KMDA : Antwerpen & Planckendael

KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Therabu » Dimanche 29 Octobre 2017 19:04

J'ai pu découvrir l'espace d'un week-end les deux parcs de la société zoologique d'Anvers (KMDA) en compagnie de deux forumeurs éclairés. Le samedi, nous avons visité Anvers, que je vous exposerais par la suite.
Dimanche nous visitons Planckendael, un parc plus champêtre situé en périphérie de Bruxelles. Il y a déjà du monde au petit matin, le public flamand étant plus matinal que les visiteurs latins.

Le parc est organisé en 5 continents avec des sentiers et des zones clairement distinguées. La carte du zoo est disponible au lien suivant :
https://www.planckendael.be/en/map-of-planckendael/

Plutôt que de commencer directement sur le sentier asiatique qui se trouve sur notre droite, nous faisons quelques dizaines de mètres supplémentaires pour gagner l'entrée de la zone australienne. Nous savons qu'observer diables, échidnés et wombats n'est pas facile et nous avons bon espoir qu'un passage matinal soit fructueux.

Australie

Planckendael s'est toujours distingué par une zone australienne riche en raretés. Pendant longtemps, le parc fut l'un des seuls à reproduire les koalas et présente aussi des wombats. Les koalas sont devenus plus courants, notamment pour nous autres français mais aussi pour les wallons avec leur arrivée à Pairi Daiza. Il reste que le parc continue de présenter une belle collection australienne avec seulement de espèces de kangourous.

La première installation de la zone est peut être aussi la plus belle. Il s'agit d'une belle volière construite le long d'un chenal. Très végétalisée et constituée d'un filet discret, elle abrite diverses espèces de la faune australasienne.

Image

Image
Aigrette à face blanche

Image
Colombe lophote

Image

Image
Podarge gris

Image

Image
Ibis à cou de paille

Image
Vanneau soldat

Vient par la suite, la grosse nouveauté de l'année qui consiste en l'arrivée d'un couple de diables de Tasmanie, deux individus frères (ou soeurs je ne sais plus). L'installation est plutôt vaste et bien aménagée. Malheureusement elle est entouré d'un affreux muret rouge que j'ai trouvé d'assez mauvais goût.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le reste de la zone est globalement moins intéressant. J'ai apprécié l'enclos extérieur pour échidnés, l'individu que nous avons vu a passé sa journée dehors enfoui et le joli double-enclos à casoars en sous bois. Du coté des points négatifs, évidemment la structure des koalas n'est pas belle et ne garantie pas d'observations de qualité.

Cette zone australienne est quand même bien meilleure que la moyenne de par la diversité des espèces présentées.
Therabu
 
Messages: 3082
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Antoine6259 » Dimanche 29 Octobre 2017 19:43

Il me semble que l'enclos des koalas était amené à être refait justement ? N'empêche, c'est assez fou de se dire que dans un pays de la taille de la Belgique, trois parcs présentent désormais ces animaux. La volière était malheureusement en réfection lors de ma visite il y a trois ans (elle avait été totalement démontée.)
Antoine6259
 
Messages: 5258
Enregistré le: Dimanche 16 Décembre 2007 13:53

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Djeiran » Dimanche 29 Octobre 2017 21:39

Merci pour ce début de compte rendu Therabu. Sinon pour les diables de Tasmanie ce sont une mère et sa fille (c'était plutôt car la mère est malheureusement décédée).
Djeiran
 
Messages: 407
Enregistré le: Dimanche 02 Avril 2017 17:45

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar okapi » Dimanche 29 Octobre 2017 23:16

Il n'y a rien d'étonnant à ce que les deux parcs flamands et le plus grand parc wallon rivalisent en matière d'espèces rares! C'est un enjeu politique: n'allez pas chez l'autre, on a les mêmes à la maison! Et les pandas n'ont rien arrangé, bien au contraire!
okapi
 
Messages: 11637
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Therabu » Mardi 31 Octobre 2017 20:01

Amérique

La seconde zone que nous visiterons concerne le nouveau-monde. Cette large thématique commence avec une des dernières nouveautés du parc, (2015 il me semble). Une grande volière divisée en deux par le chemin de visite présente deux biotopes distincts. Sur la gauche, une côte rocheuse recréé l'habitat des manchots de Humboldt, sternes incas et brassemers. Le faux rocher n'est pas des plus réussis mais le reste est plutôt bien fait et les manchots ont un très grand bassin avec une longueur suffisante pour marsouiner. Les sternes, elles profitent avantageusement du large volume.

Image

Image

Image
Brassemer cendré

De l'autre coté, une vaste zone herbeuse aménagée d'un vaste plan d'eau fait cohabiter plusieurs espèces des zones humides américaines sans véritablement rappeler quelque chose de particulier. On trouve donc une jolie colonie de flamants du Chili, des cygnes à cou noir, des anatidés et des ibis rouges entre autre. A défaut d'être une réalisation inoubliable sur le plan esthétique, cette grande volière a au moins l'avantage d'offrir une vaste surface couverte et des bâtiments d'hivernage à de nombreux oiseaux.

Image

Ibis rouge

La suite de la zone est assez classique avec d'anciennes présentations à herbivores doublées d'étables sous le couvert forestier. J'ai trouvé dommage qu'autant d'espace soit dédié à des camélidés domestiques et autres capybaras. Une installation héberge tout de même un couple de pécaris du Chaco en compagnie de coatis de deux espèces différentes.

Image

Image
Coati à nez blanc

Image

Image

Image
Coati roux

Un peu plus loin, une installation bien aménagée mais toute juste en terme de superficie abrite les fourmiliers du parc. L'observation se fait par des baies vitrées mais les grillages restent accessibles aux visiteurs qui ne tiennent pas compte des maigres mesures de sécurité. Les deux animaux cohabitent avec des agoutis à dos noirs, un genre de mammifères que j'aimerais plus souvent voir évoluer en extérieur.

Image

Image
Agouti à dos noir

Une sorte de village western offre aux visiteurs des infrastructures pour se reposer, manger et même une mini boutique. En face d'eux, une grande plaine terreuse accueille un troupeau de bisons des plaines et des wapitis.

Image

Nous regagnons le joli sous-bois pour découvrir d'autres installations sud-américaines. Les callitrichidés du parc bénéficient d'un territoire d'immersion. Les petits singes peuvent accéder à un parcours en hauteur et monter dans les arbres mais ne peuvent descendre au niveau du sol et rentrer au contact du public, surement suite à des comportements indésirables. Peu après, un très bel enclos sous les arbres, couvert de hautes herbes, de fleurs et traversé d'un petit ruisseau accueille un couple de chiens des buissons très actif. L'observation se fait depuis une petite cabane sur pilotis et adossé à des arbres qui réjouit les enfants.

Image

Enfin la zone s'achève avec une série de volières surement héritée de la première période du parc. Elles sont assez végétalisées pour les plus grandes mais les conures soleil ont dépouillé toute végétation dans leur installation. Les vautours quant à eux sont un peu à l'étroit. J'ai par contre trouvé que c'était des installations adaptées à deux espèces menacées et pas faciles à trouver en captivité : le ara de Buffon, classé en danger et le hocco de Spix, classé quasi-menacé et observable dans seulement deux parcs en Europe.

Image

Image
Therabu
 
Messages: 3082
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Djeiran » Mardi 31 Octobre 2017 21:39

Merci pour cette suite, je n'étais pas au courant que Planckendael avait accueilli des coatis à nez blanc mais faire cohabiter deux espèces de coatis ensemble cela m'étonne vu qu'il y a des risques d'hybridation entre les deux espèces.
Djeiran
 
Messages: 407
Enregistré le: Dimanche 02 Avril 2017 17:45

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar éric13 » Mardi 31 Octobre 2017 22:56

Les coatis "classiques" ont sûrement dû être castrés
(mesure européenne d'après la liste des espèces dites invasives)
Avatar de l’utilisateur
éric13
 
Messages: 1123
Enregistré le: Lundi 10 Septembre 2012 22:18

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Therabu » Mercredi 01 Novembre 2017 14:05

Asie

De retour sur la place principale du zoo, nous avons l'entrée de la zone africaine sur notre droite. Mais en cette fin de matinée nous choisissons de nous orienter sur le sentier de la zone asiatique, la plus vaste du parc. Cette zone commence à vrai dire dès l'entrée du zoo, la première installation visible du public étant l'enclos des rhinocéros indiens. Cette vieille installation était à l'époque une des meilleurs d'Europe mais l'enclos devenu terreux avec le piétinement des mastodontes commence vraiment à faire son âge. La superficie n'est pas immense et la proximité avec le public importante. Enfin, des sangliers des Visayas ont rejoint l'enclos principal de la femelle et de son jeune.

Image

Un peu plus loin, deux plateaux sableux typique de la vieille époque de Planckendael accueille toujours deux espèces emblématiques d'Asie centrale. Sur la gauche, ce sont des chevaux de Przewalski tandis qu'un groupe de chameaux évolue sur notre droite.

Image

Image

Image

Après quoi nous nous enfonçons un peu plus au sein de cette zone. L'installation suivante est une volière discrète et végétalisée pour des panthères des neiges qui resteront invisibles. J'aurais plus vu des panthères tachetées comme des Sri-Lanka qu'un couple supplémentaire d'onces mais cette espèce a vraiment la côte en parc zoologique. Nous arrivons désormais au premier point de vue sur l'enclos principal des éléphants.

Le Temple de Kai-Mook est l'installation récente développée à Planckendael pour héberger le groupe néo-reproducteur d'Anvers. Deux naissances ont déjà eu lieu, avec le concours de Chang, l'actuel mâle reproducteur qui venait du Pal.
L'enclos principal est assez sympa, vallonné, plutôt vaste et jalonné de dispositifs d'enrichissements par la nourriture. A l'ouverture le parc était essentiellement sableux et je suis agréablement surpris de voir qu'une herbe rase a réussi à s'installer. Le sentier thématisé du visiteur offre deux points de vue surélevé avant d'atteindre le principal point de vue sur le grand bassin.

Image

Image

Image

Image

Voir évoluer une famille entière est vraiment incomparable avec les groupes de femelles non-reproductrices. L'agitation du jeune concentre toutes les attentions et démultiplie les interactions entre les membres de la troupe. La présence d'un grand mâle est un autre facteur du dynamisme du groupe. C'est la seconde fois que je voyais des éléphants jouer en groupe dans l'eau et cette "séance" fut assez intense avec des jeux assez impressionnants entre les éléphantes.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

On ressentait vraiment qu'il y avait de l'électricité dans l'air pour une raison que je ne peux expliquer. Quoiqu'il en soit, on voit que la vie émotionnelle de ces animaux est bien plus riche que celle d'animaux vivant dans des structures familiales non naturelles. Et pour le visiteur, c'est un régal 8)

Image

Image

Image

Image

Image

Un enclos secondaire, tout en longueur a été conçu pour le mâle qui heureusement pouvait évoluer avec le groupe. Le différentiel de taille avec les femelles frappe vraiment le public. J'avoue avoir vraiment du mal à comprendre la raison d'être de ce simple couloir pour le pauvre animal qui doit y être isolé.
Un des jeunes mâles détenu à Anvers a depuis rejoint le groupe. Il servira de partenaire pour les filles de Chang. Avec deux mâles, un d'entre eux devra à priori vivre dans ce petit enclos.

Le bâtiment, est vaguement inspiré de l'architecture indienne. Mon sentiment vis à vis de l'installation intérieur est mitigé. Esthétiquement je trouve cela moche aussi bien d'extérieur que dedans. La superficie est suffisante pour une petite famille mais pas immense non plus.
Par contre cela a dû être bâti pour un coût raisonnable, quelque chose qu'on ne peut pas attribuer à Cologne ou Zurich. Hormis la taille de l'enclos intérieur sableux, ce bâtiment offre les mêmes possibilités aux pachydermes et j'imagine est pratique et sécurisé pour les soigneurs.
En résumé, je trouve que cette installation intérieure devrait être le standard européen pour la détention d'éléphants en famille. J'entends ici standard comme le minimum, un socle basique à partir duquel on pourrait choisir d’augmenter les ambitions que ce soit en terme de superficie ou d'attrait esthétique.

En ressortant du temple de Kai-Mook, une volière discrète construite sous le couvert des arbres abrite une large diversité d'oiseaux. Tout comme pour la volière australienne ou la prochaine volière asiatique, j'ai été vraiment séduit par ces installations élégantes et qui permettent de présenter des grands oiseaux ou de nombreuses espèces moins courantes sans éjointage.
Je suis par contre moins séduit par le wagon servant d'observatoire sur la volière qui constitue à mes yeux une thématisation un peu trop présente.

Image
Faisan de Wallich, une espèce classée vulnérable

Image

Image
Grue de Mandchourie

Image
Cigogne orientale, rare en zoo et menacée

Image
Hokki brun de Mandchourie, peu courant également et classé comme vulnérable

Un petit enclos terreux séparé par un fossé accueille une seconde famille de sangliers des Visayas. A coté, le plateau des lions d'Asie est très étroit et ne correspond plus aux standards de superficie et d'intimité que l'on peut voir dans d'autres parcs.

Image

Une volière semblable à celle précédemment décrite précède l'arrivée dans la serre tropicale. On pourra voir évoluer les espèces suivantes dans cette volière :

Image
Pirolle à bec rouge

Image
Martin des berges

Image
Pie bleue de l'Himalaya

Image
Lophophore resplendissant

Image

Image
Paon vert de Java

La zone asiatique s'achève avec la serre tropicale du zoo. Le visiteur évolue au milieu de la végétation où il peut observer quelques espèces d'oiseaux profiter de l'espace. Sur le coté, un nocturama, assez peu réussi à mes yeux présente des loris, toupayes et pythons. Enfin à l'étage inférieure de la serre, bâtie en pente, se trouve l'île intérieure des gibbons qui est un désastre en terme de présentation. A la réflexion, ce bout de terre intérieur doublé de quelques plateformes et cordes rivalise largement avec les autres installations intérieures que j'ai pu voir dans des parcs comme la VDS par exemple. Mais une haute volière végétalisée aurait été tellement plus pertinente que cette fausse île qui n'est même pas plaisante à voir.

Image
Rouloul couronné

Image
Torquéole de Gingi

Image
Grive de Doherty

La dernière partie de la serre est une sorte d'arène dégarnie de végétation et séparée d'un filet du reste de la structure. C'est ici que se tient le fameux nourrissage des loris à base de nectar. Encore une fois, une vaste colonie de loriquets arc-en-ciel occupe l'espace mais ils cohabitaient avec un rare et timide couple de loriquets eutèles.

Image

Image

A la sortie de la serre, deux îles dénudées constituent les installations des gibbons à favoris du zoo et d'une petite famille de macaques négres. J'(ai trouvé ces deux installations comme étant les pires du parc et mériteraient d'être rasées. Sous le couvert des arbres, un vaste parcours en hauteur est offert aux visiteurs qui peuvent déambuler à plus de 10 mètres de haut et atteindre un point de vue sur l’installation des éléphants. Je trouverais vraiment génial que des couloirs au milieu de la forêt soient aménagées pour ces pachydermes forestiers qui pourraient déambuler entre les arbres et sous les pieds des visiteurs. Ces passages mèneraient jusqu'à la pièce d'eau des singes remanié en second bassin pour les éléphants. Cela serait l'occasion d'avoir soit une extension de l'enclos principal soit un troisième enclos afin de gérer le groupe et d'offrir de la diversité aux animaux.

La zone s'achève avec un autre plateau pour bisons européens avant de regagner l'entrée du zoo.
En conclusion, j'ai trouvé cette zone asiatique assez complète, probablement la plus intéressante du parc. Evidemment l’installation des lions ou des rhinocéros mériterait des rénovations conséquentes et je trouve que les éléphants mériteraient encore plus d'espace. Néanmoins l'ensemble reste assez harmonieux esthétiquement (hormis la structure extérieure de la serre qui rappelle une jardinerie) et permet de présenter de nombreuses espèces intéressantes.
Therabu
 
Messages: 3082
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar okapi » Mercredi 01 Novembre 2017 16:31

Quelle idée de construire un tel bâtiment! Il est moche et n'est ni vraiment un "temple" façon Pairi Daiza (l'ennemi et le modèle!) ni un vrai geste architectural façon Zurich... Quand on n'a pas les moyens de ses ambitions, on simplifie! La serre est déjà pathétique, ce zoo a toujours le c.. entre deux chaises et est infoutu de faire des choix cohérents! C'est dommage parce qu'il y avait un site plutôt facile à investir, mais entre l'absence de goût et l'oeil toujours tiré vers le parc wallon, ils finissent à chaque fois par se perdre en route...
okapi
 
Messages: 11637
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Therabu » Mercredi 01 Novembre 2017 22:06

Afrique

Notre voyage continue dans la zone africaine du parc. Un enclos pour boeufs ankole et moutons à proximité de la place principale inaugure le sentier de visite.
C'est ensuite la petite île herbeuse des bonobos qui accueille les viisteurs. Pendant longtemps là aussi, il s'agissait d'une des meilleures installations à l'échelle continentale pour cette espèce peu répandue. Désormais, je ne peux m’empêcher de la trouver de superficie limitée, trop pauvres en arbres et structures et ne permettant d'accueillir qu'un groupe de faible taille. Il faut dire qu'avoir la VDS à proximité de chez soi rend exigeant.

Plusieurs volières se situent dans les alentours de l'installation des bonobos. L'une d'entre elles présentent des tisserins gendarmes, des rares touracos d'Emin et des pintades de Pucheran. De l'autre coté, un petit territoire d'immersion accueille une famille de lémurs cattas. Dans un renfoncement, une volière herbeuse de superficie assez moyenne est visible depuis une baie vitrée. Un couple reproducteur de serpentaires évolue sous le filet. Leur nid est situé au sommet de la butte herbeuse, sur une structure spéciale.

Image

Image

Image

Image

Pour arriver à la plaine africaine, il faut traverser une volière pénétrante pour oiseaux africains. Là encore la réalisation est plutôt élégante et discrète même si elle m'a moins plu que les précédentes.

Image
Talève sultane

Image
Ombrette

Image
Pigeon roussard

La plaine africaine du parc accueille une importante famille de girafes de Kordofan en cohabitation avec un troupeau d'addaxs et des impalas. Le visiteur évolue sur une plateforme qui s'élève graduellement jusqu'à la maison des girafes. J'ai trouvé l'installation adaptée aux différentes espèces et sympathique pour le visiteur. Néanmoins les points de vue et les perspectives sont toujours bouchées au loin par un élément artificielle.
Les jeunes addaxs étaient assez joueurs et c'était sympa de voir les petits animaux courir de manière frénétique au milieu des grandes dames paisibles. Un jeune girafon a également couru sur la plaine, allant même jusqu'à titiller un addax qui n'a pas hésité à répliquer mais aurait pu recevoir le sabot de la girafe en pleine figure.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

J'ai faillit, à quelques minutes près, louper la plus grosse rareté du parc, en l’occurrence un groupe reproducteur de gazelles leptocères. Ces élégantes créatures du désert sont malheureusement menacées et ne sont pas couvertes par un programme d'élevage ou la station de reproduction d'Almeria.

Image

Image

Image

D'autres enclos à ongulés de la vieille période s'alignent encore avant la découverte des installations des guépards et hyènes tachetées. C'est plutôt bien pour les animaux dans mes souvenirs mais je n'ai encore une fois pas trouvé cela vraiment aguichant.
Pour conclure cette zone africaine, je dois bien avouer que je l'ai trouvé plutôt décevante. La collection est plutôt d'intérêt limité si l'on enlève les gazelles et les présentations, bien que toutes acceptables ne frappe réellement pas de par leur ambition. Il s'agit pourtant d'une zone du parc très belle avec de jolis canaux et de grandes surfaces boisées encore non-exploitées qui n'attendent que bonobos et okapis !
Therabu
 
Messages: 3082
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar okapi » Mercredi 01 Novembre 2017 23:07

Très jolie avant-dernière photo!
okapi
 
Messages: 11637
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar Therabu » Jeudi 02 Novembre 2017 20:48

Europe

Le parc s'achève avec une petite zone européenne, construite sous un couvert forestier fourni, avec de beaux et grands arbres mais aussi quelques grandes pelouses et jardins.

Une grande pièce d'eau borde la périphérie du parc. Elle abrite une colonie de pélicans frisé. De l'autre coté du bras d'eau, à l'extérieur du parc, une grande volière adjacente au parking accueille des vautours moines dont Anvers est le coordinateur du programme d'élevage.

Image

Pélican frisé

La grande pelouse parsemée de massifs fleuris sert d'aire de présentation du spectacle de fauconnerie. A l'arrière, une caféteria permet de déguster quelques gaufres typiques. Un bosquet forestier accueille la majeure partie des installations de cette zone européenne. Tout d'abord un ensemble de petites fosses herbeuses présente des lapins domestiques qui ont beaucoup de succès auprès du jeune public, des ratons-laveurs pourtant non natifs et des blaireaux qui auraient depuis quitté le parc. Alors que l'heure de la fermeture approchait, que le public partait et que mes compères dégustaient une gaufre au nutella (:twisted: :P ), le mustélidé plutôt farouche de nature m'a gratifié d'une belle séance photo malgré la luminosité très faible.

Image

Image

Image

Image

Image

Un peu plus loin dans le sous-bois une belle volière à la structure en bois et au filet plutôt discret est traversée par le chemin des visiteurs. Quelques animaux profitent de cette jolie structure qui leur permet de se cacher lorsque le flot de visiteurs est trop important. Parmi les espèces visibles, au sol, un faisan de Colchide de la sous-espèce mongole mâle éblouit les visiteurs de ses jolies couleurs. Une chouette lapone est apparu entre les branches à l'approche de la fermeture.

Image

Image

Image
Faisan de Mongolie

Image

Image
Chouette lapone

C'est ici que s'achève la visite de Planckendael. J'ai vraiment bien aimé cette visite, sur un joli site naturel. Comme l'a dit okapi, je suis moins fan des infrastructures construites et le parc peine en effet à se positionner entre le brut et pratique ou l'immersif. J'aime par contre le "dosage", c'est à dire que la thématisation est présente mais sans prendre le dessus sur le reste. Elle ne s'impose pas au sein même des enclos et ne se fait pas au détriment des animaux. Bref, je ne trouve pas que le parc ne mérite son qualificatif de moche même s'il y a encore un large potentiel inexploité.
La collection est vraiment complète et plutôt intéressante avec une orientation croissante vers des espèces menacées et rares en captivité mais également une ouverture du plan de collection aux oiseaux avec de jolies volières. Néanmoins, il y a encore de vastes surfaces dévolues à des espèces sans trop d'intérêt. Quant on voit la densité d'espèces à Anvers, quelques transferts supplémentaires pourraient être effectués sans problèmes.
L'accès au parc par les transports en commun n'est pas difficile, en tout cas pour un parisien ou un nordiste également j'imagine. C'est faisable sur une grosse journée et se couple encore mieux avec son grand frère d'Anvers si l'on dispose de deux jours.
Therabu
 
Messages: 3082
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar jehan » Jeudi 02 Novembre 2017 22:34

Je rajouterai que la pédagogie autour de l'enclos des éléphants est vraiment fort poussée, notamment concernant la rivalité avec les zones d'habitation et les cultures.
jehan
 
Messages: 197
Enregistré le: Dimanche 26 Mars 2017 10:30

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar abel » Vendredi 03 Novembre 2017 11:28

Super série sur le blaireau !
abel
 
Messages: 3494
Enregistré le: Lundi 02 Novembre 2015 18:47
Localisation: Tours

Re: KMDA : Antwerpen & Planckendael

Messagepar didier » Vendredi 03 Novembre 2017 20:23

Merci pour ce compte-rendu, illustré par de tant de belles photos, tu m'as motivé pour une visite en 2018. Je suis allé 3 fois à Anvers il serait temps que je découvre Planckendael. :wink:
Dommage pour les blaireaux, c'est un animal que je n'ai jamais pu observer dans de bonnes conditions (Zoodyssée, Gramat, Parc de l'Emprunt), à chaque fois ils étaient assoupis, sur tes photos ils sont vraiment magnifiques.
En France , la liberté d'expression est un principe intangible, c'est sur cette base que toute personne peut librement émettre une opinion, positive ou négative, sur un sujet mais aussi sur une personne physique ou morale, une institution .
didier
 
Messages: 14628
Enregistré le: Samedi 13 Août 2005 10:28
Localisation: charenton-le-pont

Suivante

Retourner vers Photographier en espace zoologique

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

Tigre en mouvement