Montaigu-la-Brisette (50) : le parc animalier va s'agrandir

Nouvelles installations, arrivées et transferts d'animaux, événements...

Montaigu-la-Brisette (50) : le parc animalier va s'agrandir

Messagepar Philippe » Mardi 31 Juillet 2018 17:20

Destination idéale de promenade estivale, mais pas seulement, le parc animalier de Montaigu-la-Brisette, entre Valognes et Saint-Vaast-la-Hougue, dans la Manche, invite le public à la découverte de la faune du monde entier.

Créé en 1983 au cœur du bocage normand à Montaigu-la-Brisette, le parc animalier Saint-Martin reçoit ses visiteurs dans un espace boisé d’une quinzaine d’hectares bordés d’étangs, à la rencontre d’une multitude d’animaux provenant des cinq continents.

À l’inventaire, on trouve une quarantaine d’espèces sauvages et domestiques, loups, zèbres, lémuriens, singes, wallabies, lamas, dromadaires, yacks, cerfs, perroquets et autres ratons laveurs. «  Nous avons accueilli, l’année dernière, un renne en plus, de nouveaux lémuriens, un ara rouge et un ara militaire (vert) », racontent Pascale et Nicolas Descoursières, propriétaires du parc. Sans oublier deux buffles d’eau et un bufflon. « Et nous avons eu de nombreuses naissances, notamment de mouflons, d’alpagas, de lamas, de wallabies et aussi de babouins. »
Une trentaine d’animaux y naissent chaque année. L’occasion de rappeler « son attachement profond au bien-être des animaux dans un environnement sauvage, mais propre » .

La starisation des zoos

Face à la multiplication des émissions de télévision consacrées aux zoos, Nicolas Descoursières reste serein. « Cela n’a pas d’impact sur la fréquentation du parc », confie-t-il. En revanche, les demandes de stage sont nettement en hausse, ce qui ne manque pas de l’amuser, car à la télévision, on oublie de montrer que « s’occuper des animaux, c’est 80 % du temps que l’on consacre au nettoyage de leur habitat » .

Avant l’ouverture estivale, de nombreux travaux de réfection et d’embellissement ont été réalisés, surtout dans les enclos et les volières, et de nouvelles structures ont été installées. Outre la visite, à l’orée du parc, les jeunes visiteurs pourront profiter des balades à poney et poney attelé.

Une extension programmée

« Nous envisageons un agrandissement du parc d’ici deux ans, sur une surface de trois hectares » , indique Nicolas Descoursières, qui dispose d’une grande réserve foncière. En l’occurrence, « une plaine africaine qui accueillera des zèbres et des dromadaires » .

Et des antilopes ou des crocodiles ? « Non, car la réglementation est très stricte en matière de faune sauvage, et implique une autorisation de présentation au public, spécifique à chaque espèce », et donc de devenir capacitaire après une longue formation légale obligatoire. Et contraignante en regard du temps disponible pour l’exploitation du parc actuel.

Si les quatre salariés du parc ne devraient pas voir leur nombre augmenter, les visiteurs, eux, en hausse, se verront bientôt offrir une promenade plus longue dans l’univers magique des animaux du monde.

Image
Source : Ouest-France.
Philippe
 
Messages: 9532
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Retourner vers Nouveautés

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Tigre en mouvement