Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Observations, interrogations, raretés... De multiples échanges peuvent y être abordés !

Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar Philippe » Mercredi 26 Décembre 2018 18:45

Nénette : primate et brillante

Peintre et habile bricoleuse, l’une des plus vieilles orangs-outans du monde, une espèce en danger critique d’extinction, est la star de la Ménagerie de Paris.

Tassée sur un double bidon, celui en plastique sur lequel elle est juchée et le sien à pelage roux, Nénette a des airs du Penseur de Rodin. La mamie orang-outan, star de cinéma (Nénette, de Nicolas Philibert, en 2010) et vedette de la Ménagerie du Jardin des plantes, à Paris, a calé son énorme goitre sur ses quatre mains - oui, ces grands singes sont quadrumanes, leurs doigts de pieds sont préhensiles. Coupe de rockeuse dégarnie sur l’arrière, celle qui fait la une de Libération promène son regard flegmatique sur ce qui se passe de l’autre côté de la vitre de sa loge. « Tiens, des ouvriers que je ne connais pas. Et une énième classe de gamins qui m’appellent "King Kong". Et là, encore un appareil photo. »

Parfois, elle lève les yeux au ciel. Soupire. Se gratte sous l’aisselle. Baille de toutes ses dents jaunes. Bat des cils, tourne doucement la tête et vous adresse au passage une œillade aussi placide que mélancolique. A quoi peut bien penser Nénette ? Se remémore-t-elle sa prime jeunesse, comme ces vieilles dames qui, sentant la fin approcher, se réfugient dans leurs lointains souvenirs ? Ses premiers pas dans la forêt de Bornéo, en Indonésie, où elle est née avant d’arriver à Paris le 16 juin 1972 avec Toto, qui sera son compagnon ? Elle était déshydratée, souffrait de malnutrition et il lui manquait une phalange. Les équipes du zoo ont évalué sa date de naissance à 1969. La doyenne des orangs-outans « français » a peut-être un an de plus ou de moins, ce qui la place, à environ 50 ans, dans les vingt plus vieux au monde. Le record mondial est détenu par une femelle « japonaise » de 61 ans.

Victime du braconnage, Nénette a probablement vu sa mère se faire tuer. En a-t-elle des souvenirs ? Se souvient-elle des conditions de vie spartiates, les premières années, ici, dans l’un des plus anciens zoos du monde, ouvert en 1794 ? Quand elle s’ennuyait ferme dans de petites cages nues, sur le sol en béton, qu’elle était parfois dressée à coups de barres de fer et de jets d’eau et nourrie sommairement : un seau le matin, un autre le soir, des tartines de saindoux.

C’était l’époque où ses congénères ne survivaient pas plus de vingt ans en captivité. L’époque où Nénette était une terreur, où elle ne pouvait pas sentir les soigneuses - elle en a mordu une - et leur préférait les barbus à tignasse. « Un orang-outan n’est pas agressif en soi, mais elle pouvait être vicieuse. Elle pouvait vous bloquer un pied ou une trappe pendant des heures, et comme ces singes sont six à sept fois plus forts qu’un homme, il n’y avait rien d’autre à faire qu’attendre », raconte Christelle Hano, la cheffe des soigneurs.

Nénette s’est adoucie avec le temps. L’âge ? Pas seulement. La vie à la Ménagerie n’a plus rien à voir avec ce qu’elle a connu. Tout est fait pour améliorer le bien-être des pensionnaires, avec qui se sont tissés des liens de confiance. Les enclos ont été agrandis, agrémentés de troncs, de hamacs, de cordes, de quoi rappeler à Nénette son enfance dans les arbres. Les sols sont recouverts d’un tapis d’écorces pour que les primates puissent y fourrager. Madame déguste désormais cinq repas végétariens par jour, et doit souvent se creuser les méninges pour y accéder, comme dans la nature. Les soigneurs rivalisent d’imagination pour favoriser les jeux, l’exploration, proposent mille et une activités.

Nénette, son truc, c’est le bricolage. Parfois fortuit, comme ce jour où elle a démonté les boulons de sa loge après avoir trouvé une clé à molette oubliée par le personnel. Elle adore aussi peindre, en étalant les couleurs sur sa toile au moyen d’une peau d’aubergine ou d’un noyau de mangue. Quand elle dessine sur une feuille, une fois l’œuvre achevée, elle l’enroule et la donne aux soigneurs à travers le grillage. Cadeau. Certaines sont vendues aux enchères pour financer un nouvel enclos qui quintuplera l’espace de vie des cinq orangs-outans parisiens.

Sinon, mamie Nénette aime feuilleter des magazines, siroter son thé ou son infusion, de préférence aux fruits rouges mais pas au caramel, non merci, elle n’aime pas. Elle fait son petit ménage en imitant les soigneurs qui nettoient les vitres, quitte à utiliser son urine si elle n’a pas d’eau. Et elle se présente désormais volontiers aux séances quotidiennes de training médical. Pour faciliter la participation des animaux aux soins vétérinaires, on les habitue à présenter les différentes parties du corps à travers la grille, moyennant une friandise. Nénette souffre d’arthrose, d’hypothyroïdie et s’est fracturé le bassin après s’être fait chahuter par une congénère.

L’ancêtre au prénom délicieusement suranné - qui dit encore «une nénette» ? - coule des jours paisibles, le plus souvent isolée, au calme. Elle qui a aujourd’hui besoin de sa routine a eu une existence bien remplie. Trois « maris » (une croqueuse de mâles, Nénette), quatre fils qu’elle a élevés avec amour, deux petites-filles et deux arrière-petits-enfants. Ils vivent en Espagne ou aux Pays-Bas. La Ménagerie participe au programme d’élevage européen des orangs-outans, dans lequel Nénette est répertoriée comme «fondatrice» car elle est née dans la nature, donc porteuse de diversité génétique. En s’échangeant des animaux pour assurer un maximum de brassage génétique, les zoos jouent un rôle clé dans la conservation des espèces menacées. L’idée étant de pouvoir, un jour, les réintroduire dans la nature, si leur milieu est stabilisé ou restauré. Pas gagné du tout pour ces primates, classés «en danger critique d’extinction» par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il reste moins de 10 000 orangs-outans de Sumatra et moins de 50 000 de Bornéo - l’espèce de Nénette - dans ce qui subsiste des forêts indonésiennes.

La situation ne fait qu’empirer : l’équivalent d’un stade de foot est détruit chaque minute, au point que 98 % des forêts dans lesquels vivent ces primates arboricoles auront disparu d’ici à 2022. L’heure est si grave que les scientifiques estiment qu’il n’y aura plus d’orangs-outans sauvages dans dix à vingt ans. Tout ça pour quoi ? Pour cramer de l’huile de palme dans nos moteurs. Comme cette huile profite d’avantages fiscaux pour préserver nos contrats militaires avec l’Indonésie et la Malaisie, plus de 75 % des 900 000 tonnes annuelles consommées en France servent à faire rouler nos véhicules. S’ils ne sont pas brûlés vifs lorsque leur forêt est incendiée pour y planter des palmiers à huile, les orangs-outans sont la proie des braconniers et sont parfois emmenés en Chine ou en Thaïlande pour satisfaire un sordide tourisme sexuel. Soudain, face à Nénette la grande sage, face à sa moue songeuse, à son regard un poil las et désenchanté, on se demande si elle ne réfléchit pas au funeste sort que nous réservons à son espèce. Dont le nom en malais signifie «homme des bois», comme un rappel à nos origines. Et là, en tant que représentante de « l’homme des villes » et de sa folie destructrice, nous voilà envahie par la tristesse et la honte. Pardon, Nénette. Pardon, cousine.

1969 Naissance estimée.
1972 Arrivée à Paris.
1979 Naissance de son premier fils, Doudou.
2010 Vedette du film Nénette, de Nicolas Philibert.
2018 Figure dans Banggi et les Nénettes, film de Natalie Levisalles (France 3).

Image
Source : Libération.
Philippe
 
Messages: 10748
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar didier » Mercredi 26 Décembre 2018 19:59

Pauvre Nénette qui aura passé l'essentiel de sa vie dans une vitrine digne des Galeries Lafayette, pour moi, un seul qualificatif, honteux ... :(
En France , la liberté d'expression est un principe intangible, c'est sur cette base que toute personne peut librement émettre une opinion, positive ou négative, sur un sujet mais aussi sur une personne physique ou morale, une institution .
didier
 
Messages: 14627
Enregistré le: Samedi 13 Août 2005 10:28
Localisation: charenton-le-pont

Re: Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar guirosama » Mercredi 26 Décembre 2018 20:32

D'ailleurs, elle nous fait un doigt...
Avatar de l’utilisateur
guirosama
 
Messages: 941
Enregistré le: Mardi 10 Mars 2015 9:22

Re: Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar nigousse68 » Jeudi 27 Décembre 2018 11:56

Effectivement, quelle vie pour un tel animal dont l'intelligence n'est plus à démontrer!!
nigousse68
 
Messages: 203
Enregistré le: Samedi 23 Août 2014 12:53

Re: Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar Philippe » Lundi 04 Mars 2019 20:28

Quand François Morel souhaite bon demi-siècle à Nénette sur les ondes de France Inter : www.franceinter.fr/emissions/le-billet- ... iICS-ES7Cg
Philippe
 
Messages: 10748
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar Philippe » Mardi 19 Mars 2019 19:10

Nénette, star du Jardin des Plantes, va avoir 50 ans

Les poils de son menton commencent à blanchir, ses gestes sont lents: l'orang-outan Nénette, star de la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris, fête ses 50 ans cette année, un âge fort respectable pour son espèce.


Héroïne d'un film documentaire de Nicolas Philibert en 2010, artiste peintre à ses heures, Nénette semble apprécier sa célébrité. Elle se plaît à transporter un fût en plastique face à la paroi vitrée qui la sépare du public, pour se percher dessus et contempler les visiteurs, s'attirant les photos.

Son talent pour la peinture l'a aussi rendue célèbre. C'est le vendredi, son atelier. Se saisissant d'une palette préparée par un soigneur, elle attrape avec la bouche différentes couleurs pour les appliquer sur la vitre de l'enclos. Puis, avec un doigt, elle trace des traits avant de frotter l'oeuvre éphémère avec de la paille. Elle peint aussi sur papier.

Nénette, l'artiste-peintre, est désormais "une mamie", qui présente une longévité remarquable pour un orang-outan né dans la jungle. L'espérance de vie des orangs-outans est de 30 à 45 ans dans la nature mais peut monter jusqu'à 60 ans en captivité. Les soigneurs de la ménagerie lui fêteront son anniversaire le 16 juin en lui offrant un gâteau. En fait, l'âge précis de Nénette n'est pas connu. Elle est née dans la forêt tropicale de Bornéo vers 1969 et avait environ trois ans à son arrivée à la ménagerie le 16 juin 1972.

A l'époque, acheter un orang-outan sur le marché était encore autorisé. Peu après, la Convention de Washington de 1973 a interdit le commerce des espèces menacées d'extinction. " Nénette est arrivée en très mauvais état et elle avait une phalange sectionnée ", déclare à l'AFP Norin Chaï, vétérinaire en chef de la ménagerie.

Elle a été arrachée à sa mère très tôt alors que les femelles orangs-outans élèvent leurs enfants jusqu'à l'âge de 10 ans. Malgré cela, " ce qui est formidable avec Nénette, c'est qu'elle a eu quatre fils et qu'elle a accepté tout à fait de s'en occuper ", ce qui n'est pas toujours le cas, relève Norin Chaï.

En liberté, les orangs-outans de Bornéo, espèce en danger critique d'extinction, vivent dans les arbres à plus de 20 mètres de haut. Installée avec quatre de ses congénères dans un bâtiment des années 1930, " Nénette dort en hauteur sur une plate-forme, dans un nid qu'elle confectionne avec soin ", explique la cheffe soigneuse Christelle Hano.

Depuis l'espace sécurisé réservé aux soigneurs, la jeune femme entame l'entraînement médical de Nénette, munie d'une cuillère en bois. Séparée par une grille, elle lui demande de toucher la cuillère avec différentes parties de son corps. " Montre-moi ton oreille. Très bien. Bravo ma chérie ", lui dit-elle en la récompensant avec un petit morceau de gâteau. " On fait l'épaule, jolie fille ? " Ce "training" quotidien permet de faciliter l'administration de soins à l'animal à travers la grille mais aussi de diminuer l'appréhension des orangs-outans face à l'homme et de les distraire.

" Nénette et moi on se connaît depuis vingt ans ", raconte la soigneuse. " Avant elle était vicieuse, surtout avec les filles. Si elle pouvait réussir à nous choper, elle le faisait ", attrapant chaussures ou doigts, détaille-t-elle. Nénette compte quelques accidents à son actif. Car si elle n'est pas très grande (environ 1,10 mètre), elle pèse entre 65 et 70 kilos et sa force musculaire est très importante, comme celle des autres orangs-outans.

" Depuis une petite dizaine d'année, Nénette a changé et elle est devenue tranquille. " " Elle a atteint l'âge de la sagesse ", dit Christelle Hano.

Côté cœur, Nénette a connu trois mâles. Ses quatre fils sont désormais morts mais elle est grand-mère. Patronne du groupe d'orang-outan de la singerie jusqu'à 2015, elle est à présent dominée par une autre femelle et un mâle. Elle dispose d'une loge indépendante pour ne pas être importunée.

Côté santé, Nénette a dû être opérée d'un grave abcès à l'abdomen en 2007. Elle est atteinte d'hypothyroïdie et on la traite depuis trois ans avec du Levothyrox. Nénette souffre aussi d'arthrose à la hanche et est soignée pour cela. " On la gère comme une personne âgée ", résume Norin Chaï.
Soure : Huffington Post.
Et le lien vers le reportage vidéo associé à cet article : www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=gEmo25nODDU
Philippe
 
Messages: 10748
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar Philippe » Vendredi 17 Mai 2019 15:49

Nénette fête ses 50 ans au Jardin des Plantes dimanche 16 juin 2019

La ménagerie du zoo du Jardin des Plantes, à Paris, célèbrera dans les règles de l’art les 50 ans de l’orang-outan Nénette le 16 juin 2019. Une journée exceptionnelle qui se déroulera autour de différentes animations auxquelles le public est convié.

Une célébrité

La doyenne des primates de la Ménagerie du Jardin des Plantes, la célèbre « Nénette », fêtera ses 50 ans le dimanche 16 juin 2019. Elle est l’un des plus vieux orangs-outans de Bornéo connus au monde. Depuis son arrivée en France en 1972 à l’âge, estimé, de 3 ans, sa vie, longue de rebondissements, se découvre à travers la lecture des nombreuses pages de magazines dont elle a fait la une.

Un véritable personnage suivi par un public fidèle et célébré par le « Tout Paris » : c’est dire l’importance de l’événement qui se prépare ! À cette occasion, les équipes du Jardin des Plantes ont organisé un programme autour de ses activités favorites : peinture, bricolage et gourmandises lui seront proposés … Ce jour anniversaire lui réservera de nombreuses surprises ainsi qu’à ses nombreux invités.

En danger d’extinction

Cette journée exceptionnelle permettra aussi de sensibiliser petits et grands à la conservation de cette espèce, classée sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) en danger critique d’extinction. En vingt ans, les populations ont perdu 80% de leur territoire et se sont réduites de moitié, il resterait entre 50.000 et 60.000 orangs-outans de Bornéo. En Europe, on compte 344 individus (136 mâles et 208 femelles) dans 72 zoos, et en France l’espèce n’est présente que dans 6 parcs zoologiques. Des mesures de protection sont prises dans le milieu naturel (création d’aires protégées, centres de réhabilitation…) et ex situ grâce aux plans d’élevage internationaux auxquels la Ménagerie participe activement. D’ailleurs, Nénette est l’une des fondatrices de la population Européenne. Elle a contribué à son développement notamment grâce à la naissance de 4 mâles. Enfin, « grand-mère » à deux reprises, elle a assuré la relève de cette espèce emblématique !

Une mère de famille « exemplaire »


Son premier mâle, Toto, est arrivé en même temps qu’elle depuis les forêts de Bornéo. Des liens se tissent rapidement entre eux et donnent lieu à deux naissances : Doudou en 1979 et Mawa en 1983 qu’elle élèvera jusqu’à leur départ, dans un centre de primatologie japonais pour le premier, et au parc Zoologique d’Amsterdam pour le deuxième.

Ensuite, elle formera un couple avec Papou pendant 2 ans jusqu’en 1987, enfin Solok, un mâle de 110 kg venu du zoo de Leipzig, la rejoindra. Elle aura deux descendants mâles avec lui : Tubo en 1994 et Dayu 1999. Excellente mère, elle aura parfaitement élevé sa progéniture. Sociable et douce, elle vit désormais une retraite paisible et apprécie la visite régulière de Tamu (15 ans), première fille de Théodora. La Ménagerie héberge également un « couple » reproducteur, Théodora (31 ans) et Bangui (13 ans) et leur petite Java âgée de 6 mois.

Une « artiste » à parrainer !


Étonnante bricoleuse, elle peut passer des heures entières à démonter les boulons de son enclos avec une clé à molette. Également artiste, Nénette s’est découvert une vocation tardive pour la peinture lors d’un atelier consacré au bien-être animal. Montrant un intérêt très fort à ce sujet, elle a l’art d’étaler la peinture sur une toile ou une feuille blanche, et s’est même lancée dans la peinture sur vitre pour mieux attirer les caméras ! Elle dessine aussi bien avec ses mains qu’avec sa bouche et utilise aussi des outils comme les noyaux de mangue.

Récolte de fonds


Plusieurs de ses peintures ont été mises aux enchères permettant de recueillir près de 12.000 € lors d’un dîner de gala consacré à recueillir des fonds pour un projet d’extension du bâtiment des orangs-outans. En effet, une campagne de parrainage a été lancée le 11 octobre 2018 afin de financer le projet d’extension et de rénovation de l’enclos des orangs-outans. Une opération qui a rencontré dès son lancement un fort succès : plus de 116.000 € ont été récoltés à ce jour. Les fonds permettront au zoo d’agrandir les espaces extérieurs et d’améliorer la vie de ces grands singes.

Une vedette incontestée

Le réalisateur Nicolas Philibert a tourné en 2009 un documentaire de 55 minutes sur Nénette à l’occasion de son 40ème anniversaire. Sa caméra l’a suivie dans les moments cocasses et poignants de sa vie quotidienne : « Chaque jour, elle voit des centaines de visiteurs défiler devant son enclos. Naturellement, chacun y va de son petit commentaire… » C’est ce que Nicolas Philibert, célèbre documentariste, a souhaité filmer : « C’est un film sur le regard, la représentation. Une métaphore du cinéma, du documentaire en particulier (…). Derrière sa vitre, Nénette est un miroir. Une surface de projection. La confidente idéale : elle garde tous les secrets », indique Nicolas Philibert.

Ce film sera projeté gratuitement le dimanche 16 juin en présence du réalisateur.

Déroulé de la journée anniversaire du dimanche 16 juin :

– 11h : projection du film « Nénette » en présence du réalisateur Nicolas Philibert suivi d’un échange avec le chef soigneur et le directeur de la Ménagerie. Projection gratuite dans l’Amphithéâtre Verniquet du Jardin des Plantes.
– 14h15 : animations « Découverte des orangs-outans de Bornéo » biologie, anatomie, menaces et conservation dans la singerie (20 min).
– 14h45 : un gâteau d’anniversaire est offert à Nénette.
– 15h15 : animations « Découverte des orangs-outans de Bornéo » biologie, anatomie, menaces et conservation dans la singerie (20 min).
– 15h40 : avant-première ! présentation du projet de nouvel enclos par le directeur de la Ménagerie Michel Saint-Jalme.
– 16h : atelier peinture par Nénette commenté par ses soigneurs.
– 16h30 : goûter offert au public dans le bâtiment la Rotonde.

Nouveauté : des animaux phares à parrainer !

Depuis le samedi 11 mai, les visiteurs peuvent parrainer un animal parmi 4 espèces en plus des orangs-outans. Outre les binturongs et chevaux de Przewalski, il est possible de parrainer deux espèces phares du site : les pandas roux et les panthères des neiges. Un geste qui permet d’enrichir la visite en bénéficiant d’une relation privilégiée avec un animal sauvage. En 2019, l’ensemble des fonds récoltés sera reversé en faveur de la construction du nouvel enclos des orangs-outans. Les dons sont ouverts via la plateforme du Muséum : dons.mnhn.fr

Image
Source : www.monsieurvintage.com
Philippe
 
Messages: 10748
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Nénette, la reine de la Ménagerie du jardin des plantes

Messagepar Philippe » Vendredi 14 Juin 2019 17:13

Nénette fête ses 50 ans

Cet orang-outan de Bornéo, une espèce menacée, est arrivée à Paris en 1972. Elle avait alors trois ans.

C'est un anniversaire pas tout à fait comme les autres que la ménagerie du Jardin des plantes, à Paris, célébra dimanche. Nénette, l'orang-outan star et la doyenne du parc va souffler ses 50 bougies. Cet orang-outan de Bornéo, une espèce menacée, est arrivée à Paris en 1972. Elle avait alors trois ans.

Depuis cinq ans, Nénette est même devenue peintre. Deux fois par semaine, des soigneurs lui proposent de la peinture pour enfants, une toile et une palette. Alors dimanche, il y aura évidemment un atelier peinture mais aussi un goûter géant à 16h30.
Source (avec vidéo) : www.bfmtv.com/planete/paris-nenette-l-o ... 11899.html
Philippe
 
Messages: 10748
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06


Retourner vers La faune en espace zoologique

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement