Découverte d'un gibbon éteint dans un tombeau chinois

Taxonomie, éthologie... Voici le lieu de vos échanges animaliers !

Découverte d'un gibbon éteint dans un tombeau chinois

Messagepar Théo » Lundi 25 Juin 2018 14:02

Des chercheurs britanniques ont identifié des restes de gibbon présents dans une sépulture chinoise comme appartenant à un genre totalement inconnu jusque-là.

En 2009, Samuel Turvey, expert en hylobatidés, visitait un muséum chinois quand un crâne fragmenté a attiré son attention. Celui-ci a été trouvé enfoui avec d’autres animaux dans le tombeau de Lady Xia, la grand-mère de Qin Shihuang, premier empereur de Chine. La sépulture, qui se trouve dans le Shaanxi, date d’il y a environ 2'200 ans selon les estimations.
Le Dr. Turvey fut frappé par la forme de la tête, qui semblait n’appartenir à aucun animal moderne connu, déclare James Hansford, un étudiant postdoctoral dans le laboratoire de Turvey, à l’Institut de Zoologie de la Société Zoologique de Londres (ZSL).

Image

Une nouvelle étude, publiée jeudi dans Science, confirme ses premières impressions. L’équipe de recherche du Dr. Turvey a identifié l’animal mystère en tant que membre de tous nouveaux genre et espèce, Junzi imperialis.

Aujourd’hui, il existe quatre genres de gibbon vadrouillant les forêts de l’Asie du Sud-est, comprenant notamment l’espèce de mammifère la plus menacée. Comparée à eux, Junzi possède un visage plus petit et plat, avec des canines particulièrement longues pour sa taille. L’équipe n’a pas réussi à effectuer des analyses ADN à partir des ossements, mais a plutôt comparé les formes de plusieurs centaines de crânes provenant de collections asiatiques, allemandes et anglaises, selon le Dr. Hansford. « Celui-ci sort réellement du lot, au point de lui conférer un genre propre à lui, » dit-il.

Aucun autre gibbon n’avait déjà été trouvé dans un tombeau, indique Susan Cheyne, qui n’était pas impliquée dans la recherche mais collabore avec les membres de l’équipe. C’est extrêmement rare, dit-elle, de retrouver des restes de gibbon autant anciens, car leur habitat forestier tend à rapidement dégrader les os.

D’après la position du singe dans la tombe, il était gardé comme animal de compagnie. De telles pratiques ont pu avoir des conséquences dévastatrices sur l’espèce et pourraient être la cause de leur extinction, suggère le Dr. Cheyne, un professeur associé en conservation des primates à l’Université d’Oxford Brookes. D’après elle, le gibbon a probablement été capturé alors qu’il était juvénile, parce qu’ils sont « petits, mignons et doux ». Cela aurait nécessité l’abattage de sa mère, impactant potentiellement la structure sociale du groupe entier qui n’aurait peut-être pas survécu la perte d’un adulte, déclare le Dr. Cheyne. Chacun des spécimens vivants arrachés à la nature représente une perte encore plus conséquente pour leurs camarades sauvages.

La recherche dans le domaine des hylobatidés a connu de belles découvertes ces dernières années, avec 8 nouvelles espèces vivantes décrites depuis l’an 2000, dont deux pendant les deux dernières années. Parmi les 20 espèces existantes, on peut retrouver le récemment décrit houlock de Skywalker ou le rare gibbon de Hainan, retrouvable uniquement dans une petite région de l’île chinoise éponyme. Ce dernier est considéré comme le mammifère le plus menacé, avec une population de moins de 30 individus. Le Dr. Cheyne indique que la conservation d’une espèce requiert de multiples efforts prolongés, dont la cessation de la chasse et la préservation de leur habitat.
« Ce qu’il faut en tirer, c’est que nous avons potentiellement sous-estimé le nombre de primates ayant disparu par le passé à cause des humains,» écrit Jo Setchell, professeure d’anthropologie à l’Université de Durham et présidente de la Primate Society of Great Britain, dans un email. « Comprendre ces lointaines extinctions nous aidera à saisir à quel point les espèces actuelles sont vulnérables, et par conséquent à les protéger plus efficacement. »


Article d'origine : https://www.nytimes.com/2018/06/21/scie ... china.html
Galerie Instagram : @_theovonnez
Théo
 
Messages: 183
Enregistré le: Vendredi 20 Juin 2014 14:25
Localisation: Fribourg (Suisse)

Retourner vers La faune dans le milieu naturel

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

Tigre en mouvement