Bénédicte Merlet rejoint le parc floral d'Orléans (45)

Bénédicte Merlet rejoint le parc floral d'Orléans (45)

Messagepar Philippe » Vendredi 10 Novembre 2017 11:47

Bénédicte Merlet, du parc du Puy du Fou jusqu'au parc floral de La Source à Orléans(Loiret)


Après 25 ans auprès des animaux du parc du Puy du Fou, Bénédicte Merlet est la nouvelle responsable animalier du parc floral.

Tout a commencé par les chevaux. « J'ai grandi entourée d'animaux domestiques, mon père était agriculteur. J'ai commencé à monter un cheval vers l'âge de 9 ans. »

C'est, en partie, grâce à cette passion que Bénédicte Merlet intègre l'équipe de la Cinéscènie du Puy du Fou, en tant que figurante. Elle a alors « 15 ou 16 ans. C'était le tout début du parc. Puis de bénévole, je suis devenue saisonnière pour les spectacles équestres de jour et de nuit ».

C'était dans les années 1990. Le parc prend son essor. Lance un spectacle de fauconnerie. « On m'a demandé de le présenter. Je ne connaissais pas les rapaces, j'ai appris sur le terrain en vivant les choses avec les animaux. Entre 1990 et 1996, je m'occupais des chevaux et des faucons. On faisait preuve de beaucoup de polyvalence. »

Travailler auprès des oiseaux est une révélation pour elle : « Il n'y a pas la même complicité qu'avec les chevaux mais j'ai eu un coup de cœur pour la relation avec l'animal sauvage. »

« Ce qui compte, c'est le bien-être de l'animal »

L'école de la patience est le secret pour réussir à faire un spectacle impliquant un animal. « Il faut prendre du temps avec lui, l'amener à faire quelque chose sans contraintes. De toute manière, c'est lui qui donnera les limites. À nous de le respecter. Au Puy du Fou, nous faisions de la reproduction, les oiseaux étaient élevés à la main pour les imprégner de l'homme. Malgré tout, nous avons des oiseaux qui se sont échappés. En travaillant avec les animaux, on apprend à affiner notre sens de l'observation, pour voir tout de suite si ils sont malades, stressés. Il faut des années pour l'acquérir. Mais quand vous vous occupez d'eux tous les jours, ils vous le rendent bien. Tout ce qui compte c'est le bien-être de l'animal. » Les soigneurs du Puy du Fou veillaient, « lorsque j'y étais », sur 380 oiseaux, quelque 150 chevaux, hiver comme été, « avec des entraînements tous les jours, comme des athlètes ».

Le parc créé par Philippe de Villiers développe aussi une politique de conservation des espèces menacées, en lien avec d'autres associations et parcs zoologiques. Bénédicte Merlet en est l'une des chevilles ouvrières. « Nous avons fait des visites en Argentine, dans le cadre d'un programme de protection du condor. Nous avons aussi vendu des bracelets pour protéger les vautours au Nepal, pour qu'ils protègent des plateformes de nourrissage. On ne peut pas protéger l'espèce sans protéger l'espace dans lequel elle évolue », détaille-t-elle. « À travers un spectacle mettant en scène des espèces protégées, l'émotion transmise par les animaux est la meilleure des sensibilisations. »

L'autre facette de son travail au Puy de Fou était la mise en place d'ateliers pédagogiques autour des oiseaux pour les enfants et les adultes qui fréquentaient le parc vendéen.

De Center parcs au parc floral

En 2008, elle passe son premier certificat de capacité pour les rapaces. « Cela valide des acquis, une expérience. »

Elle le complète en 2015 avec un diplôme similaire pour les mammifères de la faune européenne, comme les grues, les daims. Car en 2014, elle a ouvert un nouveau chapitre de sa carrière. « J'ai participé à l'ouverture du Center parc de Vendée, le Bois aux daims, qui incluait un projet de parc animalier. Le projet était écrit sur le papier, mais il y avait tout à construire. Nous sommes partis d'un champ. Cela a été six mois intenses. J'étais chargée de recruter l'équipe, suivre le chantier, réceptionner les animaux. Nous avons aussi mis en place des animations pour la sensibilisation du grand public. »

Mais ce n'était qu'une étape pour celle qui aime découvrir de nouvelles espèces. Forte de ses 25 ans au service de la grosse machinerie du show, elle recherche un rapport plus intimiste entre le public, le soigneur et l'animal. Le 17 juillet, elle a pris ses fonctions de responsable animalier au parc floral de La Source.

« Je ne connaissais pas Orléans, ni le parc floral. J'avais mon entretien l'après-midi, je suis venue visiter le parc le matin et je suis tombée sous le charme. Je me suis sentie apaisée par la végétation et les animaux dynamisent et attirent. Ce n'est pas un grand zoo mais c'est bien organisé. » Elle est également fascinée par la serre aux papillons, qui lui permet d'approfondir ses connaissances envers une autre catégorie d'animaux : les insectes. « Le début de la chaîne alimentaire. »

Elle est donc en charge du suivi sanitaire des animaux, du respect de la réglementation, de gérer l'équipe dédiée et de développer l'activité. Comme la sensibilisation et la médiation. Autant d'actions qu'elle aimerait mettre en place dès que possible. Les ânes Jojo et Juju, et tous leurs compagnons à poils et à plumes, seront les meilleurs ambassadeurs de la protection de l'environnement et à la conservation des espèces.

Image

Bénédicte Merlet veut lancer des animations pédagogiques en lien avec les animaux pour sensibiliser le public du parc floral.
Source : La République du Centre.
Philippe
 
Messages: 9014
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Bénédicte Merlet rejoint le parc floral d'Orléans (45)

Messagepar nico » Samedi 11 Novembre 2017 13:15

Bien évidemment, vous aurez corrigé que le bois aux daims se trouve dans la Vienne et non pas dans en Vendée. J'ai connu Bénédicte au center parcs, c'est quelqu'un de très agréable. A noter qu'elle faisait équipe avec Sylvie Negret (bien connu des amateurs de Doué la fontaine) aux bois aux daims.
Je lui souhaite une excellente continuité dans sa carrière.
Avatar de l’utilisateur
nico
 
Messages: 3188
Enregistré le: Vendredi 29 Juillet 2005 12:29
Localisation: indre et loire (chinon)


Retourner vers Actualités

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 3 invités

Tigre en mouvement