon (Necrosyrtes monachus). Croiser un animal classé "en danger critique d'extinction" dans son milieu naturel, cela a fait quelque chose à l'amateur d'animaux que je suis...
Image

Une joie pourtant de courte durée, car le retour à la route ne s'est pas passé comme prévu... La jeep est restée coincé dans le fossé, et nous avons du en descendre, le temps que d'autres voitures nous aident à nous en sortir. Être coincé dans une jeep sans vitres ni portières, puis descendre dans la brousse, à proximité d'un repas récent de lions (dont on ne savait pas trop s'ils étaient encore dans le coin ou non...), n'a rien d'une expérience très rassurante...

Image
Le fameux "coup de la panne"

Et les lions alors ? Et bien ces derniers ont été repérés à quelques kilomètres de là par d'autres voitures, et une fois la notre de retour sur la route, nous sommes allé à leur rencontre. Nous avons vu trois lions d'Afrique (Panthera leo leo) : un mâle et deux femelles, qui faisaient la sieste dans un bosquet.

Image
Image
Lions

Si être à 2-3 mètres de lions dans une voiture sans protection a tout d'une expérience forte, le fait de voir ces animaux entourés d'une grosse dizaine de jeeps en même temps, faisant le concours de qui s'approcherait le plus près, a très vite été vraiment dérangeant pour moi. Heureusement, les animaux ne semblaient pas troublés le moins du monde par notre présence, et alternaient sieste et observation des primates à roulette. Cependant, je pense que vu la protection offerte aux personnes dans les voitures, il suffira d'une seule fois où un lion soit dérangé pour que le safari tourne au drame...

Ce ne sera pas le cas aujourd'hui, et à presque 13h, il est temps d'aller manger ! Nous nous mettons en route, non sans nous arrêter près d'une ancienne carrière qui a servi à construire la route. Cette dernière est désormais inondée et squattée par un groupe d'hippopotames. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire un lien avec le bioparc, et me suis même pris, en pleine Tanzanie, à imaginer une telle installation en Anjou !

Image
Image
"La carrière des hippopotames"

Avant d'arriver sur notre lieu de pique-nique, nous avons croisé des femelles grand koudous (Tragelaphus strepsiceros), avec des pique-bœufs à bec rouge (Buphagus erythrorhynchus) sur le dos.

Image
Image

Lors du pique-nique, nous avons eu des girafes qui sont passées juste derrière nous, avons observé encore des phacochères, gnous et zèbres à quelques dizaines de mètres, et avons été accompagnés par des mahalis à sourcils blancs (Plocepasser mahali), qui venaient manger les miettes de notre repas qui tombaient au sol.

Image
Image
Mahali à sourcils blancs

Nous sommes alors très en retard, et devons retourner directement à la piste pour prendre notre avion pour Zanzibar. Nous croiserons sur le chemin quelques nouvelles espèces, comme des cobes à croissant (Kobus ellipsiprymnus) et des bucorves du Sud (Bucorvus leadbeateri).

Image
Bucorves dans les buissons


C'est ainsi que se termine ce court séjour en Tanzanie. Si j'y ai vécu une grande expérience et un rêve de gamin, j'en suis reparti avec un certain gout de "pas assez". J'aurai aimé rester plus longtemps, croiser beaucoup plus d'espèces, mais il faut savoir faire des compromis, d'autant plus durant un voyage de noce... Nous nous sommes cependant promis de retourner un jour en Tanzanie, pourquoi pas découvrir le Serengeti et le cratère du Ngorongoro ?

J'espère en tout cas avoir réussi à retranscrire assez fidèlement mon expérience, vous avoir fait rien qu'un peu voyager, et vous remercie de m'avoir lu jusqu'au bout !
snockot
 
Messages: 723
Enregistré le: Dimanche 17 Janvier 2016 13:21

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar Thibaut » Samedi 31 Août 2019 9:04

Merci pour ce beau compte-rendu qui donne vraiment envie de voyager !
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1268
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar abel » Samedi 31 Août 2019 10:10

Merci beaucoup pour ce beau compte-rendu !
abel
 
Messages: 3539
Enregistré le: Lundi 02 Novembre 2015 18:47
Localisation: Tours/Rennes

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar Vinch » Samedi 31 Août 2019 12:36

Les zèbres que tu as photographiés:
Image
sont des zèbres de Crawshay (Equus quagga crawshayi)
Avatar de l’utilisateur
Vinch
 
Messages: 5149
Enregistré le: Jeudi 22 Octobre 2009 19:49

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar snockot » Samedi 31 Août 2019 19:07

Merci Thibaut et Abel pour vos retours, ainsi que Vinch pour sa précision concernant la sous espèce de zèbre !
snockot
 
Messages: 723
Enregistré le: Dimanche 17 Janvier 2016 13:21

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar Therabu » Lundi 02 Septembre 2019 8:18

Merci beaucoup Snockot pour ton reportage ! Effectivement c'est court mais la Tanzanie n'est pas non plus la destination la plus accessible !
Therabu
 
Messages: 3152
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar Antoine6259 » Lundi 02 Septembre 2019 8:33

Merci pour ce beau reportage ! En rien qu’une semaine, tu as du en prendre plein les yeux à voir toutes ces belles espèces dans la nature. Sans parler des paysages !
Antoine6259
 
Messages: 5339
Enregistré le: Dimanche 16 Décembre 2007 13:53

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar gibbon » Lundi 02 Septembre 2019 12:16

snockot a écrit:Et enfin, sauf si mes yeux m'ont joué des tours, un vautour à capuchon (Necrosyrtes monachus). Croiser un animal classé "en danger critique d'extinction" dans son milieu naturel, cela a fait quelque chose à l'amateur d'animaux que je suis...
Image

Tes yeux ne t'ont joué aucun tour, il s'agit bien d'un Néophron moine.
A part cette espèce rare et ces nombreux vautours à dos blanc, as-tu vu des vautours de Rüppell et des vautours oricous ?
Merci pour ton récit de voyage et tes belles photographies !
Modifié en dernier par gibbon le Lundi 02 Septembre 2019 12:17, modifié 1 fois.
« Les oiseaux ne descendent pas des dinosaures, ce sont des dinosaures à proprement parler. » (Guillaume Lecointre)
Avatar de l’utilisateur
gibbon
 
Messages: 1787
Enregistré le: Jeudi 10 Mai 2012 11:31

Re: Voyage en Tanzanie - août 2019

Messagepar okapi » Lundi 02 Septembre 2019 12:17

Merci pour ces images! Un beau voyage, c'est sûr! J'ai fait un bref séjour en Tanzanie, mais je n'ai pas eu le temps de quitter la capitale, sauf pour une excursion sur une île: tes images me donnent vraiment envie d'y retourner!!!
okapi
 
Messages: 11812
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Suivante

Retourner vers La faune dans le milieu naturel

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement