La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Opale

Nouvelles installations, arrivées et transferts d'animaux, événements...

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar zoovenirs » Dimanche 25 Mars 2018 17:48

Il semble que 2 projets vont se télescoper.
Boulogne doit accueillir un projet privé similaire, mais la serre tropicale doit s’étendre sur 2 000 m2 cette fois.
C'est bien le Naturospace qui cherche à dupliquer le concept de Honfleur sur ce nouveau site avec oiseaux et papillons.
Avatar de l’utilisateur
zoovenirs
 
Messages: 1227
Enregistré le: Dimanche 04 Septembre 2011 13:54

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar zoovenirs » Dimanche 25 Mars 2018 18:05

La serre tropicale de Boulogne sur Mer se fixe un objectif de 90 000 à 100 000 visiteurs par an. Elle devrait aussi favoriser l’emploi avec l'embauche de 10 à 15 salariés pour l’animer.
Début de travaux en 2019.

Image
Source:SCIB Damico et associés
Avatar de l’utilisateur
zoovenirs
 
Messages: 1227
Enregistré le: Dimanche 04 Septembre 2011 13:54

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar theocharlotte62 » Dimanche 25 Mars 2018 19:20

Quelles espèces sont attendus dans la serre de Boulogne sur mer?
theocharlotte62
 
Messages: 13
Enregistré le: Lundi 30 Octobre 2017 12:54

LA PLUS GRANDE SERRE TROPICALE EN FRANCE !

Messagepar Kingeider » Mardi 27 Mars 2018 13:31

Bonjour à tous,

Juste un petit mot pour relayer cette nouveauté :
Toutes les infos sur www.tropicalia.org

A bientôt !
Kingeider
 
Messages: 1
Enregistré le: Mardi 27 Mars 2018 13:05

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar gervaise » Mardi 01 Octobre 2019 1:13

un petit reportage d'avril 2019....


https://www.admagazine.fr/architecture/ ... onde/54903

Étonnant que Berk veuille développer ce projet, :shock: :shock: :shock:
les 2 colonies de phoques de la baie d'authie totalisant 80 phoques, attirent déjà pas mal de monde....
gervaise
 
Messages: 39
Enregistré le: Mardi 23 Février 2010 14:00

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar abel » Mercredi 16 Octobre 2019 21:06

Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France

16 octobre 2019 / Didier Harpagès (Reporterre)

« La plus grande serre tropicale du monde » pourrait être érigée sur la Côte d’Opale, dans le Pas-de-Calais. Ce projet, soutenu par de multiples acteurs, suscite des interrogations sur son caractère antiécologique.

« Tropicalia offrira à ses visiteurs une expérience immersive dans un environnement d’envergure unique. 20.000 m² au sein de la plus grande serre tropicale du monde, érigée sur la Côte d’Opale et maintenue à une température ventilée de 26-28 °C toute l’année. Un monde animal et végétal en parfait équilibre pour le plaisir des sens, une porte ouverte vers la compréhension et le respect d’un écosystème unique. » C’est en ces termes passionnés que la holding Opal Tropical Concept (OTC) s’exprime sur son site internet. Des éléments de langage qui invitent au rêve, au voyage « dans une bulle de nature et d’harmonie, offrant un spectacle sensuel, exaltant, idyllique ».

Sous un énorme dôme de 35 mètres de hauteur, facilitant la croissance des arbres, un cénote — un gouffre rempli d’eau douce tel qu’il en existe au Mexique — serait l’une des attractions phare du dispositif. Du reste, plus de 8.000 papillons, des poissons d’Amazonie, des reptiles, plusieurs variétés d’orchidées, des bananiers, des manguiers côtoieraient « des colibris virevoltants ». La silhouette de ce minuscule oiseau, icône des mouvements écologiques, sert de logo à la holding OTC.

Un investissement global de 54,2 millions d’euros

À l’origine de ce projet prioritairement touristique, Cédric Guérin, un ancien vétérinaire séduit par les régions tropicales et reconverti dans les affaires. Il est aujourd’hui président de la holding OTC. La réalisation de la serre tropicale a été initialement introduite au sein de la zone d’aménagement concerté (ZAC) du Champ Gretz, délimitée par 71 hectares de terres agricoles, appartenant aux communes de Rang-du-Fliers et de Verton (Pas-de-Calais), et dont la communauté d’agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) est le maître d’ouvrage depuis quelques années. L’aménagement de cette ZAC prévoit la construction de logements, l’installation de petites et moyennes entreprises et industries (PME et PMI), le développement d’activités tertiaires ainsi que l’implantation d’une zone de loisirs et de tourisme dévolue désormais au porteur du projet Tropicalia. L’enquête publique, ouverte à la fin de l’année 2018 et relative à la mise en œuvre de la ZAC, a reçu un avis favorable du commissaire-enquêteur, lequel a souligné dans son rapport l’absence d’opposition ainsi que le respect, selon lui, des règles juridiques en vigueur. Le 14 mars 2019, le conseil communautaire de la CA2BM déclarait l’aménagement de la ZAC d’intérêt général et invitait le préfet du Pas-de-Calais à se prononcer en faveur d’une utilité publique. Ce qui fut fait le 30 avril 2019.

Le projet Tropicalia peut donc se concrétiser. Il exige un investissement global de 54,2 millions d’euros. Nicolas Fourcroy, associé de Cédric Guérin, évoque une demande de subvention auprès d’organismes susceptibles d’y répondre, selon lui, favorablement : « En juillet 2018, j’ai adressé au directeur régional pour les Hauts-de-France de l’Ademe [Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie] une lettre exprimant notre souhait de solliciter une aide de 7 millions d’euros de la part de l’Ademe et du Feder [Fonds européen de développement régional]. Ce courrier a été suivi d’un rendez-vous de présentation formel en décembre 2018 en présence de représentants de l’Ademe. Nous sommes encore en pourparlers. »

« Nos échangeurs thermiques sont indispensables, sans eux le projet Tropicalia ne pourrait pas voir le jour »

La conception de cette serre hors normes repose sur une technologie innovante. La structure serait chauffée naturellement à l’aide d’un système de double membrane gonflable. À ce propos, Nicolas Fourcroy déclare que la serre tropicale disposera, du point de vue de ses besoins en chaleur, d’une entière autonomie : « Il n’y aura aucun recours à l’énergie fossile, aucune chaudière ne sera requise. Par ailleurs, l’intégralité de la chaleur produite par l’effet de serre fera l’objet d’un recyclage et d’un stockage. Il sera possible de transférer les calories de l’air dans des bassins d’eau qu’elle réchaufferait. Cette chaleur sera restituée la nuit ou durant les périodes les plus froides. » S’appuyant sur des « études très sérieuses effectuées par des bureaux techniques », Nicolas Fourcroy estime que les ressources excédentaires de chaleur seront « revalorisées en interne mais aussi en externe puisqu’elles seront exportées et alimenteront un réseau partagé notamment avec un établissement hospitalier situé à proximité ».

Jaouad Zemmouri, inventeur de la technologie en question, dite Terrao Exchanger, préside la société Terraotherme, basée à Wavrin et à Grande-Synthe (Nord). Selon le journal Les Échos, l’échangeur de la société est « doté de deux principales capacités : la récupération d’énergie et les échanges de matières ». Le dispositif de dépollution a été testé sur le centre de valorisation énergétique de la communauté urbaine de Dunkerque. Le président de Terraotherme confirme les propos de Nicolas Fourcroy : « Nos échangeurs thermiques sont indispensables, sans eux le projet Tropicalia ne pourrait pas voir le jour. Ils feront usage de la réserve de 1.000 m3 d’eau située sous la serre afin de la refroidir l’été et de la réchauffer l’hiver. Le stockage de la chaleur peut être assuré pendant cinq à six jours maximum et si, durant la période hivernale, le froid intense persistait au-delà de ce délai, nous serions contraints d’abaisser la température à 22 °C sans que, probablement, la faune et la flore de la serre en souffrent. Toutefois, nous aurons recours à l’énergie électrique pour alimenter les échangeurs, les ventilateurs et les pompes. » Par ailleurs, la surface du dôme autoriserait la récupération d’eaux pluviales indispensables aux besoins des plantes toute l’année.

Au cœur de la troisième révolution industrielle

La région Hauts de France a été sollicitée par OTC pour prêter 2 millions d’euros sur sept ans au titre du dispositif d’aide à l’implantation, écrit La Voix du Nord dans son édition du 29 mai 2019. Le quotidien régional ajoute qu’une banque d’affaires londonienne se présentera sur les marchés financiers pour lever des fonds. Ajoutée aux capitaux propres gérés par OTC, c’est en définitive une dette de 47 millions d’euros que la holding devra supporter afin de boucler le dossier financier. Quant à la CA2BM, soutien vigoureux du projet, elle apportera 500.000 euros.

Le service de communication d’OTC n’hésite pas à intégrer le chantier de la plus grande serre tropicale du monde au cœur de la troisième révolution industrielle, chère à la région Hauts de France et promue par l’essayiste étasunien Jeremy Rifkin. Précisons que cette nouvelle révolution industrielle, déployée dans les Hauts de France, est affublée du signe de ralliement Rev3. Elle vise à faire de cette région l’un des territoires européens les plus avancés dans le domaine de la transition énergétique et de la mise en œuvre des technologies numériques. « À chaque révolution industrielle, lit-on sur le site de Rev3, nos manières d’échanger, de produire, de consommer, de nous déplacer, de créer de la valeur, changent. Nous voulons transformer l’économie de notre territoire pour tirer parti de ces bouleversements et inscrire pleinement notre économie dans le monde de demain. »

Le projet Tropicalia s’inscrit idéalement dans cet ambitieux programme. La serre n’œuvre-t-elle pas, selon ses concepteurs, pour un monde durable, ne favorise-t-elle pas le rayonnement économique et ne participe-t-elle pas à la naissance d’une centaine d’emplois ? Cinquante d’entre eux seraient créés directement dans les secteurs du marketing ou du management, cinquante autres, indirects, prendraient la forme de services externalisés comme la restauration.

« 850 places de parking pour les voitures, 25 pour les bus afin d’accueillir 500.000 visiteurs chaque année ! »

Tropicalia, réalisation emblématique de cette troisième révolution industrielle, n’en justifie pas moins des critiques de la part d’un ingénieur de 29 ans, Damien, membre du mouvement Extinction Rebellion Lille et qui souhaite rester anonyme : « On nous dit que l’insertion du dôme dans son environnement passe par un paysagement visant à valoriser le potentiel écologique du site ! Mais, sur les 9,3 hectares que représente l’ensemble du projet Tropicalia, la faune et la flore vont être mises à mal. On se détourne de la nécessité de préserver un écosystème local pour mieux faire la promotion d’un écosystème tropical sous prétexte de sensibiliser les visiteurs à l’écologie et de leur donner l’envie de voyager ! Chez nos voisins européens, au Pays de Galles, aux Pays-Bas, les pouvoirs publics se préparent à la montée des eaux alors qu’ici ils encouragent et subventionnent des projets insensés. » Il ajoute : « 850 places de parking pour les voitures, 25 pour les bus afin d’accueillir 500.000 visiteurs chaque année ! Des routes encombrées, des pollutions multiples ! Du béton et du bitume sur un territoire que l’on pouvait préserver. Et je ne parle pas du coût écologique du transport des animaux et des végétaux ni de la construction de l’édifice ! C’est de l’écoblanchiment à l’état pur. »

Sur ces sujets, Nicolas Fourcroy a une approche évidemment très différente : « L’impact écologique des 500.000 visiteurs annoncés la première année sera le plus faible possible. On pourra se rendre sous le dôme à pied depuis la gare TGV de Rang-du-Fliers, ou encore à vélo. Les transports en commun seront privilégiés de manière à limiter l’empreinte carbone. De même, nous prendrons le plus grand soin pour le transport des espèces en provenance de fermes d’élevage présentes partout dans le monde. Il n’y aura aucun prélèvement naturel, aucune transplantation. Quant aux arbres d’une quinzaine de mètres de hauteur, ils proviendront d’exploitations en sylviculture spécifiques déjà sollicitées par d’autres créateurs de serres tropicales. »

Le dépôt de la demande de permis de construire a été effectué par Cédric Guérin le 31 mai dernier. Son instruction prendra quatre mois, de sorte que le permis serait délivré au plus tard ces jours-ci. Les opposants à ce chantier disposent d’un délai de deux mois, à compter de l’affichage sur le terrain, pour déposer un recours. Toutefois, Damien ne peut effectuer seul cette démarche, elle doit être portée par une association locale à vocation environnementale. Damien a sollicité le concours du Groupement de défense de l’environnement de l’arrondissement de Montreuil et du Pas-de-Calais (GDEAM 62), qui le soutient dans son initiative. Il a par ailleurs sollicité l’aide de France Nature Environnement et attend une réponse de leur part. « Le temps presse pour déposer un recours, précise Damien, puisque le démarrage des travaux pourrait intervenir à la fin de l’année 2019 et l’ouverture au public est prévue pour 2021. Dès l’automne, nous ne disposerons que de deux mois pour espérer entraver la réalisation d’un projet antiécologique ! »

Faisant écho à la démarche citoyenne de Damien, la pétition en ligne « Non à Tropicalia (la plus grande serre tropicale du monde) sur la magnifique côte d’Opale », lancée par « Monsieur Renard, magazine pour les amoureux de la nature » a recueilli, à ce jour, plus de 12.000 signatures.


Source: Reporterre.
:arrow: https://reporterre.net/Une-serre-tropic ... -la-France
abel
 
Messages: 3583
Enregistré le: Lundi 02 Novembre 2015 18:47
Localisation: Tours/Rennes

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar candlemass » Mercredi 16 Octobre 2019 21:24

zoovenirs a écrit:Eric Domb a déjà trouvé le nom.
https://www.pairidaiza.eu/fr/activites/ ... btropicale


Ton lien ne semble pas fonctionner ...
candlemass
 
Messages: 362
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar gervaise » Lundi 21 Octobre 2019 3:45

Rang-du-Fliers : la SNCF prête à signer l’arrêt de mort des trains directs vers Lille et Paris en semaine

Le document envoyé courant septembre par la SNCF au préfet et au député est pire que ce à quoi on s’attendait. Ce projet n’a pas encore été acté. Mais il prévoit de supprimer tous les TER à grande vitesse au départ de Rang-du-Fliers et à destination de Lille et Paris en semaine à partir du 15 décembre. Et ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle.

source :
https://www.lavoixdunord.fr/651121/arti ... en-semaine.

La serre étant implanté proche de la gare, ça peut fortement réduire le nombre de visiteurs.
En effet, la ligne vient de paris, passe à Amiens, Rang du Fliers, Boulogne-sur-Mer, Calais et termine à Lille.
gervaise
 
Messages: 39
Enregistré le: Mardi 23 Février 2010 14:00

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar Antoine6259 » Lundi 21 Octobre 2019 19:46

Heu... Pas vraiment Gervaise ! Il y a pas mal de confusions.

Certains TGV directs Lille -> Paris le matin en semaine, sont au départ de la gare de Rang-du-Fliers - Verton. Cette gare est également en conséquence le terminus de plusieurs TGV Paris -> Lille, qui y terminent leur trajet. Beaucoup (comme moi) ont donc connu le nom de cette ville en faisant le trajet Lille -> Paris tous les matins, car c'était le lieu de provenance du train.
Donc Lille ne peut pas être le terminus. Et le Paris <-> Lille ne passe pas par Amiens qui, rappelons le, n'est pas une gare disposant du TGV. Enfin, le TERGV (TER à grande vitesse) ne va évidemment pas à Paris ! (En revanche, les voyageurs ont le droit de prendre le TGV à Rang-du-Fliers pour aller à Lille, en payant uniquement un billet de TERGV.)

Je pense que ce qu'ils envisagent, c'est tout simplement que le TGV n'aille plus si loin. C'est sur que cela peut porter un coup au projet.
Antoine6259
 
Messages: 5457
Enregistré le: Dimanche 16 Décembre 2007 13:53

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar Antoine » Jeudi 16 Janvier 2020 10:12

Tropicalia : le projet avance à Berck malgré le recours gracieux déposé par les écologistes contre la serre tropicale

2020 sera l'année de la construction d'une serre tropicale de deux hectares près de Berck dans le Pas-de-Calais. Un projet auquel les écologistes s'opposent, ce qui ne semble contrarier ni les élus locaux ni les responsables du projet. Où en est Tropicalia ?


C'était le cadeau de Noël de Tropicalia. Le 25 décembre dernier, les responsables du projet dévoilaient leur dernière technique de communication : la nomination de 20 ambassadeurs pour promouvoir la future serre tropicale dans la région.

Cette nouvelle avancée a eu lieu quelques jours après le dépôt d'un recours gracieux par une association d'écologiste contre un projet "en déphasage complet avec les exigences de limitation du gaspillage des ressources naturelles, gaspillage des sols en particulier, ressources non renouvelables", selon Mariette Vanbrugghe, Présidente du GDEAM-62.

Le recours gracieux des écologistes pourra-t-il empêcher la construction de la serre tropicale ?

Le 19 décembre dernier, les écologistes de GDEAM-62 envoient à Cédric Guérin, le porteur du projet, ainsi qu'aux maires de Verton et Rang-du-Fliers, qui ont délivré le permis de construire pour Tropicalia sur leurs communes respectives, un recours gracieux.

Ce recours demande l'annulation du permis de construire et donc l'abandon du projet. Légalement, il n'est ni suspensif ni soumis à une décision de justice. Pour que l'affaire aille plus loin, il faudrait que GDEAM-62 dépose un recours contentieux dans un délai de deux mois et que le tribunal administratif s'en saisisse.

Concrètement, le recours déposé n'empèchera pas le début des travaux sur le champ Gretz. Ses destinataires n'ont d'ailleurs pas cédé aux demandes : "Le GDEAM nous demande de revenir sur notre décision. Je leur ai répondu qu’il n’en était pas question", a réagi Claude Coin, maire de Rang-du-Fliers, chez nos confrères de La Voix du Nord.

Quel est le programme de Tropicalia pour l'année prochaine ?

Alors que l'ouverture était prévue pour 2021, une cavité découverte sur le terrain a forcé les architectes à déplacer la serre de 30 mètres sur les plans et à la faire pivoter. Cet imprévu retarde l'ouverture qui aura lieu en 2022.

Maintenant que le permis de construire est validé, les travaux vont débuter au printemps et se poursuivre tout au long de l'année.

Les appels de fonds continueront eux aussi et des partenaires (spécialistes de l'énergie ou de la construction) devraient rejoindre le projet.


Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr ... 70073.html
Antoine
 
Messages: 2595
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS

Re: La plus grande serre du monde verra le jour en côte d'Op

Messagepar Philippe » Samedi 18 Janvier 2020 7:55

La plus grande serre tropicale au monde va t-elle éclore dans le Pas-de-Calais ?

Appréciée des touristes pour ses longues plages de sable et ses dunes balayées par le vent qui abritent sternes, gravelots et autres aigrettes, la sauvage Côte d'Opale pourrait bientôt voir migrer de nouvelles espèces d'oiseaux jusqu'à présent inconnues. A quelques kilomètres de Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais), sur les communes de Rang-du-Fliers et Verton, la construction d'une immense serre tropicale doit débuter au printemps, pour une ouverture prévue en 2022.


D’après son concepteur Cédric Guérin, 43 ans, ancien vétérinaire à Boulogne-sur-Mer, et dorénavant président de la société Opale Tropical Concept, il s’agirait même de la plus grande serre tropicale au monde. " C’est un projet qui n’a pas d’équivalent en France et aura une dimension internationale car il faut avoir quelque chose de grand pour faire venir les gens en masse et non pas qu’une clientèle locale. " Et de prendre exemple sur Eden Project, dans les Cornouailles (Royaume-Uni), qui fait découvrir depuis 2001 des centaines d’espèces de papillons et de plantes exotiques à environ un million de visiteurs par an. Ou encore les 16.000 mètres carrés dédiés à la faune et à la flore tropicales du célèbre zoo de Leipzig, en Allemagne.

Entre 480.000 et 720.000 visiteurs par an


Baptisé Tropicalia, le projet un peu fou de Cédric Guérin couvrira lui neuf hectares sur 70 anciennes terres agricoles transformées en ZAC. Désireux de s’insérer au mieux dans le paysage verdoyant de la Côte d'Opale, la serre tropicale imaginée par un cabinet d’architectes lillois prendra la forme d’une grande bulle de 20.000 mètres carrés avec un dôme de verre culminant à 35 mètres de hauteur. Elle abritera des milliers d’oiseaux, papillons, insectes, plantes exotiques mais aussi reptiles, amphibiens et autres gros poissons. Un laboratoire de recherche, un restaurant, un auditorium et une boutique sont également prévus, tout comme 850 places de stationnement. Une cinquantaine d’emplois directs, et autant d’indirects, devraient ainsi être créés.

Objectif : accueillir entre 480.000 et 720.000 visiteurs par an, soit une fréquentation proche de celle de Nausicaa avant son extension en 2018, le plus grand aquarium d’Europe situé à Boulogne-sur-Mer, cinquante kilomètres plus au nord. Un pari ambitieux qui ne semble pas effrayer Cédric Guérin, qui porte le projet depuis dix ans et bénéficie du soutien des pouvoirs publics locaux soucieux de développer l’emploi et le tourisme sur leur territoire rural. Il s’y consacre à plein temps depuis trois ans. " J’aimerais faire partager au plus grand nombre ma passion et les sensibiliser à la fragilité de cet écosystème. Je suis habité par ce besoin de montrer ce qui est beau et d’expliquer comment cela fonctionne. C’est un projet qui me rend heureux. J’y ai investi toutes mes économies. "

73 millions d'euros de budget

Alors que les premiers coups de pioche doivent être donnés au printemps, déjà 25 millions d’euros sur les 73 nécessaires pour boucler le budget auraient été réunis par Cédric Guérin et ses associés, auprès de business angels, de deux grandes entreprises françaises et des pouvoirs publics notamment. Le reste sera levé sur les marchés financiers. La Communauté d’agglomération des deux baies en Montreuillois (CA2BM) a ainsi mis 400.000 euros sur la table, la Région deux millions et une subvention de 10 millions d’euros a été demandé à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) associée au Feder (Fonds européen de développement régional ).

Car, aussi étonnant que cela puisse paraître compte tenu de son implantation dans le nord de la France, le projet souhaite s’inscrire dans une démarche d’économies d’énergie novatrice. Ainsi, pour limiter la consommation liée au chauffage, Cédric Guérin a fait appel à la société Terraotherm pour installer un échangeur thermique capable de stocker la chaleur produite par le soleil en été pour la restituer la nuit et lors de périodes plus froides. " Nous voulons être exemplaires. Six mois de l’année, nous serons excédentaires en énergie. Nous la revendrons à nos voisins grâce à un partenariat avec Engie ", assure Cédric Guérin. Reste qu’en hiver, la serre devra importer de l’énergie pour y maintenir une température constante de 26 à 28°C.

" C’est un projet inutile "


Une aberration écologique parmi d’autres pour le Groupement de défense de l’environnement de l’arrondissement de Montreuil qui a déposé fin décembre un recours gracieux au nom d’une vingtaine d’associations locales. Le GDEAM-62 demande ainsi aux maires concernés le retrait du permis de construire délivré en octobre 2019. " C’est un projet inutile qui va poursuivre l’artificialisation des sols dans une région qui l’est déjà plus que la moyenne nationale, surtout que Tropicalia va être implanté près du littoral. Nous pensons également que la société refuse de plus en plus la détention d’animaux sauvages comme ce sera le cas à l’intérieur de la serre qui ne sera ni plus ni moins qu’un zoo ", exprime Mariette Vanbrugghe, présidente du GDEAM-62. Le collectif prépare déjà un deuxième recours, cette fois-ci devant le tribunal administratif. " Je ne suis pas inquiet par ce recours, il va juste nous faire perdre du temps, explique sereinement Cédric Guérin. Ils auraient dû se bouger avant que le terrain ne soit transformé en ZAC car de toute façon il a vocation à être bâti. "

En attendant de voir ce deuxième recours aboutir, c’est une bataille de communication qui a commencé. Tropicalia a ainsi mis en ligne une foire aux questions afin de répondre point par point aux interrogations soulevées par le GDEAM-62 et a recruté une vingtaine d’"ambassadeurs" pour promouvoir le projet dans la Région. Cédric Guérin et son associé Nicolas Fourcroy mettent également en doute la pétition en ligne lancée en 2017 par deux citoyens et qui a réuni à ce jour plus de 14.000 signatures.
Selon eux, la plateforme aurait eu recours à l’astroturfing, une technique permettant de créer artificiellement des phénomènes de masse sur Internet. Contacté par Challenges, les auteurs réfutent toute manipulation et réitèrent leur opposition au projet : " Le projet est démesuré et nous ferions mieux de nous occuper de la faune et de la flore en danger dans la région plutôt que d’amener des espèces tropicales dans le Pas-de-Calais. Enfermer des animaux tropicaux pour faire de la pédagogie sur la disparition des espèces n’est pas la bonne solution. "

Un projet concurrent à Boulogne-sur-Mer

Tropicalia interroge également car il pourrait concurrencer celui d’un autre entrepreneur, Benoît Damico, patron de la serre tropicale Naturospace à Honfleur, en Normandie, depuis vingt ans. Ce chef d’entreprise prévoit d’en ouvrir une seconde à Boulogne-sur-Mer, à proximité immédiate de la locomotive Nausicaa, sur une surface de 2.000 m2, soit dix fois moins que sa concurrente. Pour cela, il a reçu le soutien précieux du maire de la ville, l’ancien ministre PS Frédéric Cuvillier.
Si le projet annoncé en 2016 semble pour l’heure moins avancé, il reste " toujours d’actualité " assure à Challenges Benoît Damico. Sauf qu’il paraît difficilement concevable que deux serres tropicales voient le jour à 30 minutes en voiture de distance. " Naturospace est un projet que je connais bien, c’est très beau mais petit. J’avais proposé à Benoît Damico de venir mais il ne se retrouvait pas dans Tropicalia et a fait le choix d’entrer dans une logique de compétition. Mais ça ne nous empêche pas d’avancer ", poursuit Cédric Guérin, qui espère accueillir ses premiers visiteurs dès le printemps 2022.

Image
La serre tropicale Tropicalia a pour objectif d'accueillir au moins 480.000 visiteurs par an.

Image
Plusieurs associations dénoncent l'impact environnemental d'un tel projet pour le territoire.
Source : Challenges.
Biofaune : l'actualité de la conservation in & ex situ : http://biofaune.canalblog.com - www.facebook.com/biofaune
Philippe
 
Messages: 11335
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Précédente

Retourner vers Nouveautés

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : buffledo, Google Adsense [Bot] et 8 invités

Tigre en mouvement