Impressions sur Barcelone - 2022

Postez-ici vos comptes-rendus de visites dans les espaces zoologiques français et étrangers...

Impressions sur Barcelone - 2022

Messagepar Simon38 » Dimanche 21 Août 2022 15:53

En séjour à Barcelone cette semaine, j'ai profité d'une promenade au parc de la Ciutadella pour tirer jusqu'au zoo. Je m'excuse par avance de l'absence de photos et de compte-rendu détaillé et/ou exhaustif. Je tiens surtout à livrer mes impressions. Je suis resté quatre bonnes heures dans le parc, sous les nuages de pluie qui tempéraient un peu la lourde chaleur estivale. J'avais défriché le forum au préalable afin d'orienter un peu mes attentes et cibler les points intéressants de la visite. Je remercie au passage les personnes ayant partager leurs photos sur le forum. Cette masse documentaire m'a permis de saisir un peu mieux l'histoire et la conception du zoo. J'étais également curieux de voir l'état du parc depuis la lettre ouverte de la WAZA en 2019 (lien sur le forum ici : http://www.leszoosdanslemonde.com/forum/viewtopic.php?f=19&t=14858). Pour remettre un peu en contexte, et d'après ce que j'ai saisi de la situation, le Barcelona Zoo est géré par la municipalité (dont les moyens semblent assez limités). La ville affiche une volonté de moderniser son zoo et d'en faire un espace exemplaire de bien-être animal, de conservation et de pédagogie. Il était notamment question, à l'époque, de réduire drastiquement la collection animale à une poignée d'espèces locales ou dont l'élevage à l'échelle européenne dépend de Barcelone. C'est le cas de la gazelle dorcas dont le zoo maîtrise la reproduction et gère plusieurs sous-groupes.

Je commence par ce qui saute aux yeux et ce que d'autres membres du forum ont parfaitement relevé : le cadre, la végétation (mise çà-et-là en valeur par de petits cartels) et le climat sont le point fort/marquant du parc. Se promener sous les grands palmiers, accompagné du vol des perruches moines retournées à l'état sauvage et voir se balader des garde-bœufs sur les pelouses est mémorable et très agréable. Ajoutez à cela la fontaine monumentale du jardin en arrière plan et les vieux bâtiments en brique et vous avez rapidement la sensation de marcher dans une ménagerie du XIXème siècle.

En tant qu'institution zoologique, le parc possède une collection loin d'être inintéressante, liée en partie au passé colonial espagnol qui a, dans le temps, favorisé les échanges d'animaux avec l'Afrique du Nord, les Philippines ou encore le Golfe de Guinée. Le parc héberge plusieurs espèces d'ongulés africains que l'on aimerait voir un peu plus souvent : hippo pygmée, gazelles damas et dorcas, oryx algazelle, bongo, buffle nain.

Le zoo s'investit en portion non-négligeable dans la conservation de la faune ibérique et lui dédie plusieurs espaces plutôt réussis paysagèrement. Je note un pavillon entièrement dédié à l'élevage du très menacé triton de Montseny (Calotriton arnoldi, urodèle endémique du massif catalan éponyme). Cela constitue, à mon sens, une excellente initiative qui doit être soulignée, dotant qu'elle a peu d'équivalent ailleurs. Dans la même veine, on trouve des espaces dévolus à l'alyte de Majorque, les tortues méditerranées, les vautours européens, la loutre (dont le parc soutient la réintroduction en Espagne) et la pie-grièche à poitrine rose (récemment déclarée éteinte en France). Pendant ma visite, une section en travaux annonçait également l'arrivée prochaine de rares lynx pardelles. Un choix qui conforte cette valorisation de la faune locale menacée.

Le vivarium m'a également beaucoup plu. Les terrariums sont vastes, leur aménagement est soigné et maîtrisé avec une orientation nette de la collection vers les petits crocodiliens (dont le rare et magnifique alligator chinois) et les tortues aquatiques. La redondance est peut-être importante pour un non-connaisseur mais est partiellement contournée par la diversité de couleurs, de tailles (impressionnant trionyx du Nil, quelle bête !) et d'environnements dans lesquels évoluent les animaux. Je remarque en revanche, en comparant les comptes-rendus du forum, que les petites espèces présentées semblent changer régulièrement. Pendant ma visite, plusieurs terrariums étaient en effet en rénovation.

Dans la droite lignée, la fameuse Terre des dragons est également plutôt réussie. J'ai pu contemplé deux individus très impressionnants qui lézardaient placidement en plein soleil contre les baies vitrées. La présentation en double-espaces intérieur/extérieur constitue un plus indéniable pour les animaux même si la superficie est loin d'être gigantesque.

J'ai également bien aimé la maison des oiseaux. Des volières vitrées reconstituent divers habitats tout en cachant les hauteurs (zones de nidification de plusieurs espèces) de la vue des visiteurs. Je remarque également la présence de puits de lumière ouverts. Un martin-chasseur à collier blanc (espèce rare en captivité il me semble) s'était perché en hauteur, surveillant son bout de forêt inondée et profitait ainsi de l'air frais du matin. Par contre, la cohérence géographique est aux fraises mais j'imagine qu'interviennent là des considérations autour de la gestion des cheptels. En témoigne la présence de plusieurs individus d'une même espèce dans plusieurs volières (cas des calaos tarictic ou des éperonniers de Palawan - deux oiseaux philippins menacés).

Néanmoins, j'ai conscience que ce sont avant tout de jolies vitrines qui offrent des conditions d'évolution limitées à leurs occupants. De plus (et cela vaut également pour le vivarium), c'est un endroit très, très, très bruyant et passant. J'imagine à peine l'impact de tous ces enfants hurlants et frappant aux vitres sur la santé mentale des animaux.

Cependant, et il ne faut pas le cacher, le zoo est vieux et a de nombreux points noirs. Le manque d'espace est criant. Sur une quinzaine d'hectares, le parc présente éléphants africains, girafes, deux espèces d'hippos, quatre de grands fauves et trois de grands singes. Plus des ours, plus des otaries, plus un certain nombre d'autres ongulés. La plupart des enclos sont petits, étriqués, basiques. Le couple d'hippos nains a droit à une petite piscine bétonnée pas très profonde et une plage à peine plus grande, les oryx peuvent parcourir le tour de leur plateau sableux en quelques foulées, etc. Cela a été un crève-cœur de voir aras et autres grands perroquets dans leur volière d'à peine 3 mètres de haut alors que des dizaines de perruches volaient en toute liberté autour des palmiers.

De plus, la plupart des espaces sont conçus avec plusieurs points d'observation, diminuant (ou même annulant) les possibilités de retrait des animaux. Malus supplémentaire à mes yeux : tout est très artificialisé. J'entends par là que l'illusion de nature (quand elle est un tant soit peu reproduite dans un carré de végétation) bute systématiquement sur quantités de barrières, goudron, vitres, grillages, matériels d'entretien, etc...

Il paraît évident que le parc doit rétrécir sa collection pour offrir de bonnes conditions de vie à ces occupants. Cependant, j'ai la sensation, comme d'autres sur le forum, que le parc ne sais pas trop où aller : se sentant obliger de conserver de gros animaux attractifs en marge de ces nouveautés sur la faune locale. La nouvelle zone africaine témoigne de cela. Exécutée récemment, elle a permis de "reloger" hippos, éléphants, girafes et lions dans un décor de faux-rochers d'un goût douteux. Cela a représenté à coup sûr un énorme investissement pour le zoo et ce pour reloger de grosses espèces toujours à l'étroit. Les seuls vrais gagnants semblent être les lions qui disposent désormais d'une surface correcte pour un zoo urbain et d'un enclos tout en longueur aménagé sur plusieurs niveaux. Mais quel déluge d'artificialité ! C'est le Pride-Rock made in Barcelone. Cette zone m'a désolé, sincèrement. Elle véhicule une image fausse, aseptisée de la nature et tout cet espace (globalement plus attribué aux visiteurs qu'aux animaux) aurait pu être utilisé de bien meilleure manière.

Alors, que penser de Barcelone au final ? Entre une visite des maisons Gaudi et des vieux quartiers bourrés de charme, une ballade au zoo constitue probablement une chouette sortie familiale. Le cadre est encore une fois magnifique et plein de potentiel. Certaines perspectives d'évolution récentes sont enthousiasmantes : focus sur la faune espagnole, terre de dragons, arrêt de la présentation des dauphins... Cependant le parc semble..."ramer" pour le dire un peu vulgairement, pétri dans des tendances et des envies contradictoires. Ambitions modernes de l'éducation/conservation d'un côté. Attractivité qui rafle l'essentiel des moyens de l'autre côté. Je ne peux quand même pas m'empêcher de voir un manque de bon sens dans certains choix. Quelle-elle, par exemple, l'utilité de garder sept espèces de callitrichidae si c'est pour les faire sortir à tour de rôle dans un unique espace extérieur ?

Pour (vraiment) conclure, je vous recommande de fouiller un peu le forum pour trouver les comptes-rendus et les photos de Candlemass et Therabu qui témoignent bien de l'aspect du parc, de ses petits trésors et grosses verrues !

En espérant que vous avez appréciez !
"Je suis une part de tout ce que j'ai rencontré" José Ortega y Gasset.
Avatar de l’utilisateur
Simon38
 
Messages: 1055
Enregistré le: Mercredi 22 Avril 2009 12:25
Localisation: Rhône-Alpes

Re: Impressions sur Barcelone - 2022

Messagepar Therabu » Lundi 22 Août 2022 8:39

Merci Simon pour ces impressions, c'est finalement le plus important !
Therabu
 
Messages: 3846
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Impressions sur Barcelone - 2022

Messagepar Simon38 » Samedi 27 Août 2022 12:59

Merci Therabu !
"Je suis une part de tout ce que j'ai rencontré" José Ortega y Gasset.
Avatar de l’utilisateur
Simon38
 
Messages: 1055
Enregistré le: Mercredi 22 Avril 2009 12:25
Localisation: Rhône-Alpes


Retourner vers Comptes-rendus de visites

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 2 invités

cron
Tigre en mouvement