Jérusalem : le zoo biblique ouvre un aquarium

Nouvelles installations, arrivées et transferts d'animaux, événements...

Jérusalem : le zoo biblique ouvre un aquarium

Messagepar Philippe » Dimanche 14 Mai 2017 21:25

Visite en eau profonde

Faire venir la mer à Jérusalem. Une idée folle, mais qui pourrait bien devenir réalité le 19 juin 2017, avec l’ouverture de l’aquarium Gottesman au zoo biblique.

Le Zoo biblique de Jérusalem est l’attraction payante la plus visitée de la capitale. En 2002, ce parc animalier a reçu l’autorisation d’ajouter à ses 26 hectares de superficie, 14 hectares supplémentaires. A l’époque, plusieurs options ont été envisagées pour occuper cette surface nouvelle. Parmi elles, la construction d’un aquarium.

Au nom de la biodiversité

Quelques années plus tard, en 2008, un plan de biodiversité nationale a été approuvé par le gouvernement. Il s’agit d’un document de 600 pages, rédigé par des professeurs d’université, des écologistes et des zoologistes, soucieux de proposer des solutions pour aider Israël à préserver son habitat marin. « Nous avons encore beaucoup de progrès à faire dans ce domaine », explique Shai Doron, directeur du Zoo biblique de Jérusalem. « Personne ne considère la mer comme un habitat. Nous la sollicitons pourtant largement, que ce soit à des fins récréatives ou touristiques, pour le transport de marchandises et ses ports commerciaux. Mais personne n’en prend soin. L’une des priorités de ce plan national de biodiversité est de s’intéresser à la préservation de l’espace marin. »

Le résultat : un projet d’aquarium, premier du genre en Israël, en gestation depuis trois ans et demi. Outre les questions de biodiversité et d’habitat marin, il vise également à encourager l’éducation et la recherche. S’il existe déjà l’observatoire sous-marin d’Eilat, un zoo sous-marin rattaché à un centre commercial à Dubaï, l’aquarium Gottesman de Jérusalem sera le seul établissement autonome consacré à la vie aquatique au Moyen-Orient.

Une autre de ses particularités sera de présenter exclusivement des espèces maritimes locales. « L’habitat marin qui entoure Israël est si riche et varié. Dommage qu’il soit méconnu de la plupart des habitants de la région », précise Doron. « Peut-être qu’à Eilat, certains ont plus conscience de la faune et de la flore marines, de la beauté de nos récifs de coraux et de la diversité de nos poissons, mais la plupart d’entre nous n’ont aucune idée de ce qui se passe en Méditerranée. Je pense donc que les visiteurs seront très surpris de ce qu’ils vont découvrir. »

La promesse de nous étonner avec ce qui se trame sous nos étendues maritimes est un atout majeur de l’aquarium, censé attirer les visiteurs locaux et internationaux. L’ouverture d’une attraction en intérieur, capable d’accueillir le public de nuit ou en cas de conditions météorologiques extrêmes quand le zoo est au repos, est aussi un avantage non négligeable. Les abonnés au zoo – environ 52 000 personnes – bénéficieront d’une réduction sur le prix d’entrée à l’aquarium ; quant au ticket combiné, il donnera accès aux deux attractions et sera valide plusieurs jours, car il sera difficile pour les visiteurs de profiter pleinement du zoo et de l’aquarium en une seule journée.

Au total, le projet s’élève à quelque 100 millions de shekels. 18 millions proviennent de subventions de la municipalité de Jérusalem et du ministère du Tourisme, tandis que les 82 millions restants proviennent de collectes en Israël et à l’étranger, ainsi que du fonds de dotation du zoo. Le don le plus généreux est venu de David et Ruth Gottesman, bien connus dans la capitale pour être également impliqués dans de nombreux projets, comme la Bibliothèque nationale ou la piste cyclable au départ de la Tahana Rishona (Première Station).

Une première

Première du genre en Israël, la construction de l’aquarium était entourée de plusieurs inconnues. « Cela a constitué un réel défi, car personne n’avait jamais construit une telle installation. Nous avons donc dû faire appel à des consultants venus des Etats-Unis, experts dans les systèmes vivants et la préservation zoologique, questions centrales pour l’édification d’un aquarium couvert », pointe Doron.

Aux commandes du projet : l’architecte Lenny Raviv, à qui l’on doit déjà le zoo de Jérusalem, ce qui crée une synergie et une continuité conceptuelle entre les deux sites. Le bassin central de l’aquarium s’étend sur 7.000 m2, dont 3.000 réservés aux systèmes de maintenance, indispensables pour produire une eau pure de qualité, et assurer des conditions de vie saine à toutes les espèces exposées. L’aquarium produira sa propre eau salée in situ et toute l’eau utilisée sera recyclée. « Ce projet a été conçu pour être écologique, nos installations ne doivent en aucun cas perturber la topographie », explique le directeur du zoo. « Nous avons conçu un toit vert, constitué en partie d’un jardin, mais aussi d’un panneau solaire qui créera de l’énergie verte pour les besoins de l’aquarium. Quant à la façade du bâtiment, avec son mélange de pierres de Jérusalem et d’autres roches généralement mises au rebut, elle possède un aspect unique. »

Les quatre mers


Le premier espace dans lequel pénètre le visiteur s’intitule « la galerie des quatre mers ». Il s’agit d’une sorte de microcosme qui donne le ton, avec un bassin pour chacune des étendues maritimes qui bordent Israël : Méditerranée, mer Rouge, lac de Tibériade et mer Morte. Certes, la mer Morte, de par sa salinité excessive, n’abrite aucun organisme vivant, mais des poissons évoluent en bassin à proximité.

La Méditerranée est la première mer à se dévoiler au visiteur. « Une flore et une faune saisissantes jouxtent les plages de Tel-Aviv, Herzliya, Natanya ou encore Nahariya », note Doron. « Pour mieux les faire découvrir aux visiteurs, nous avons pris le parti de débuter l’exposition par le bord de mer, avant une immersion sous les eaux en profondeur. » A découvrir en particulier : un bassin de raies manta, que les visiteurs pourront nourrir et avec lesquelles ils pourront interagir. Mais également de petits aquariums, habités par des hippocampes ou des poissons pierre adeptes du camouflage, qu’il serait impossible de déceler dans un espace plus grand.

A mesure que l’immersion s’intensifie, l’exposition aborde également les questions de la pêche et les dangers de la surpêche. « C’est un problème préoccupant sur lequel nous voulons attirer l’attention », indique Shai Doron. « Notre but consiste à sensibiliser et éduquer, face aux excès de la pêche. Nous permettrons au visiteur de mieux comprendre les différentes techniques de pêche : quelles sont les moins nocives pour la conservation des espèces, les nuisances qu’elles peuvent causer lorsqu’elles sont pratiquées pendant la saison de reproduction des poissons, et quelles sont les espèces qu’il ne faut pas pêcher. » Se révèlent ensuite profonds de la méditerranéens. Une des principales attractions de l’aquarium sera incontestablement cet immense bassin pour requins constitué de 1500 m3 d’eau de mer. Sans oublier les tortues de mer, les bancs de thon, ou autres poissons des abysses qui évoluent à quelque 100 mètres de profondeur.

Après la Méditerranée, le visiteur se laissera voguer vers la mer Rouge, via un couloir dédié au canal de Suez. « Pour comprendre ce qui s’est passé entre ces deux étendues maritimes, vous devez impérativement connaître l’histoire du canal de Suez », précise Shai Doron. La galerie consacrée à la mer Rouge accueillera ses invités par une exposition de plus de 600 poissons-clowns. Des souterrains et des parcours aménagés seront proposés aux enfants ou aux adultes désireux d’embarquer pour une expérience unique, et d’expérimenter la sensation d’immersion dans un bassin.

L’écologie au premier plan


Les huit bassins consacrés aux méduses sous toutes leurs formes sont une autre attraction incontournable. « Pour bien appréhender l’écologie et la chaîne alimentaire de la mer Rouge, vous devez comprendre le phénomène des méduses. Par exemple, on dénombre beaucoup d’accidents au cours desquels des requins ou des tortues de mer ont avalé des sacs plastiques. Nous allons donc exposer des méduses et des sacs plastiques dans un même bassin, pour montrer qu’ils peuvent facilement se confondre. Les méduses sont des créatures anciennes, et elles jouent un rôle important dans les mers. Les Israéliens n’en sont absolument pas conscients. Ils ne voient en elles qu’un obstacle à la baignade. Nous voulons insister sur les nuisances des sacs plastiques dans les océans. C’est une des questions clé autour de la préservation de l’habitat marin. » Les homards aussi auront le droit de montrer leurs pinces en public, pour une démonstration assortie d’explications sur les espèces maritimes cachères et non cachères.

L’activité centrale du nouvel aquarium se trouve dans les coulisses de l’installation, là où toutes les espèces arrivent et sont traitées avant d’être exposées, explique Shai Doron. Une zone qui fait également office de centre de préservation pour les animaux en danger, d’études et de recherches. Au cœur de l’aquarium, un laboratoire où les chimistes testeront la qualité de l’eau, matin et soir. « Il ne s’agit pas d’un système high-tech », précise Doron. « Nous avons appris d’autres aquariums qu’il est préférable de faire appel à des ressources humaines. Des chimistes en auront la charge, car il est important de délivrer des données précises aux biologistes marins. C’est l’élément clé pour assurer la qualité de l’eau. Le système reposera donc sur des hommes, et non sur des ordinateurs. Ces derniers peuvent parfois se montrer trop sensibles, et en général, les aquariums s’équipent de deux systèmes, l’un informatisé et l’autre humain. Nous n’en aurons qu’un, ce qui nous permet de faire des économies de plusieurs millions de shekels. »

S’il n’est pas high-tech pour le traitement des eaux, l’aquarium le sera en termes d’inter­activité avec les visiteurs. Au menu : des écrans tactiles compatibles avec des applications pour smartphones, délivrant des données sur toutes les espèces animales exposées ; des panneaux éducatifs, pour présenter les mammifères qu’il n’aura pas été possible d’accueillir dans les différents bassins et autres galeries ; sans oublier, juste avant de partir, une exposition éducative interactive, afin d’encourager les visiteurs à respecter l’environnement. De quoi éveiller les consciences et rendre le grand public plus eco-friendly. A noter que tous les panneaux sont rédigés en hébreu, arabe et anglais.

Reste maintenant à voir si l’aquarium aura le pied marin. Pour son ouverture, prévue le 19 juin prochain, son cap est clair : redonner à la mer toutes ses lettres de noblesse, et surfer sur la vague du développement durable. Ceux qui ont envie d’un bol d’air iodé et de prendre le large le temps de quelques heures, sans quitter Jérusalem, y trouveront leur bonheur.
Source : www.jpost.com/Edition-Francaise/Art-Et- ... nde-490689
Philippe
 
Messages: 9013
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Jérusalem : le zoo biblique ouvre un aquarium

Messagepar Therabu » Lundi 15 Mai 2017 9:32

Merci pour l'article!
Le projet semble être bien ficelé et cohérent.
Therabu
 
Messages: 2370
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Jérusalem : le zoo biblique ouvre un aquarium

Messagepar guirosama » Lundi 15 Mai 2017 21:22

Rien sur les poissons du Jourdain ?
Avatar de l’utilisateur
guirosama
 
Messages: 666
Enregistré le: Mardi 10 Mars 2015 9:22

Re: Jérusalem : le zoo biblique ouvre un aquarium

Messagepar Philippe » Jeudi 06 Juillet 2017 14:20

Un aquarium géant va bientôt ouvrir ses portes à Jérusalem

Les visiteurs du zoo biblique de la capitale, le site touristique payant le plus visité d’Israël, pourront admirer les richesses de la mer.

Les habitants de Jérusalem pourront bientôt profiter des richesses maritimes d’Israël avec l’ouverture d’un aquarium géant dans la ville sainte.
L’aquarium, qui fait partie du zoo biblique de la ville, s’étend sur 7.000 m² et accueille des poissons et des créatures marines dans 1,89 million de litres d’eau de mer. Il ouvrira ses portes dans quelques semaines.

Le projet a été lancé il y a dix ans, avec l’acquisition par le zoo de plus de terrains et un plan national pour sensibiliser l’opinion publique aux thématiques des faune et flore marines.

Malgré une plus grande conscience publique autour de la biodiversité, « nous sommes en train d’ignorer la mer comme habitat », a affirmé mercredi à la presse Shai Doron, le directeur du zoo.

Israël est bordé par la mer Méditerranée à l’ouest et la mer Rouge au sud.

Dans cet aquarium, les visiteurs pourront découvrir toutes sortes de poissons, des tortues de mer, des raies et des hippocampes. Des requins devraient également être visibles prochainement. Les problématiques liées aux coraux ou aux sacs plastiques sont présentées sur ses murs.

L’aquarium est le premier du genre au Moyen-Orient, a indiqué M. Doron.
Le zoo de Jérusalem est le site touristique payant le plus visité d’Israël, avec plus de 750.000 entrées tous les ans.
Source : http://fr.timesofisrael.com
Philippe
 
Messages: 9013
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Jérusalem : le zoo biblique ouvre un aquarium

Messagepar Philippe » Jeudi 10 Août 2017 10:04

L’aquarium de Jérusalem, qui connaît des difficultés d’acclimatation, reporte son ouverture

La mort de poissons et de requins a repoussé l’inauguration du premier aquarium de la capitale.

L’ouverture du nouvel aquarium de Jérusalem est reportée sine die, car il n’a pas assez de créatures marines viables pour assurer une expérience satisfaisante à ses visiteurs.

L’aquarium a subi, avant même son ouverture, la perte de dizaines de poissons ainsi que de deux requins, a confirmé l’une de ses représentants.
« Il y a un long processus d’acclimatation et d’adaptation pour des créatures aussi sensibles que les requins, qui sont tous restés en coulisses dans notre zone de quarantaine », a-t-elle dit.

Il n’y a pas de raccourci dans le processus de peuplement d’un nouvel aquarium, a indiqué l’aquarium dans un communiqué de presse.
« C’est un processus long et difficile, qui prend du temps », a-t-il indiqué.

L’Aquarium d’Israël, tout comme son organisation mère, le Jardin zoologique de la famille Tisch de Jérusalem, généralement appelé le Zoo biblique de Jérusalem, se concentre sur les niches écologiques du pays, avec une importance particulière accordée à la vie marine des eaux israéliennes, la mer Méditerranée, la mer Rouge, le lac de Tibériade et même la mer Morte (malgré son nom, certains micro-organismes parviennent à y vivre).

Les aquariums reproduisent les différents systèmes aquatiques d’Israël, que ce soit en montrant des bancs de poisson des eaux peu profondes de la plage Dor, sur la Méditerranée, ou des saint-pierre du lac de Tibériade nageant dans un aquarium d’eau douce, où l’on trouve aussi des pierres noires de basilique de la région de Tibériade.

Malheureusement, certains des poisons qui représentent ces éco-systèmes n’ont pas survécu au transport vers l’aquarium.

« Les raisons de la mort des poissons peuvent être une erreur technique, comme un court-circuit, ou des difficultés d’acclimatation, a indiqué l’aquarium. Nous avons également consacré beaucoup de temps et d’effort à tenter de sauver des poissons attrapés par erreur par des pêcheurs, qui ne pouvaient pas être mangés et nous ont été apportés. »

« Tous ceux qui connaissent ce domaine savent combien il est difficile d’acclimater des poissons, ce qui entraîne parfois la perte de poissons pendant le processus », a ajouté l’aquarium.

D’autre part, l’aquarium a également reproduit avec succès plusieurs espèces en voie de disparition, comme des raies et des raies-guitares.

Le zoo de Jérusalem a passé une grande partie de ces dix dernières années à travailler sur l’aquarium. Cent millions de shekels (environ 23,7 millions d'euros), provenant de donateurs et des autorités locales, y ont été investis.

L’aquarium n’ouvrira cependant pas avant de pouvoir garantir une excellente expérience à ses visiteurs. Malheureusement, il a connu une importante perte financière en ratant la saison estivale.

Cela nous rappelle la difficulté de cette aventure, pour recrée la vie marine dans une Jérusalem loin de la mer et entourée de collines, à 60 kilomètres de la Méditerranée, et encore plus loin de la mer Rouge.

« C’est un challenge d’apporter ceci à Jérusalem », a expliqué Shai Doron, le président du zoo de Jérusalem, quand il a fait visiter l’aquarium encore fermé à des journalistes en juillet. « Nous devons tout faire depuis le début. Nous faisons venir la mer à Jérusalem. »

L’aquarium est le premier du genre en Israël, et le premier aquarium public et situé dans les terres au Moyen Orient.

Image

L'aquarium de Jérusalem présentera des espaces réservés aux poissons dans un grand nombre d'aquariums. Les autres animaux marins s'acclimatent en zone de quarantaine.
Source : The Times of Israel.
Philippe
 
Messages: 9013
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Jérusalem : le zoo biblique ouvre un aquarium

Messagepar animozoo » Mercredi 30 Août 2017 11:37

J'ai hâte de voir le résultat! :D

Dommage que certains poissons sont morts dans le transport... :evil:
Par contre, la reproduction de raies-guitares est une bonne nouvelle :D
animozoo
 
Messages: 84
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 9:05


Retourner vers Nouveautés

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Tigre en mouvement