Naissances marquantes en 2019

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Clemsy67 » Dimanche 13 Octobre 2019 20:11

Ca ne fait même aucun doutes candlemass !
C'est pour cela que je suis consterné quand je vois l'évolution de nos zoos. On est si loin du rôle de conservateur et de pédagogue qu'on ne pourra donner tort aux anti-zoos.
https://www.instagram.com/clemsga/
Clemsy67
 
Messages: 442
Enregistré le: Mercredi 26 Octobre 2011 16:17

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Thibaut » Dimanche 13 Octobre 2019 20:17

Je parlais justement de Zoopolis pas de Code animal. Zoopolis tu parles 5mn avec eux ils sont déjà perdus. Ils sont vraiment limités sur les pratiques de la captivité.
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1446
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Philippe » Lundi 14 Octobre 2019 20:27

Quatre lionceaux sont nés à Planète sauvage, au sud de Nantes (44)

Quatre lionceaux sont nés le 19 juillet, au parc animalier de Port-Saint-Père. Il n'y avait plus eu de naissance de lions depuis 2008 à Planète sauvage.

Quatre lionceaux sont nés dans la nuit du 19 juillet 2019, au parc animalier Planète Sauvage, à Port-Saint-Père (Loire-Atlantique), au sud de Nantes.
Il s’agit de deux mâles et de deux femelles. C’est la première naissance de lions à Planète Sauvage depuis 2008.

« En mère attentive, Freja s’est occupée de ses petits à l’abri des regards pendant leurs premières semaines, précise l’équipe du parc animalier. Les équipes de soigneurs et vétérinaires du parc ont suivi attentivement leur évolution en réalisant régulièrement des contrôles rapprochés et notamment des pesées. »

Au cours de l’hiver 2017-2018, Planète sauvage a décidé d’accueillir un nouveau groupe de jeunes lions d’Angola (Panthera leo bleyenberghi) en provenance de différents parcs zoologiques européens.

Cette sous-espèce originaire de l’ouest de l’Afrique australe (Angola, Botswana, Congo, Zimbabwe) est reconnaissable à la couleur plus claire de la crinière des mâles.

Image
Source : Le Courrier du Pays de Retz.
Biofaune : l'actualité de la conservation in & ex situ : http://biofaune.canalblog.com - www.facebook.com/biofaune
Philippe
 
Messages: 11472
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Thibaut » Samedi 19 Octobre 2019 11:52

Réserve africaine de Sigean : naissance de trois petits lycaons

Décidément les naissances s’enchaînent à la réserve africaine. Après les guépards, la réserve communique sur la naissance de trois petits lycaons. Elle remonte à fin août mais c’est seulement maintenant qu’ils commencent à sortir du terrier dans lequel ils sont restés au calme avec leur mère. les trois petits sont nommés Sidibé, Sobak et Siwa. Une bonne nouvelle pour une espèce très menacée, intégrant un EEP – programme d’élevage européen – mais aussi pour les visiteurs de la partie pédestre du parc.


https://www.lasemaineduroussillon.com/2 ... n-lycaons/
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1446
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Lundi 21 Octobre 2019 13:44

Zoo de la Palmyre

Naissance d’un cercopithèque de Hamlyn
Notre petit cercopithèque de Hamlyn (Cercopithecus hamlyni) fête aujourd’hui son premier mois d’existence ! Bien qu’encore solidement accroché au ventre de sa mère, il se montre de plus en plus actif. Il possède un pelage orange vif qui tranche avec celui gris-olive des adultes.
L’espèce compte moins d’une trentaine de représentants en Europe, répartis dans 7 institutions zoologiques. Pour l’instant, seulement deux naissances ont été enregistrées cette année, dont celle-ci.
Les cercopithèques de Hamlyn évoluent dans les forêts tropicales de l’est de la RDC et de l’ouest du Rwanda. Ils passent près des 2/3 de leur temps au sol. Ils se nourrissent de fruits, de graines, de feuilles, d’écorces et d’insectes.
L’espèce est menacée par la déforestation et le braconnage pour la viande de brousse. Discrète et silencieuse, elle est difficilement observable. Classée Vulnérable sur la Liste Rouge de l’UICN, sa population est en déclin.


Source : https://fr-fr.facebook.com/ZooLaPalmyre/

Merci Philippe :wink:
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Lundi 21 Octobre 2019 15:52

Naissance de trois tayras (1 mâle et deux femelles) au Dierenpark Zie Zoo :

Image

Source : https://www.facebook.com/11929984484151 ... =3&theater
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar candlemass » Mardi 22 Octobre 2019 17:49

Un bébé potoroo est né à Pairi Daiza. Il est actuellement dans la poche de sa maman.

Photo demain :)
candlemass
 
Messages: 395
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Jeudi 24 Octobre 2019 11:24

Naissance de deux chats des sables à Mervent :

Image

Photo issue de l'article de Ouest France, malheureusement réservé aux abonnés : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la- ... nt-6577421

Une vidéo semble aussi visible sur la page Facebook du parc mais elle ne fonctionne pas sur mon pc.
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Jeudi 24 Octobre 2019 11:53

Zoo Givskud
Nouvelle portée chez les loutres géantes
23 octobre 2019

GIVSKUD ZOO - Les loutres géantes de ZOOTOPIA, Frieda et Saro, ont eu une nouvelle portée. Comme toujours, les nouveau-nés sont vulnérables et on ignore encore si les jeunes vont survivre.

Une fois encore, GIVSKUD ZOO - la paire de loutres géantes de ZOOTOPIA, Frieda et Saro, a donné naissance à des petits - cette fois-ci, trois jeunes vivants et un mort-né sont arrivés.
Normalement, les jeunes loutres géantes sont très fragiles et il y a eu plusieurs cas dans le parc où les portées n'ont pas survécu. Cette heure est très spéciale et très vulnérable car la naissance a commencé au milieu de la journée. Cela signifiait que la femelle Frieda était perturbée en cours d'accouchement.

- Nous n'avons jamais vu les femelles loutres géantes mettrent bas en milieu de journée. Et cette fois, les enfants sont également venus avant que nous nous attendions. Je suis venu pour la deuxième fois de la journée nourrir les animaux avec des invités dans le parc, et là, je pouvais voir la mère porter un petit nouveau, raconte le gardien des loutres géantes, François Lemonnier.

Stress à la naissance
Plusieurs facteurs rendent les jeunes moins susceptibles de survivre dans cette nouvelle portée.

- Le fait que les loutres aient été perturbées en cours d’accouchement est contrariant. Les animaux étaient stressés et il leur a fallu quelques heures pour s'installer et fouiller le nichoir avec les petits. En revanche, ils ont cherché l'eau où les loutres géantes se sentent en sécurité. Mais les jeunes ne peuvent pas rester longtemps dans l'eau, car ils risquent d'être refroidis et de contracter une pneumonie, explique François Lemonnier, ajoutant:

- En même temps, le stress peut aider à arrêter la production de lait de la mère, ce qui signifie que les jeunes ne peuvent pas se nourrir.

Les grands frères et sœurs peuvent être un risque
Les autres habitants de l'enclos ont également un impact sur les chances de survie des jeunes. Le couple de parents et les deux jeunes les plus âgés de 2017 devraient probablement être en mesure de s'occuper du nouveau-né car ils en ont déjà fait l'expérience.
En revanche, on ignore si les quatre gros bébés nés en novembre 2018 seront en mesure de le faire.

- Une portée née si près de la portée précédente n'a survécu qu'une seule fois dans le parc. Chez les loutres géantes, les parents et les frères et soeurs ont tendance à s’occuper des petits. Mais nos petits de l'année dernière ne sont pas si vieux et ils ont encore beaucoup à apprendre. Par exemple, ils ont besoin de savoir à quel point ils ont du mal à mordre lorsqu'ils soulèvent les oursons dans la bouche. Ils ont besoin de savoir combien de temps ils doivent garder les petits sous l'eau pour qu'ils ne se noient pas. Et ils ont besoin de savoir à quel point ils sont fous de jouer avec les petits, de les pousser et de les jeter en l'air sans les blesser. Donc, la prochaine fois, on verra si nos loutres géantes d'un an peuvent le faire, dit François Lemonnier.

La nature doit suivre son chemin
Des caméras ont été installées dans le nichoir afin que François Lemonnier puisse garder un œil sur la façon dont les grandes loutres géantes traitent le nouveau-né. Cela peut être difficile, surtout si les plus gros sont difficiles pour les plus petits ou tout simplement les manger, ce qui est déjà arrivé. Mais il faut expliquer :

- Nous sommes très heureux pour les jeunes et nous espérons bien sûr qu'ils survivront. Mais il faut laisser la nature suivre son cours, même si cela peut sembler dur. Les chances doivent apprendre le comportement naturel, et ils ne le font pas si nous prenons les petits du troupeau pour les préparer à la main. Ceci, bien sûr, présente un risque que les jeunes ne survivent pas.

Alors que les jeunes sont petits, la gigantesque maison des loutres de GIVSKUD ZOO - ZOOTOPIA est fermée aux visites afin que les animaux puissent jouir du plus grand calme.

Source : https://www.givskudzoo.dk/dk/nyheder/ny ... peodderne/
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Samedi 26 Octobre 2019 19:06

Naissance de 8 lycaons le 24 septembre dernier au Pal. La mère se prénomme Zimba et est arrivée au parc en septembre 2018.

Source avec une vidéo de la naissance : https://fr-fr.facebook.com/lepalofficiel/
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Lundi 28 Octobre 2019 16:27

Double naissances de calaos à Walsrode.
Le parc allemand a eu la joie de voir naître un calao à cimier des Célèbes Rhyticeros cassidix, espèce présente dans quatre zoos en Europe selon Zootierliste, et un calao rhinocéros de Java Buceros rhinoceros silvestris, espèce hébergée dans douze parcs quant à elle.

Image
Jeune calao à cimier

Sources : https://www.weltvogelpark.de/service/ne ... 608af9d8a8 ; https://www.facebook.com/pg/dieProZooSe ... e_internal
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar AnimauxEtZoos » Samedi 16 Novembre 2019 8:11

Le 30 octobre, un okapi a vu le jour au Zoo de Bâle. Les okapis sont une espèce très rare, aussi bien dans la nature que dans les zoos. La naissance de Quinta, la deuxième déjà cette année, est donc d’autant plus réjouissante.

Pesant à peine 30 kg, Quinta était déjà debout sur ses pattes une vingtaine de minutes seulement après sa naissance. Et quelques instants plus tard, la petite femelle tétait allègrement sa mère, Mchawi (8 ans). Le 18 février 2019 déjà, un autre okapi était né au Zoo de Bâle. Qenco, le fils d’Ebony (8 ans), vit lui aussi dans le pavillon des antilopes. Il pèse à présent 150 kg. La dernière fois que le Zoo de Bâle a enregistré deux naissances d’okapis la même année remonte à l’an 2000.

Dans les zoos, la naissance d’un okapi est un événement rare. Les 27 zoos d’Europe qui accueillent cette espèce et mènent pour elle un programme d’élevage et de conservation (EEP) ne recensent pas plus de 76 individus en tout. Les okapis sont également très rares à l’état sauvage: selon la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ils sont une espèce très menacée, confrontée à un risque extrêmement élevé d'extinction imminente. On estime leur population mondiale à quelque 10 000 individus seulement.

Bien caché

Les visiteuses et visiteurs n’apercevront que rarement le petit okapi au cours des premières semaines qui suivent sa naissance. Et pour cause: à l’image des chevreuils de nos régions, d’autres espèces d’ongulés mais aussi des lapins, les jeunes okapis aiment se faire discrets. Ils restent tapis dans une cachette en attendant leur mère. Ce comportement, associé au fait que leurs glandes odorantes ne sont pas encore actives, les protège des prédateurs.

Mais grâce à une caméra installée juste au-dessus de sa cachette, les visiteurs peuvent néanmoins observer le jeune okapi. Dans les premiers temps, il dormira beaucoup et ne bougera que lorsque sa mère se présentera pour la tétée. L’écran sur lequel les images du jeune animal sont retransmises se trouve dans le pavillon Gamgoas. Il suffit de jeter un coup d'œil dans la station d’élevage des termites. Le pavillon des antilopes est fermé de 12 h à 14 h. Afin de ne pas troubler la mère et son petit, les visiteurs sont priés de faire le moins de bruit possible.

On appelle parfois l’okapi «girafe sauvage» en raison de son lien de parenté très étroit avec elle. Chez les okapis cependant, seuls les mâles portent sur leur front les ossicônes typiques de la girafe. Leur longue langue extrêmement mobile leur est en revanche commune à tous.

Le Zoo de Bâle soutient un projet de protection des okapis

La survie de l’okapi, une espèce découverte en 1901 seulement, est intimement liée à l’avenir des forêts tropicales de son pays d’origine. L’aire de répartition principale de l’okapi est la forêt équatoriale de l’Ituri, dans la République démocratique du Congo, et plus précisément la réserve de faune à okapis qu’elle abrite. Depuis des dizaines d’années, les guerres civiles, les flux migratoires et les troupes militaires en faction constituent une menace pour la population d’okapis et son habitat.

Le Zoo de Bâle soutient le «Okapi Conservation Project» depuis plus de trente ans. Là-bas, les gardes-chasse sont formés à la protection des animaux sauvages, tandis que la population locale bénéficie d'un soutien précieux, qui prend notamment la forme d’aides directes, comme par exemple la fourniture de médicaments, des formations et l’élaboration de modèles agricoles durables. Tout cela dans le but d’offrir aux habitants sur place des perspectives de vie à long terme et de protéger durablement l’environnement. Des caméras ont été installées afin de mieux comprendre le comportement des okapis dans leur aire de répartition naturelle. Les premiers enregistrements montrent clairement à quel point ces animaux à rayures maîtrisent l’art de se cacher dans la forêt.

https://www.okapiconservation.org/camer ... f-animals/



Voici également le lien de la vidéo de la naissance du petit okapi : https://youtu.be/zmEiZ-6IiMM

Source : https://www.zoobasel.ch/fr/aktuell/deta ... EWSID=1250
AnimauxEtZoos
 
Messages: 355
Enregistré le: Dimanche 04 Septembre 2016 13:36

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Mardi 19 Novembre 2019 9:20

Une naissance exceptionnelle !!!
Un 8ème bébé bonobo est né à la Vallée des Singes.
C'est le 207ème représentant seulement de son espèce en captivité et le premier bébé d'Omanga !
Omanga est très attentionnée et prend grand soin de son petit.
Ces images "volées" (car elle protège le petit des regards...) ont été prises par une éthologue, Anita GENOVESE, présente actuellement à la Vallée des Singes pour étudier les bonobos.

Source : https://fr-fr.facebook.com/pg/valleesin ... e_internal

Petite précision : il s'agit d'une naissance au sein du groupe destiné à Rhenen, composé ainsi :

Lisala (F, Catherine x Masikini) 1980
Bondo (M, Lisala x Mato) 1991
Kutu (F, Kombote x Masikini) 1996
Luebo (M, Lisala x Birogu) 2006
Lingoye (F, Lina x Kirembo) 2007
Omanga (F, Kamiti x Ludwig) 2008
Visola (F, Kutu x ?) 2015
Nginga (F, Lingoye x ?) 2018

Source : https://www.zoochat.com/community/threa ... 727/page-8

Vous y trouverez également la liste complète et à jour de tous les bonobos détenus en captivité ! 8)
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Antoine » Mardi 19 Novembre 2019 12:22

Surprise à Afrykarium !

Lorsque des macroscélides de Peters se sont installés dans l’Afrykarium en mars dernier, personne ne s’attendait à ce que leur progéniture apparaisse aussi tôt. Un énorme succès, car il s'agit d'une espèce peu connue et rare dans les zoos. On peut les voir dans la zone de la jungle du Congo, entre le bassin de crocodiles et les lamantins.

La première paire de macroscélides de Peters - Migotka et Ryjek - est arrivée à Wroclaw en provenance du zoo de Rotterdam en avril 2018. Après un an, ils ont été rejoints par une deuxième femelle de Rotterdam - Little Mi.

À la fin du mois d'octobre et novembre cette année, les deux femelles ont donné naissance à des jeunes. C'était prévu, mais c'était quand même une surprise. Après tout, les macroscélides sont des animaux monogames "très probablement"!

- Dans la nature, ils sont seuls, bien qu'ils soient soupçonnés de former des couples monogames. Cependant, nos individus viennent de saper cette théorie - sourit Andrzej Miozga , responsable de la section des petits mammifères et tuteur des macrscélides - Les deux femelles ont donné naissance à un jour d'intervalle.

Interrogé sur les macrscélides, le président du zoo de Wroclaw est également souriant :

- Oui, c'est très intéressant. Pour nous, cela signifie un autre défi : confirmer qu’ils ne sont pas monogames ou prouver que c’est un "accident" au stade de la construction d’une relation monogame. Les deux situations ont des conséquences spécifiques. S'ils s'avèrent qu'ils ne sont pas monogames, cela signifiera que la taille de la population dans l'environnement naturel pourra se reconstituer assez rapidement, ce qui est important pour protéger l'espèce de l'extinction. - dit Radosław Ratajszczak .

Comme vous pouvez le constater dans cet exemple, nous avons encore beaucoup à découvrir dans la nature.

Bien sûr, les informations de base sur les macroscélides de Peters sont connues. Ils appartiennent à l'une des 17 espèces de musaraignes éléphants d'Afrique, dont certaines sont assez bien connues. Cependant, leur lieu de résidence étant différent, leur climat, leur cadre de vie et leur régime alimentaire sont différents.

- Presque tout ce que nous savons de la biologie de cette espèce de macroscélides porte le mot "le plus probable". Cela signifie que l'élevage nécessite une attention particulière - apprentissage et échange constant d'informations avec d'autres parcs. - dit Radosław Ratajszczak , président du zoo de Wroclaw.

L'élevage d'une espèce peu connue n'est confié qu'à des équipes expérimentées. Comme vous pouvez le constater, une fois encore, Wroclaw se porte très bien. Après 19 mois de travail, ils ont atteint leur objectif: les animaux se sont acclimatés et se sentaient assez bien pour commencer à se reproduire. Maintenant, vous pouvez regarder les cinq macroscélides dans Afrykarium.

Le zoo de Wroclaw est le seul parc en Pologne à sauver les animaux dans leur environnement. De plus, sur son territoire, des races, entre autres espèces menacées ou en voie de disparition. En visitant le zoo de Wrocław et en choisissant en particulier le billet d’entrée «ZOO TO RESCUE», les visiteurs contribuent à sauver de nombreuses espèces d’animaux - des rhinocéros indiens aux grenouilles de Titicaca.

Macroscélides de Peters (Rhynchocyon petersi)

Ces petits mammifères se distinguent par un long museau utilisé pour retourner la litière et déterrer les coléoptères. Ils ont aussi une longue langue qu'ils utilisent pour collecter les insectes et leurs larves. Les adultes atteignent un poids de 350 à 700 grammes, une longueur de corps allant jusqu'à 31 cm et une longueur de queue de 25 cm. Bien qu'ils soient eux-mêmes des prédateurs, ils doivent souvent fuir leurs ennemis - des serpents et des oiseaux, ce qui explique pourquoi leurs pattes postérieures sont beaucoup plus longues que celles des membres antérieurs. Une vision parfaite, une audition et un odorat les aident à protéger leur vie. Ils ne communiquent pas souvent les uns avec les autres. Il n’est donc pas surprenant qu’ils n’utilisent pas la voix, mais dans les situations stressantes, ils se cognent le pied ou la queue contre le sol. En outre, ils ont des glandes odorantes, dont les sécrétions désignent la région. Ces glandes sont situées autour de l'anus, du sternum, de l'abdomen et des pieds.

Ils se nourrissent d'insectes - principalement des coléoptères, des termites et des centipèdes.

Les macroscélides de Peters sont considérés comme un indicateur d’un écosystème en bonne santé. Ils améliorent la structure du sol, utilisant leur longue bouche pour creuser la litière, et se nourrissant d'insectes en régulant leur nombre.

En ce qui concerne la menace et la protection de cette espèce, nous avons affaire à un véritable carrousel, qui mérite cependant d’être expliqué. En 1990, l’IUCN a reconnu les macroscélides de Peters comme "rares" (R - Rares), en 1996 les "espèces en voie de disparition" (E - en voie de disparition), en 2006, "sensibles à l’extinction" (VU - Vulnerable), en 2016 pour lui donner le statut de "préoccupation mineure" (LC - Préoccupation mineure). Ces changements ne résultent pas de l'amélioration de la situation de ces animaux dans l'environnement naturel, ils résultent d'une meilleure connaissance de ceux-ci. Il s'avère que bien que la population ait diminué de 30% au cours des 10 dernières années, principalement à cause de la déforestation, ces animaux montrent une grande adaptabilité aux nouvelles conditions. L’IUCN souligne cependant qu’il s’agit d’une espèce à surveiller de près, parce que la tendance à la baisse de la taille de la population est toujours en cours et que le statut de menace devrait peut-être être relevé à «quasi menacé» (NT). D'où le développement de l'élevage conservateur dans les zoos.

Image

Source : http://zoo.wroclaw.pl/pl/niespodzianka- ... arium-.htm

Cette espèce est présente dans six zoos en Europe dont Biotropica (source : https://www.zootierliste.de/?klasse=1&o ... t=50902554)
Antoine
 
Messages: 2755
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: Naissances marquantes en 2019

Messagepar Therabu » Mardi 19 Novembre 2019 16:13

Un élevage conservateur par les zoos qui repose, si je ne m'abuse, sur un nombre très faible de fondateurs (moins que les doigts de la main). Nous sommes dej au moins à la troisième generation et les animaux doivent être fortement consanguins.

Merci Antoine en tout cas pour ces news!
Therabu
 
Messages: 3344
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 7 invités

Tigre en mouvement