Animaux et restitutions

Animaux et restitutions

Messagepar okapi » Mardi 04 Décembre 2018 3:45

Le sujet a été esquissé ailleurs et pour ne pas encombrer un post très éloigné de ce thème, je crois préférable d'en créer un nouveau. Aujourd'hui, se pose la question de la restitution d'oeuvres d'art volées au cours des siècles en Asie, en Afrique ou en Amérique(s) et de nombreux pays ont acté ce principe. La France va restituer au Bénin plusieurs objets conservés au musée du Quai Branly. La question mérite d'être posée pour des animaux vivants dont les ancêtres ont été capturés et enfermés en Europe à des fins parfois pas toujours très glorieuses. Ces animaux "manquent" à leurs pays où ils sont parfois en danger critique d'extinction, voire éteints. Les populations de ces territoires n'ont parfois jamais vu des bêtes dont leur parlent les anciens. L'Occident s'est arrogé le droit à un moment donné de capturer des milliers d'animaux pour les acheminer et les exhiber dans des cages et des enclos aux antipodes de leurs besoins. Cette spoliation dure encore, même si elle s'est atténuée. Ces bêtes font partie du patrimoine vivant d'un pays et ne devraient pas en être absentes pour les générations futures. Il y a là quelque chose d'injuste et d'indécent, même si nous savons bien que bon nombre d'espèces ne pourraient pas être réintroduites du jour au lendemain dans leurs pays d'origine. Mais il y en a beaucoup qui pourraient l'être... Oiseaux, reptiles, insectes et petits mammifères pourraient faire un jour l'objet de demandes de restitutions afin de repeupler certaines zones très spécifiques, délimitées et protégées. Au-delà de l'aspect pratique et réaliste de la chose, il y a de mon point de vue une dimension éthique et morale qui mérite que l'on y réfléchisse...
Qu'en pensez-vous?
okapi
 
Messages: 10987
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Animaux et restitutions

Messagepar Thibaut » Mardi 04 Décembre 2018 14:50

Moi je n'y crois pas, à la différence d'un animal l'oeuvre d'art est unique et ne se retrouve nul part ailleurs. Un babouin reste un babouin, un okapi reste un okapi.

Déjà pour toutes les espèces communes, un rapatriement serait couteux et inutile. En ce qui concerne les espèces menacés, je vois aussi des pays demander de restituer les individus. Il est bien meilleur de garder des populations captives et demander certains individus dans le cadre de réintroduction.
La Chine loue ses pandas qui reste la propriété de la Chine. Ces revenus permettent de financer les programmes de conservation du panda. Les nouveaux-nés sont rapatriés en Chine et il y a une exportation de la culture et du patrimoine chinois à travers cet animal emblématique.

Pour certaines espèces les zoos doivent verser une participation au programme de conservation, c'est le cas avec l'Okapi Conservation Project ou Cotton Tamarin Club. Je trouve que c'est une excellente solution qui permet :
- de garder une population ex-situ génétiquement saine au cas où les choses déraperaient en in-situ.
- de protéger in-situ les populations, ce qui est moins coûteux que des réintroductions.

Enfin il ne faut pas oublier que pour beaucoup de pays le trafic d'animaux est encore courant. Souvenez-vous du Congo qui récemment voudrait vendre des espèces rares et menacées à la Chine.

Je vois pas trop en quoi le rapatriement d'animaux serait bénéfique pour les pays d'origine.
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 965
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Animaux et restitutions

Messagepar Vinch » Mardi 04 Décembre 2018 15:07

Le cas aussi des Tamarins-Lions Dorés, dont tous les sujets captifs ont été, au moins symboliquement restitués au Brésil, au vu de ses efforts pour la préservation de la forêt atlantique et de son écosystème.
Avatar de l’utilisateur
Vinch
 
Messages: 4830
Enregistré le: Jeudi 22 Octobre 2009 19:49

Re: Animaux et restitutions

Messagepar okapi » Mardi 04 Décembre 2018 15:16

Merci pour vos réponses. Je placerais volontiers la discussion sur un plan moral. Se substituer aux états, bien que souvent démunis, pour détenir et exhiber des animaux qui leur appartiennent "de fait" et faire de la conservation à leur place, c'est un peu néocolonialiste, non? Je schématise sans doute, mais s'il n'y avait pas cette notion de commercialisation du vivant à des milliers de kilomètres des lieux d'origine, la démarche serait différente. Un oiseau est un trésor au même titre qu'une statue ou un tableau et il est aussi unique que ces objets. Il y a dans cette idée de "on va le faire à votre place" et gagner un peu d'argent au passage, quelque chose qui me dérange sur le désintéressement attendu vis-à-vis de la conservation... Un petit fond d'exploitation peut-être?
okapi
 
Messages: 10987
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Animaux et restitutions

Messagepar Vinch » Mardi 04 Décembre 2018 15:27

“Le faire à votre place”, s’il y a une volinté de maintenir le pool génétique le plus diversifié possible et s’il y a à la clef une volonté de réintroduire des sujets sains dans le pays “propriétaire”, ce ne serait pas plutôt une aide qui sera toujours le bienvenue pour lui, ses efforts se “limitant” à assurer la préservation, sinon la reconstitution, du milieu d’origine avec les populations locales ? Une partie de cet argents gagnés par les zoos en exhibant la bestiole “volée” sert à financer des programmes de conservation.
Alors, oui, bien sûr, beaucoup d’animaux, en fait, les descendants de descendants, sont ainsi “restitués”.
D’autres exemples: l’Ara de Spix, le Cheval de Przewalski, dont les sujets captifs dans le monde appartiennent au gouvetnement de leurs régions d’origine.
Avatar de l’utilisateur
Vinch
 
Messages: 4830
Enregistré le: Jeudi 22 Octobre 2009 19:49

Re: Animaux et restitutions

Messagepar Thibaut » Mardi 04 Décembre 2018 15:57

Je vois plus la conservation comme de l'aide. Kalaweit a beaucoup de financement provenant de France mais une grande partie de l'équipe est indonésienne. Si l'équipe était française on aurait pu parler de nouvelle forme de colonisation mais là une intégration des populations locales.

Pierre Gay travaille aussi beaucoup avec les populations locales que ça soit pour la réserve de Chappari ou pour les girafes du Niger. Certes il y a demande de protection de l'animal en échange de savoir faire et de matériel, peut-on considérer que cela est une forme de colonisation ? Je ne pense pas.

Le fond d'exploitation est je pense nécessaire sur la question de la protection animale. Je suis pour le développement du tourisme, de l'éco-volontariat, de la diversification des revenus etc... Même si c'est très capitaliste et ce n'est pas l'idéologie souhaité, je pense qu'il faut donner une valeur économique à la protection des animaux. Le Sénégal souhaite développer son tourisme en se basant sur une clientèle francophone. Pour développer ses offres de safari, le pays commence à mettre en place des mesures de protection et de sauvegarde de ses espèces. Certes c'est une approche commerciale mais pour attirer les fonds on ne peut pas prendre uniquement un statut UICN malheureusement.

Désolé si je me suis écarté du sujet de base.
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 965
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Animaux et restitutions

Messagepar Therabu » Mardi 04 Décembre 2018 17:30

On peut aussi pousser la réflexion philosophique quant à l'appartenance d'une espèce animale, végétale, ou un individu à un pays, un territoire ou un peuple, bref à une entité humaine. En l'occurrence, il s'agit d'une véritable accaparation du vivant par l'Homme qui n'est pas forcément nécessaire et la seule grille de lecture.
Les animaux n'ont cure des frontières et des changements de législation. Identifier le territoire d'appartenance d'un albatros hurleur ou d'une sterne arctique me paraît d'ailleurs assez difficile.
Considérer les espèces vivantes comme des meubles, notamment des œuvres d'art, à disposition du bon-vouloir de l'homme est une notion du droit occidental qui est de plus en plus bousculée.
Therabu
 
Messages: 2871
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Animaux et restitutions

Messagepar Antoine6259 » Samedi 08 Décembre 2018 12:17

Je pense que les deux cas ne sont pas comparables. Tout le monde l'a déjà bien montré.

Les oeuvres d'art constituent des symboles. Je fais partie d'un groupe Facebook de français qui aiment la Grèce (c'est un pays pour lequel j'ai eu un coup de coeur et où je retourne plusieurs fois par an) et je suis tout à fait favorable à ce que nous leur retournions la Vénus de Milo ou la Victoire de Samothrace par exemple. Et que dire de l'attitude scandaleuse du Royaume-Uni avec les fresques du Parthénon.

Les animaux c'est différent : Il est possible de les "multiplier" sans que leur nombre ne diminue dans leur pays d'origine.
Le système de prêt/contrôle est déjà pratiqué dans certains pays. On a également des parcs comme Doué qui participent à des réintroductions (avec les conures confiées par les autorités locales et dont une partie des jeunes repart dans le pays d'origine.) Je pense que c'est vers cela que l'on pourrait s'orienter.

Okapi tu évoques aussi le fait que plusieurs espèces ne pourraient être facilement réintroduites dans leur pays d'origine de toute façon. C'est un fait (pour l'instant en tout cas.) Pour les autres, trouve t-on forcément ces espèces dans nos parcs ? Et si c'est le cas, sont-elles suffisamment symboliques pour que le gouvernement d'un pays s'y intéresse ?

J'ajouterais aussi que si la situation devenait tendue entre les états, on peut déjà imaginer des arguments similaires à ceux des anglais avec les grecs. Tu évoques le cas des pays "pauvres" d'où viennent les animaux qui souhaiteraient récupérer leur "patrimoine" : Le Royaume-Uni a avancé que la Grèce ne possédait pas de musée adapté pour pouvoir présenter ses fresques (le problème est que c'est désormais le cas, mais pour l'instant il se contente de moulages en plâtre tandis que les originaux restent au British Museum...) Les pays d'accueil pourraient au même titre répondre qu'une restitution sera envisageable le jour où le pays d'origine possèdera des sanctuaires décents pour réintroduire les espèces, avec les moyens nécessaires mis en place pour les préserver, et qu'ils pourront prouver l'arrêt total du braconnage et/ou de la destruction du milieu.
Antoine6259
 
Messages: 5111
Enregistré le: Dimanche 16 Décembre 2007 13:53

Re: Animaux et restitutions

Messagepar okapi » Samedi 08 Décembre 2018 17:13

C'est amusant cette notion d'unicité et de démultiplication: je pense qu'un animal est unique par définition et que quand il est au bord de l'extinction, chaque individu est aussi précieux qu'une oeuvre d'art... Restituer sous condition, tant que vous n'êtes pas équipés, on garde ce que l'on vous a pris, c'est moyen comme discours, non? De quel droit avons-nous pillé, volé, des oeuvres, et des animaux, qui ne nous appartenaient pas? Nous parlons bien d'états, pas de simples voleurs...
Et cette idée qu'avant de récupérer leurs biens, ils n'ont qu'à prouver qu'ils sont capables de les protéger, alors que nous participons à la destruction des habitats concernés, c'est aussi très moyen...
okapi
 
Messages: 10987
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Animaux et restitutions

Messagepar Antoine6259 » Samedi 08 Décembre 2018 18:46

Je ne juge pas, c'est une constatation !

Depuis la création de l'état de Grèce, celle-ci réclame à récupérer ses fresques, en vain. Les anglais ont avancé tous les arguments possibles pour les garder. D'abord qu'elles avaient été acquises légalement à l'époque auprès des autorités alors en place (l'empire Ottoman, qui occupait la Grèce) et chose encore mieux et qui pourrait encore mieux être réutilisée pour des animaux : Le gouvernement britannique avance qu'il s'agit d'un patrimoine culturel mondial, et que leur place est donc plus légitime à Londres qu'à Athènes, car plus accessibles au public !!
Ensuite il y a eu les arguments de conservation. D'abord que les fresques seraient mieux préservées à Londres que dans la pollution d'Athènes (à une époque où la Londres était probablement la ville la plus polluée d'Europe, d'autant plus que la restauration qui a suivi n'a pas été très protocolaire...)
Enfin, il y a eu le problème de l'absence de musée adapté. Le nouveau musée de l'Acropole (oeuvre de Bernard Tschumi, comme quoi on est bien dans le sujet ici !) a ouvert en 2009... Mais toujours pas de retour des fresques. Au dernières nouvelles, le British Museum serait revenu sur sa décision en annonçant que le musée n'avait jamais été un problème, mais que les "Marbres de Lord Elgin" comme ils les appellent, font désormais partie intégrante de leur collection. Un peu vicieux, les anglais ont cependant ajouté qu'ils seraient prêts à laisser la Grèce les exposer pendant une période à définir... En échange de quoi elle reconnaitrait définitivement qu'ils appartiennent au Royaume-Uni ! (La Grèce refuse bien entendu.)

Cet aparté pour dire que de tels arguments seraient encore plus faciles à avancer avec des animaux...
Antoine6259
 
Messages: 5111
Enregistré le: Dimanche 16 Décembre 2007 13:53

Re: Animaux et restitutions

Messagepar raphaël » Samedi 08 Décembre 2018 21:53

Je trouve que la remarque de Therabu est la plus pertinente.

Certes, restituer des makis cattas ne serait pas trop compliqué pour cibler le destinataire, vu que l'espèce ne se trouve qu'à Madagascar.
Mais les rhinocéros blancs, on les rend à qui ? Les lions ? Les tigres plus ou moins mélangés et hybridés ? Le sujet devient difficile...
La situation des êtres vivants n'est pas comparable aux problématiques artistiques. Comme cela a été dit, un lion de zoo aujourd'hui n'a qu'une lointaine similitude avec le lion qui a été capturé. Un tableau ou une statue est unique : il n'y a qu'une Venus de Milo, il y a 20 000 lions. Certes pas identique, mais il peut y avoir des lions de zoos et une population tout à fait saine de lions sauvages. Gerald Durrell avait bien prélevé les roussettes de Rodrigue dans le but de réintroduire la descendance, mais les mesures de protection in situ ont suffi à faire accroître la population sauvage !
La question se pose aujourd'hui car les espèces disparaissent, mais rendrait-on les porcs-épics qui abondent ? Les maras ou les capybaras ? Et d'ailleurs à quels pays ? Il est évident que les zoos européens ont pillé l'Afrique et l'Asie de leur faune il y a 100 à 40 ans, mais pourquoi ne pas rendre les gloutons aux pays nordiques ? Et les ours polaires ?

La proposition soulève beaucoup plus de questions que de réponses. Un animal ou une espèce n'appartiennent pas à un Etat ou à un pays, ils n'ont pas de frontières. Une création artistique a au moins son auteur dont la nationalité peut servir de référence.
Le point de vue éthique principal me semble être qu'en détenant des individus captifs d'espèces menacées, et en gagnant leur vie ainsi, les zoos se doivent d'agir pour la conservation de ces mêmes animaux. C'est un minimum moral. Mais c'est plus envers l'espèce animale qu'envers un Etat ou une nation que se porte la responsabilité.
Les animaux des zoos sont les ambassadeurs de leurs cousins sauvages. (Pierre Gay)
raphaël
 
Messages: 6562
Enregistré le: Mercredi 10 Août 2005 15:24
Localisation: gironde


Retourner vers Discussions générales

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Exabot [Bot] et 1 invité

Tigre en mouvement