Un couple de gypaètes fait renaître l’espoir à la Garenne

Un couple de gypaètes fait renaître l’espoir à la Garenne

Messagepar Philippe » Vendredi 07 Juin 2019 6:52

Un couple de gypaètes fait renaître l’espoir à la Garenne (Suisse)

Les deux oiseaux sont sortis de leur cage jeudi 6 juin 2019 en fin de journée, quand le public avait quitté les lieux. Ils ont ensuite pris leurs quartiers dans la grande volière du Zoo La Garenne, qui sera leur nouvel espace de vie pour de nombreuses années. Dans le parc animalier, une certaine excitation régnait. L’arrivée des jeunes gypaètes est de bon augure. Elle permet d’ouvrir une nouvelle page de l’histoire de l’institution, haut lieu du programme de réintroduction du rapace dans les Alpes.

« C’est le début d’une nouvelle aventure, déclare le biologiste Raoul Feignoux. Pour la première fois nous accueillons un couple jeune et déjà formé. » Les deux sont nés en 2015 et ils sont en quelque sorte encore adolescents. Ils atteindront leur maturité sexuelle à l’âge de 5 ans au mieux. « Ils s’entendent bien, mais il faudra encore voir s’ils formeront un vrai couple dans leur nouvel environnement. Il n’y aura en tout cas pas d’œufs avant 2020. »

Les attentes sont grandes

Les deux nouveaux venus, qui n’ont pas encore de nom, auront le temps, d’ici là, de découvrir leur volière. Dès ce vendredi matin, ils sont aussi au contact du public qui déambule librement dans l’espace clos. Les attentes sont grandes envers les deux oiseaux. S’ils ont été placés à La Garenne par la Fondation Pro Gypaète, responsable du programme de réintroduction du rapace dans les Alpes, c’est en vue de leur reproduction. Le parc animalier est pour cela une excellente destination, car il a démontré de sérieuses compétences et beaucoup de réussites par le passé, même si, depuis quelques années, les résultats sont moins bons.

La mort du mâle Athos, en 2015, a marqué un tournant. Arrivé à Le Vaud en 1972, il avait été rejoint, en 1978, par une femelle pour commencer sa mission de reproduction en captivité. Avec sa première compagne, il avait eu treize poussins. Avec la seconde, Athia, il en a eu treize autres, ce qui a fait de lui le plus grand contributeur génétique du programme. Empaillée, sa dépouille a été léguée au Musée de zoologie de Lausanne. Pour lui succéder, La Garenne a ensuite accueilli Hélios, un mâle particulièrement maladroit pour s’accoupler. Il avait alors été remplacé par Aramis fin 2018. Ce mâle de 35 ans n’a pas eu le temps de démontrer ses capacités, puisque Athia est morte à son tour au mois de janvier 2019.

La Fondation Pro Gypaète a convenu qu’il fallait un nouveau départ en misant sur un jeune couple. Celui-ci vient d’Autriche, du centre de reproduction de Haringsee, près de Vienne. Le mâle est né en Espagne, avant de rejoindre sa future compagne avec qui il cohabite depuis juin 2016.

Le vieil Aramis a lui aussi vécu une journée de voyage jeudi pour laisser la place à ses successeurs. Il a quitté La Garenne à 6 heures du matin pour faire le chemin inverse, puisqu’il profitera d’une douce retraite dans les volières de Haringsee. « Il n’est resté chez nous que huit mois, mais j’ai quand même eu un pincement au cœur de le voir partir, avoue Raoul Feignoux. Je l’aimais bien. »
Source : 24 Heures.
Philippe
 
Messages: 11094
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Un couple de gypaètes fait renaître l’espoir à la Garenn

Messagepar Philippe » Vendredi 07 Juin 2019 22:12

Deux nouveaux gypaètes barbus ont pris leurs quartiers à La Garenne

Le parc zoologique de La Garenne à Le Vaud a accueilli un nouveau couple de gypaètes barbus. Les deux oiseaux de quatre ans ne devraient pas se reproduire tout de suite, mais ils participeront ultérieurement à un programme de réintroduction en Europe.

Les deux gypaètes sont déjà visibles des visiteurs dans leur volière, explique vendredi 7 juin 2019 le parc animalier vaudois. Ils proviennent d'un centre de reproduction en Autriche.

Depuis 1972, La Garenne s'est investie dans l'élevage des gypaètes barbus. Cette année-là, Athos, un mâle, était arrivé sur les lieux avant d'être rejoint en 1978 par une femelle en vue d'un programme de reproduction en captivité pour la réintroduction de l'espèce dans les Alpes.

Tous deux ont élevé 13 poussins avant que la femelle ne s'éteigne en 1995 à l'âge de 32 ans. La même année, une nouvelle femelle, Althia, s'installait à La Garenne.

A sa mort en 2015, Athos avait 47 ans et était le géniteur de 26 oisillons. Althia, elle, est morte en janvier de cette année à la veille de ses 30 ans.

Dans la nature

Dans le cadre de programmes de reproduction, de jeunes oiseaux sont transmis à d'autres parcs zoologiques, mais quelques-uns sont aussi relâchés dans la nature depuis les années 80. Aujourd'hui, environ 200 gypaètes barbus sont présents dans les Alpes. Mais seule une trentaine de couples se sont formés et se reproduisent. Un chiffre trop bas pour considérer cet oiseau comme hors de danger.

Image
Un couple de gypaètes est arrivé jeudi 6 juin 2019 à La Garenne. Agés de 4 ans, leur plumage n'est pas encore définitif.
Source : La Liberté.
Philippe
 
Messages: 11094
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06


Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : victor et 3 invités

Tigre en mouvement