Attention aux projets escrocs, par Wildlife Angel

Attention aux projets escrocs, par Wildlife Angel

Messagepar Vinch » Mercredi 02 Septembre 2020 11:53

Le taux de survie des carnivores nés en captivité puis relâchés dans la nature s'élève à seulement 33 % d'après une étude publiée dans la revue Biological Conservation en 2008. Comme l'expliquait l'écologue Carl Safina dans une récente interview sur Mongabay, relâcher des animaux nés en captivité dans un environnement auquel ils ne connaissent rien, "c'est comme abandonner un chien au bord de la route. S'ils n'ont pas de culture liée au milieu naturel, le taux de mortalité est extrêmement élevé lors de leur première réintroduction."

Ci-dessous, vous trouverez la traduction d'un article de National Geographic résumant les résultats de l'étude publiée dans Biological Conservation.
-------------------------------
Selon une nouvelle étude, la plupart des grands carnivores captifs meurent s'ils retournent dans leur habitat naturel.

La probabilité que des animaux tels que les tigres et les loups survivent en liberté s’élèvent à 33 % selon une équipe de chercheurs de l'université d'Exeter au Royaume-Uni.

L'étude, qui a passé en revue 45 réintroductions de carnivores dans le monde, s'est interrogée sur le rôle des zoos et des programmes d'élevage en captivité dans les efforts de conservation.

« Les animaux en captivité n'ont généralement pas les comportements naturels nécessaires pour réussir dans la nature », a déclaré l'auteur principale et chercheur en comportement animal, Kristen Jule.

« Leur manque de compétences en matière de chasse et leur absence de peur envers les humains sont des inconvénients majeurs », a-t-elle déclaré.

« Nous soupçonnons depuis un certain temps que les animaux nés en captivité s'en sortent moins bien que les animaux sauvages. Mais ici, on a finalement quantifié le problème et son ampleur est importante », a-t-elle déclaré.

L'équipe de scientifiques a examiné les taux de survie de 17 espèces de mammifères réintroduites, dont des tigres, des loups, des lynx, des guépards, des ours bruns et des loutres.

Plus de la moitié des décès ont été attribués à des causes humaines, telles que des collisions de véhicules et des tirs délibérés.

L’étude a aussi montré que les carnivores nés en captivité étaient également plus susceptibles de mourir de faim que leurs homologues sauvages, et de devenir plus sensibles aux virus et aux maladies.

Particulièrement vulnérables

Le lycaon fait partie des espèces réintroduites qui se sont révélées particulièrement vulnérables aux humains, a déclaré M. Jule.

« Beaucoup d'entre eux sont abattus, empoisonnés, délibérément piégés et tués », a-t-elle déclaré.

Les lycaons relâchés en Afrique australe et orientale sont également régulièrement attaqués par les lions, a noté Mme Jule. Cette dernière a précisé :

« Les animaux nés en captivité ont moins de peur naturelle des autres grands carnivores ».

Toujours selon l’étude, les prédateurs élevés dans les zoos sont également moins performants socialement dans la nature.

Les loutres mâles et les renards véloces d'Amérique du Nord, par exemple, ont moins de chances de s'accoupler et de se reproduire, probablement parce qu'ils leur manquent les comportements sociaux nécessaires pour rivaliser avec leurs homologues sauvages, a déclaré Mme Jule.

Les mâles introduits sont également moins susceptibles de s'établir et de défendre des territoires.

L'étude a été publiée dans le dernier numéro de la revue Biological Conservation.

Techniques améliorées

Les résultats de l'étude suggèrent que les programmes de conservation utilisant des mammifères capturés à l'état sauvage ont plus de chances de réussir que ceux qui reposent sur des animaux élevés en captivité.

Mais les carnivores captifs ont toujours un rôle important à jouer en matière de conservation, a déclaré M. Jule, « parce qu'il y a de moins en moins d'animaux à l'état sauvage que nous pouvons déplacer ».

De meilleures techniques de réintroduction sont nécessaires pour faire des animaux captifs une option viable, a-t-elle déclaré.

Les chercheurs plaident pour une meilleure préparation préalable à la remise en liberté pour permettre aux carnivores élevés dans les zoos d'améliorer leurs compétences en matière de chasse et de s'adapter aux groupes sociaux naturels.

De meilleurs critères de sélection pour choisir les animaux à relâcher sont également nécessaires, a déclaré Mme Jule. Les recherches montrent, par exemple, que « les animaux les plus audacieux, en particulier envers les humains, sont plus susceptibles de mourir", a-t-elle déclaré.

De même, les animaux qui hésitent moins à s'aventurer au-delà des zones de réintroduction sont plus à risque, a-t-elle ajouté. L'amélioration des taux de survie est également importante du point de vue du bien-être animal, a déclaré Mme Jule.

« Avoir des animaux qui meurent de faim n'est évidemment pas l'idéal », a-t-elle déclaré. « Si nous pouvons les dresser un peu mieux à la vie dans la nature, cela améliore non seulement leur bien-être, mais aussi la réussite globale d'un projet ».

Conception minutieuse

Pour Sarah Christie, responsable du programme de conservation des carnivores à la Zoological Society of London, les programmes de relâchement des carnivores élevés en captivité doivent être conçus avec soin.

Les stratégies de réintroduction recommandées dans la nouvelle étude n'ont peut-être pas été mises en œuvre dans le passé, a déclaré Mme Christie, « mais les personnes qui planifient et pensent à l'avenir ont déjà ces idées en tête ».

Christie est actuellement impliquée dans les premières étapes d'un projet à long terme visant à réintroduire en Russie des léopards de l'Amour (Panthera pardus orientalis), une espèce en danger critique d'extinction, en utilisant des animaux élevés en captivité dans des zoos européens.
« Il n'y a qu'une minuscule population sauvage, c'est donc un de ces cas où l'on ne peut pas mettre en danger la population sauvage existante en y capturant des animaux pour les réintroduire ailleurs », a-t-elle déclaré.
« Nous n'aurions pas imaginé prendre un animal qui a grandi dans un zoo entouré d'humains pour ensuite le réintroduire dans un environnement sauvage », a-t-elle ajouté.

Au lieu de cela, Christie a dit qu'elle prévoit d'introduire des léopards de l'Amour reproducteurs dans de grands enclos ressemblant à leur habitat naturel.

« Nous les laisserons se reproduire là sans qu'aucune personne ne s'en approche, tout en leur fournissant des proies vivantes », a-t-elle déclaré.
« Les jeunes vont grandir isolés des humains et auront accès à des proies toute leur vie. Nous relâcherons alors ces animaux – et non les adultes ».

Sources : https://www.nationalgeographic.com/anim ... t-animals/
https://www.researchgate.net/publicatio ... d_analysis
Avatar de l’utilisateur
Vinch
 
Messages: 5790
Enregistré le: Jeudi 22 Octobre 2009 19:49

Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités

Tigre en mouvement