BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Postez-ici vos comptes-rendus de visites dans les espaces zoologiques français et étrangers...

BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar candlemass » Vendredi 01 Juin 2018 0:59

Diergaarde BLIJDORP / Rotterdam Zoo

Date de la visite : 26 avril 2018

Où : Rotterdam
Blijdorplaan 8
3041 Rotterdam
Attention que cette adresse est importante si vous venez en voiture pour accéder au parking du zoo. Il s’agit ici de l’entrée Oceanium.
Si vous venez de la station métro Blijdorp, de la gare centrale ou du centre ville, il existe une autre entrée. Cette dernière s’appelle Rivièrahal et se trouve au croisement de Van Aerssenlaan et Bentincklaan.

Accès :
Rotterdam est facilement accessible depuis Anvers, Bruxelles et Paris en trains Thalys. A partir d’Anvers et Bruxelles, il est possible de prendre un train Benelux (IC 92XX). Cette dernière option est d’ailleurs plus avantageuse point de vue prix mais dure un peu plus longtemps..
La gare de Rotterdam est à environs 15 minutes à pied du zoo.
Il est possible de se rendre au zoo en métro depuis le centre ville avec la ligne E, arrêt Blijdorp.

Prix adulte 2018 : 23€

Website : www.diergaardeblijdorp.nl

Chiffres :
ouverture : 1855, mais depuis 1940 sur le site actuel
ha : 28
Nombre de visiteur par an : 1,4 à 1,5 million
EEP / ESB : plus de 70
Gère l’EEP pour l’éléphant d’Asie, la grue de Sibérie, la grue du Japon, le varan de Komodo, la tortue d’Egypte, le sanglier des Visayas, le petit panda et l’ESB du Goura couronné.

Il existe une application nommée Blijdorp avec des infos et un plan du parc téléchargeable via l’App Store ou Google Play. Je ne sais pas si le plan est à jour car j’ai constaté quelques disparités...

Il s’agit ici de ma deuxième visite à Blijdorp. Il y a eu quelques gros changement depuis ma première visite. Les lions d’Asie ont remplacé les okapis qui sont maintenant casés entre la serre des crocodile et les gorilles. Le dôme Amazonica est sorti de terre, la Rivièrahal semble avoir subi quelques modifications et les rhinocéros noirs sont arrivés depuis peu avec en décembre une première naissance. La dernière datait tout de même de 1960. Je suis arrivé par l’entrée Rivièrahal, on peut dire par le sud du zoo si on se réfère au plan. J’ai malheureusement pris un mauvais choix, celui de tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, me réservant l’Afrique pour la fin et donc l'impossibilité de voirs les rhinocéros noirs qui étaient déjà rentré.

Entrée du zoo (Rivièrahal)
Image

Une fois passé la caisse, je me dirige vers la gauche et longe le premier enclos : celui des wallabys bicolores. Il s’agit d’un enclos de contact, fermé à cause des travaux pour le futur enclos des géladas. C’est un fait une plaine herbeuse avec quelques arbres et buisson autour de caissettes servants d’abris.
Image

Image

Viennent ensuite les enclos boisés des rennes et des loups.
L’enclos des rennes des forêts, que j’ai vu également la veille au Burgers Zoo, fait un peu vieux. J’apprécie le fait qu’il est quasiment entouré d'arbustes. La visibilité est gênée mais on peut avoir une vision à travers les branches comme en forêt. Et cela offre un peu de tranquillité aux rennes. Sur le panneau informatif, je remarque que la répartition de l’animal sur la carte géographique n’est pas la même que hier, où elle était beaucoup plus localisée.
Image

Les loups sont dans un espace qui ressemble beaucoup plus à la forêt. Je le trouve assez réussi quoique pas très grand. Ici aussi il faut chercher le beau point de vue.
Image

Image

Je passe ensuite devant la Rivièrahal et longe le nouvel espace des géladas toujours en construction. Quand j’étais venu à l’époque, il me semble qu’il y avait un petit enclos pour les panda roux et le bâtiment qui sert de base au nouvel enclos des géladas abritait les lions d’Asie. J’ai vu quelques plans de ce nouvel enclos il y a plus d’un an, sans trop savoir quel projet était réellement retenu. Il devrait en tout cas y avoir un espace extérieur face au Rivièrahal.

Image

Image

Image

Image

Un peu d’animation ensuite avec les flamants roses qui semblent bien actifs en poussant toute une série de cris qui semblent bien amuser les visiteurs. Cela ne semble pas perturber le couple d’Eider commun avec qui ils partagent l’enclos. La taille est correcte, une grande pelouse et un point d’eau suffisamment grand.
Image

Je me dirige donc vers l’Asie.
Image

Je croise une première volière contenant des grand-ducs indiens.
Image

Un peu plus loin, une volière plus imposante est le territoire des panthères de l’Amour. L’espace est bien aménagé mais l’espace manque un peu je trouve.
Image

Image

Au détour d’un chemin, on arrive dans une zone un peu marécageuse où un grand bassin sert de lieu de vie aux pélicans frisés et aux grands cormorans.
Image

En vis à vis, un enclos plus petit et en longueur contient une grue du Japon.
Image

On arrive ensuite dans une partie plus tropical où se trouve l’Azië Huis (Maison Asiatique)
Après un premier point de vue sur l’enclos des visayas, une première volière abrite des gouras de Scheepmaker et des pie-bleues à calotte noire.
Enclos des visayas
Image

Volière des gouras et pie-bleues
Image

Il existe un chemin en bois qui mène à une cabane sur piloti qui se situe au dessus de l’étable des bantengs. A faire que si vous avez du temps. Il y a des infos dans la cabane sur la forêt asiatique. J’y ai également vu une volière avec des coqs asiatiques. L’application annonce la présence de shamas à croupion blanc, bulbuls orphée, étourneaux de Bali et éperonniers Napoléon. Je n’ai rien vu dans la volière des coqs, ni panneaux. Soit, je suis complètement passé à coté, soit cette volière n’est plus d’actualité.

Avant d’entrer dans la maison, il existe une dernière volière avec des pigeons de Nicobar.
Image

J’aurais trouvé plus intéressant que l’on déambule dans une volière de contacte ou une mini serre avec ces différentes espèces d’oiseaux.

On trouve diverses espèces dans cette maison asiatique. La première à droite est le toupaye de Belanger dans un petit vivarium très végétalisé. Ils sont d’ailleurs difficile à trouver.
Image

Le plus gros vivarium est celui des varans de komodo. L’espace est séparé en deux par un très très laid volet. J’ai rarement vu une séparation aussi laide dans un espace zoologique.
Les petits et les contorsionnistes peuvent observer les varans via une sorte de petite extension vitrée dans l’enclos. Le vivarium est assez désertique et basique. Quelques plantes en hauteur ou grimpantes rendent le lieu moins austère.
Vivarium des varans de Komodo (première partie)
Image

(deuxième partie)
Image

Image


Varan de Komodo
Image

Image

Image

Vivarium des cobras indien en vis à vis des varans.
Image
Le large couloir tourne vers la gauche avec 3 derniers vivariums dans la continuité de celui des cobras.
Le premier abrite des népenthès, le second des serpents-ratier-rhinocéros et le dernier des phyllies géantes.
Image

En face se trouve la loge de nuit des macaques ouandérou.
Image

Le dernier vivarium de plain pied présente en cohabitation des loris grêle (loris tardigradus) et des chevrotains de Balabac (tragulus nigricans). Le vivarium est de type nocturne et d’une taille moyenne. L’espace est assez sombre et afin de conserver un maximum de pénombre dans le vivarium, les baies vitrées sont recouvertes d’une fine planche percée de trous à différents endroits, d’où on peut observer les animaux. Leur vivarium est assez bien végétalisé et les loris ont de quoi grimper.
Image

Image

Je mets quand même une photo des deux chevrotains. Il y avait beaucoup de reflets et j’ai eu beaucoup de mal pour les photographier.
Image

Un des minuscule loris grêle. J’oublie toujours qu’ils sont si petit.
Image

En sortant du bâtiment, on retombe sur l’autre côté de l’enclos des sanglier des Visayas.
Image

Image

La visite continue avec l’enclos des cerfs du prince Alfred sur la droite. Un enclos herbeux avec quelques arbres et un grand point d’eau. En arrière plan se trouve l’enclos extérieur des macaques ouandérous.
Enclos des cerfs du prince Alfred
Image
Image

Cerfs du prince Alfred
Image

Image

Macaque ouandérou depuis la sortie de la maison asiatique.
Image

Il y a ensuite une chouette petite volière qui abrite les chats pêcheurs. Le point fort de cet volière est une vision vitrée dans une grosse souche d’arbre renversée. Immersion garantie.
Volière des chats pêcheur
Image

Vue de la volière depuis la souche d’arbre
Image

Chat pêcheur
Image

Image

Image

Vient ensuite l’enclos très esthétique, presque comme un jardin, des élaphodes. J’y ai observé deux individus, probablement un couple.
Image

Pour accéder à l’île des macaques nègres, il faut quitter le sentier asphalté et emprunter un chemin en substrat entouré de végétaux. On arrive dans un zone marécageuse qui entoure les deux îlots d’assez petites tailles où les visiteurs en font le tour sur un chemin en bois. Sur la gauche du chemin un accès mène à la loge de nuit des macaques. Il me semble qu’ils passent de leur loge aux îles via un tunnel sous l’eau. Il y a aussi une petite volière délabrée et fermée qui accueillait des bihoreaux gris. Un peu plus loin et toujours à gauche, un autre enclos tout en longueur le long du chemin est le lieu de vie des grues demoiselles et en sortant de cet espace un autre enclos pour une grue à cou blanc (sauf erreur de ma part)
Malgré la petite surface des îlots, ils sont relativement bien aménagé avec des structures naturelles en bois et des arbustes qui offrent un cadre de vie correct aux singes.
Loge intérieur des macaques nègres
Image

Îlots des macaques nègres
Image

Image

Bébé macaque nègre
Image

Enclos des grues demoiselles
Image

Enclos de la grue à cou blanc (?)
Image

On revient ensuite sur le chemin asphalté en quittant cette zone de la même façon qu'on y est entré pour découvrir une autre espèce de primate assez intéressante et pas très courante (pour mon expérience personnelle en tout cas) : les macaques ouandérou.

Les singes se trouvant près de moi, j’ai complètement zappé de photographier leur île. Donc il faudra vous contenter de la photo avec l’enclos des cerfs du prince Alfred en avant plan un peu plus haut...
Je n’ai rien à dire de négatif sur l’île qui est bien végétalisée et qui offre de quoi grimper.
macaques ouandérou
Image

Image

Image

Image

Le parcours continue avec l’enclos des bantengs et des cervicapres en vis à vis de celui des chameaux. Ils sont de tailles correctes, mais les chameaux profitent quand même d’un espace vachement plus grand et il me semble d’ailleur qu’ils ont pris la place des Bantengs.
Enclos des bantengs et cervicapres
Image

Image

Enclos des chameaux
Image

Banteng
Image

Juste avant l’enclos des Bantengs, il existe une misérable petit volière pour des écureuils de Prévost et des perruches à tête prune. L’insalubrité n’est pas loin ....
Image

On arrive ensuite à un point de restauration derrière lequel existait avant un rocher où vivait en cohabitation un takin du Sichuan et des macaques rhésus. Pensant que ce rocher se trouvait ailleurs et qu’en plus, il n'apparaît plus sur le plan du zoo, je n’ai pas cherché à voir si la structure existe toujours où si elle a été rasée. En tout cas, il ne semblait pas y avoir quelque chose à voir dans ce coin ni de possibilité d’aller s’y promener.

L’enclos des petits pandas n’existait pas lors de ma dernière visite. Je le trouve assez réussis. Les visiteurs empruntent une sorte de chemin en planche de bois sur pilotis qui passe entre une île et un enclos. Ces deux derniers sont reliés par un tronc mince niché entre deux arbres de part et d’autre et qui passe au dessus de notre tête. Les îles sont très naturelles car sans structures particulières. La végétation dans l’espace suffit. Sur la plus grande des îles, on peut y observer un élaphode.
Iles des petits pandas
Image

Image

Image

Image

Petit panda
Image

Image

Elaphode
Image

La partie nord du parc comporte le Taman Indah, sorte de bâtiment hybride entre temple (style parc d'attraction), serre tropical et étable. Il abrite des gros animaux comme les éléphants asiatiques, rhinocéros indien et des tapirs malais. On y trouve aussi quelques espèces plus petites. Le Taman Indah borde la route qui longe le parc. Il est entouré d’enclos : deux en longueurs sur le haut tout le long de la route, et un troisième plus imposant sur le bas.

En arrivant par l’enclos des petits pandas, l’enclos en longueur est celui des rhinocéros indiens. La dimension de l’enclos n’est pas exceptionnelle et possède des points d’eau relativement grands, qui sont un atout important pour cette espèce. L'enclos est en fait une succession de deux espaces (2 parties) avec possibilité de les séparer en cas de besoin.

Enclos des rhinocéros indiens (à gauche, on aperçoit la grille grise qui permet la séparation de l’enclos) Il s’agit donc de la partie 2 de l’enclos si on vient du sens opposé, c’est à dire du Taman Indah.
Image

Enclos des rhinocéros indiens (côté Taman Indah et donc partie 1)
Image

En vis à vis, une vétuste mais sympathique volière abrite un Manul borgne assez actif. L’intérieur est assez bien conçu point de vue aménagement et végétaux.
Image

Je ne suis pas très fan du Timan Indah. Ce genre de construction en fausses pierres vieilli très mal et n’est jamais très sexy. Mais bon c’est question de goût, l’important étant ce qu’il y a à l’intérieur.
Timan Indah, entrée côté rhinocéros
Image

L’intérieur est à l’image de l'extérieur : pierre toujours aussi fausse et faux arbres. Mais il y a aussi de la vrai végétation. Quelques vivariums et volières agrémentent la visite. Il est possible d’emprunter un escalier qui mène à un balcon qui offre une vue panoramique sur le lieu, assez restreint pour les visiteurs. Le toit vitré offre une belle et agréable luminosité.
Timan Indah (intérieur)
Image

Aquarium entre l’enclos intérieur des rhinocéros et tapirs. On y trouve des barbus de Schwanenfeld, botias clown, barbus requin et gouramis géants.
Image

Une volière semi-vitrée avec des étourneaux de Bali, roulrouls couronnés et des bulbuls orphés.
Image

Un vivarium pour les pythons réticulés.
Image

Et enfin une très grande et surtout haute volière pour les calaos festonnés en cohabitation avec des coqs dorés (gallus gallus). Un pirolle à bec rouge vit aussi dans cette volière mais celà n’est pas indiqué.
Image

Calao festonné
Image

Pirolle à bec rouge
Image

Les gros mammifères possèdent aussi des espaces relativement petits. Mais je sais que pour les tapirs et rhinocéros, ils ont des étables non visibles du public. Ils peuvent donc à leur guise passer d’un endroit à l’autre. C’est ce qu’il m’a semblé en tout cas. Cela dit, j’ai trouvé ces espaces “publics” relativement petits.
Enclos intérieur des rhinocéros indiens
Image

Enclos intérieur des tapirs malais
Image

J’ai photographié la partie interne des éléphants depuis le balcon. J’ai trouvé cet espace assez petit, même si l’équipement pour offir un maximum de soins aux pachydermes semble avoir été mis en place, j’ai trouvé l’espace intérieur décevant.
Image

Un espace de petite taille non visible du public est destiné au mâle du zoo.

En sortant de Timan Indah du côté des rhinocéros, on accède d’abord à une grande volière côté gauche avant d’arriver à l’enclos des éléphants sur la droite. La sortie opposée débouche sur l’enclos des tapirs malais à droite et l’enclos des éléphants à gauche. (point d’eau de l’enclos du mâle suivit de celui des femelles)

Dans la grande volière j’ai observé ibis à tête noire, tantales, aigrettes et bihoreaux. Il y a d’autres oiseaux mais je n’ai pas pu tous les identifier vu qu’aucun panneau informatif n’y est présent. On peut se promener dans la volière via un chemin en arc, dont le centre comporte un escalier qui mène à un pont suspendu qui mène à une sorte de grotte d’où l’on peut rejoindre la terre ferme via un escalier en colimaçon. La serre date de quelques années car son état est assez vétuste. Une rénovation ne serait pas du luxe.
Volière
Image

Ibis à tête noire
Image

Image

Tantale
Image

L’enclos des éléphants n’est pas énorme mais comporte un grand point d’eau où ils peuvent se baigner. Et je ne parle pas de l’enclos du mâle qui est une sorte de couloir dont une partie est sous une sorte de préau. Il ne cessait d’ailleurs de faire des allez-retour. Les mâles sont rarement bien loti en zoo et je les trouve parfois assez nerveux. On est loin de ce qu’offre le zoo de Cologne pour son mâle… Le point positif de l’enclos du mâle est son espace baignade.
Enclos des éléphants (celui du mâle se trouve derrière la rangée d’arbre à partir des structures métalliques à droite)
Image

Image

Point d’eau de l’enclos des femelles
Image

Point d’eau et enclos de l’enclos du mâle
Image

Eléphant asiatique
Image

Image

Image

Enclos extérieur des tapirs malais
Image

Image

On arrive ensuite dans une partie historique du parc. L’ancienne maison des girafes. Sur la photo, on n’aperçoit qu’une partie du bâtiment. Il s’agit de deux maisons identiques et symétriques, reliées par une arc horizontale. La maison non visible sur la photo est un restaurant. Lors de ma dernière visite, la deuxième maison logeait les okapis. Depuis peu, ce sont les lion d’Asie qui ont investi les lieux. Et ils gagnent au change.
Maison des lions d’Asie
Image

L’espace dédié au visiteur n’a pas changé dans la maison. Mais elle a été adapté aux fauves. Des baies vitrées remplacent les barreaux et les loges pour okapis ont fait place à un espace qui recrée le désert probablement de la réserve du Gir où vivent les derniers lions d’Asie à l’état sauvage. Mais je ne vous apprends rien…
Les baies vitrée côté extérieur donnent sur l’enclos extérieur. Ce dernier est herbeux avec quelques arbres et une multitudes de rochers.
Une sorte de cabane adossée à l’enclos permet une vision sous vitre et une proximité avec l’animal.
Espace visiteur de la maison des lions d’Asie
Image

Image

Lion d’Asie vu depuis l’espace visiteur
Image

Enclos des Lion d’Asie
Image

Lion D’Asie
Image

Derrière cette haute clôture en bois, il y a un enclos extérieur sous forme de cage probablement dans le but d’isoler un ou des individus.
Image

J’y suis passé plus tard lors de mon parcours, mais autant clôturer la partie asiatique maintenant avec l’enclos des tigres de Sumatra. L’enclos en forme de ballon de rugby est très esthétique. Il se compose d’un tunnel en cul-de-sac avec de part et d’autre une vue panoramique sous vitre sur les deux enclos extérieurs. Au fond ce sont les zones intérieures qu’il est possible de voir. Elles ne sont pas de grandes tailles. Les zones extérieures sont très verte avec beaucoup de végétaux le long de la clôture qui permettent aux tigres de se mettre à l’abris des regards. J’avais d’ailleurs eu beaucoup de mal à les observer lors de ma précédente visite.
Enclos des tigres de Sumatra
Image

Zone droite de l’enclos. Dans cette partie, une partie des baies vitrées est remplacée par une séparation en bambous. Un petit détail, mais je trouve cela très intéressant car il permet un contact olfactif et auditif avec l’espèce.
Image

Image

Zone gauche
Image

Tigre de Sumatra
Image

Enclos intérieur des tigres
Image

(à suivre)
candlemass
 
Messages: 73
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar candlemass » Vendredi 01 Juin 2018 1:00

J’ai continué ma visite vers l’Océanium. Mais il y a encore quelques espaces à visiter avant d’y arriver. Après être passé sous le pont du chemin de fer qui sépare le zoo en deux, je découvre un nouveau site (pour moi) : Amazonica. Le dôme me rappel assez la mangrove du Burgers Zoo par sa conception architecturale mais également à l’intérieur avec son grand plan d’eau et les papillons. La différence est plus marquée par rapport au contenu végétal qui ici est beaucoup plus luxuriant de par le thème choisi mais aussi du fait que ce projet est plus ancien, les végétaux ont eu le temps de se développer. Il y a divers vivarium dans le dôme. Je n’ai pas tout photographié mais je me souviens avoir vu des serpents (anaconda jaune), tortues, mygale et divers poissons dans le point d’eau (arapaïma, piranha rouge). Je n’ai par contre pas vu d’oiseaux. On trouve aussi diverse espèces végétales dans ce secteur dont les fameuses victoria amazonica (nénuphare géant) et des bromeliads.
Chemin et entrée vers Amazonica
Image

Image

Plan d’eau (la brume est de la buée sur mon objectif)
Image

Vues de la serre
Image

Image

Image

Papillons
Image

Image

Vivarium des dendrobates
Image

Dendrobates (tinctorius du Brésil)
Image

Image

Dendrobates à ventre tacheté (ranitomeya imitator jeberos) Il s’agit ici de bébés nés au zoo.
Image

Laboratoire des papillons
Image

Ruche des abeilles tetragonisca angustula
Image

Type de mangeoire pour papillons
Image

Ce projet est assez sympa dans son ensemble et j’ai bien apprécié m’y promener même si le parcours est vite fait. C’est vraiment un lieu de recherche où il faut scruter et découvrir.

En sortant du dôme, j’ai zappé volontairement le show des perroquets et autres oiseaux exotiques pour me diriger vers une double volière de taille moyenne. On peut pénétrer dans le bâtiment qui se situe entre les deux volières où se trouve les loges intérieurs des oiseaux. On peut ensuite pénétrer dans la deuxième volière.
Image

La première volière abrite des aras chloroptères, conures à gros bec, cariamas huppés et cassiques huppés.
Enclos intérieur de la deuxième volière
Image

Deuxième volière de contact
Image

Image

Dans cette volière, on trouve des canards à collier noir, kamichis à collier, ibis rouge et dendrocygne veuf. On y trouve également d’autres espèces d’anatidés non mentionnées sur les panneaux.
Kamichi à collier
Image

Divers enclos bordent le chemin vers l’Océanium. Un petit enclos herbeux tout en relief abrite un Pudu du sud. Le chemin qui borde cet enclos entoure une petite maisonnette où vivent des cobayes et des grands cobayes (cavia magna).
Enclos du pudu du sud
Image

Pudu du sud
Image

Grand cobaye
Image

Maisonnette des cobaye
Image

En face un terrain herbeux est le lieu de vie des discrets loups à crinière.
Image

Image

Dans le prolongement de la maisonnette des cobayes se trouve l’enclos des vigognes et nandous. Ce dernier borde le dôme Amazonica.
Enclos des vigognes et nandous.
Image

Vigognes
Image

Un petite chemin passe ensuite entre les chiens de prairie pour déboucher sur le très grand enclos des bisons.
Image

Image

Chien de prairie
Image

Enclos des bisons
Image

J’ai ensuite eu la bonne idée d’emprunter un chemin qui indiquait “panorama des bisons”. Le chemin bordé d'arbustes touffus de part et d’autre offre une visibilité médiocre sur l’enclos des bisons. Du côté droit, il est plus aisé d’observer l’arrière de l’enclos des ours blanc à travers la végétation.
Ours blanc depuis le chemin qui mène au panorama des bisons.
Image

Enclos des ours blanc depuis le chemin
Image

Enclos des bisons américains
Image

Et enfin le panorama des bisons…
Image
Sans commentaire!

Alors que certains animaux ont droit à des enclos de dimensions discutables, les bisons (comme à Pairi Daiza par exemple) ont droit à un très grand espace alors qu’ils sont peu nombreux. Je ne dit pas qu’il faut les enfermer dans un petit espace mais je me dis que cet espace aurait pu être mieux exploité pour des espèces en danger.

Les ours blancs possèdent un enclos d’assez bonne taille avec de beaux points d’eaux, de l’herbe et des rochers. Il est assez réussi sur le plan de la conception. Une partie intérieur offre une magnifique aquavision sur les deux bassins. Un des deux bassins offre d’ailleurs un point de vue assez profond. J’vais assisté aux acrobaties aquatiques d’un ours lors de ma dernière visite et cela vaut vraiment le coup d’être vu.
Entrée du bâtiment des ours blancs
Image

Vision aquatique des ours blancs
Image

Enclos des ours blanc
Image

Image

Deuxième enclos des ours blanc
Image

Image

Ours blanc
Image

Le reste de cette zone comporte des enclos ou volière d’animaux de l'hémisphère nord.
Volière des pygargues de Steller
Image

Volière des renards polaires
Image

Il y a également un enclos pour raton laveur.

L’Océanium est un complexe qui comprend un aquarium, des vivariums pour reptiles et petits mammifères, un vivarium pour manchots mais aussi quelques espaces extérieurs pour oiseaux marins et pinnipèdes.

Le premier enclos extérieur est celui des otaries de Californies. Il se compose d’un grand bassin en longueur. Les animaux sont séparés des visiteurs par le mur du bassin entrecoupé de larges baies vitrées. Il n’y a pas de vision directe, tout est sous vitre comme pour l’enclos des oiseaux marins. Les otaries possèdent des plages en rocher pour se reposer dans le fond de l’enclos. A la sortie de l’Océanium, il y a une baie vitrée dans le bâtiment qui donne sur cet enclos.
Enclos des otaries de Californie
Image

Image

Vue de l’enclos depuis le bâtiment de l’Oceanium.
Image

Juste avant d’entrer dans l’Océanium, un deuxième enclos semblable au précédent mais plus petit et sous forme de volière abrite des oiseaux marins. Le fond de la volière recrée une falaise où les oiseaux peuvent se percher et nicher dans les cavités. On y trouve quelques macareux moines, mouettes tridactyles, eiders communs, des guillemots de Troïl mais aussi des homards (homarus vulgaris), bars et daurades.
Enclos des oiseaux marins (photo ratée, mais on peut deviner l’ambiance)
Image

Macareux moines
Image

Guillemots de Troïl
Image

La partie aquarium possède quelques bassins à son entrée et ensuite de grands aquariums dont les baies vitrées vont du sol au plafond. Le tout est dans une scénographie caverneuse que je trouve un peu redondante.
Image

L’atout majeur du lieu est ce tunnel de verre en arc. La netteté de la structure permet une superbe vision de ce qui nous entoure. L'immersion est vraiment réussie.
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Après quelques autres bassins d’eau de mer ainsi qu’une visite dans le laboratoire de l’aquarium, la visite se termine en longeant un long aquarium d’eau douce où l’on peut admirer des raies qui semblent assez curieuses.
Image

Image

Image

La partie suivant comporte un point snack et plusieurs vivariums.
Vivarium pour iguanes rhinocéros
Image

Un habitant non identifiable dans le vivarium des iguanes rhinocéros
Image

Vivarium des Tamarins Pinché
Image

Tamarin pinché
Image

D’autres vivarium abritent des Iguanes des Antilles et des basilics.

Après la zone “snack”, un enclos abrite un animal que je n’ai jamais vu ailleurs qu’à Rotterdam : des hutias de Cuba.
Image

Image

On entre ensuite dans l’espace des Manchots. Le lieu est assez basique et commun. L’espace est en forme de “L” avec un bassin d’eau côté visiteur et une plage en dure.
On y trouve des manchots royaux et des manchots papous.
Image

Manchots royaux
Image

Manchots papoux
Image

En sortant de cette zone il ne reste plus qu’un animal à voir : la tortue de Galapagos. Il y a un enclos sous forme de serre et les tortues ont accès à un enclos extérieur quand le temps le permet.
Image

Image

Il me reste donc à retourner de l’autre côté du parc pour la dernière partie : l’Afrique.

Mitoyen des lions d’Asie un enclos de taille moyenne abrite des très rares gazelles de Mhorr. Il s’agit d’un groupe reproducteur et deux petits sont nés cette année.
Enclos des gazelles de Mhorr
Image

Image

Gazelles de Mhorr
Image

Bébé gazelle de Mhorr
Image

Non loin de là, un autre enclos plus herbeux et semi boisé abrite un bongo. Je ne sais pas si il y a d’autre individus. Mais sur 3 zoos que j’ai visité et qui montrent des bongos, je tombe toujours sur un seul individus. Y a-t-il un souci de reproduction avec cette espèce?
Enclos des bongos
Image

Bongo
Image

La zone africaine se parcourt assez facilement. IL m’a suffit de suivre le chemin en parallèle du chemin de fer. C’est d’abord dans une grande et haute volière de contact que j’ai fais halte. On y trouve vautours africains, vautours à tête blanche, vautours charognards, milans noirs, vautours de Rüppell, marabouts, ombrettes africaines, grues de paradis et secrétaires. Je n’ai pas trop été emballé par la serre, malgré sa taille et la végétation présente.
Image

Image

Image

Image

Image

La volière suivante abrite en principe des Colobes guerezas. En principe car un petit jeux de chaises musicales à eu lieu récemment dans le zoo. Tout commence chez les gorilles où le jeune mâle Nasibu, agé de 11 ans se prépare à quitter le groupe. Ce dernier a été choisi pour être le mâle reproducteur dans un zoo en Nouvelle-Zélande. Il a donc été séparé du groupe et vit maintenant dans l’espace des mangabeys couronnés, qui ont déménagé dans l’enclos des colobes qui eux sont dans un enclos aménagé dans le poste d’observation des gorilles.
Volière
Image

Image

Enclos intérieur
Image

Bébé mangabey couronné
Image

La volière mitoyenne abrite des servals.
Image

Serval
Image

Arrive ensuite les zones un peu plus costaudes de la zone africaine. A commencer par la plaine des girafes et koudous. L’espace est de taille correcte une sorte de fausse séparation existe au milieu de l’enclos. Il s’agit d’une bande de grosses pierres, interrompue deux ou trois fois par des passages. Les animaux sont donc libre de passer d’un lieu à l’autre mais une zone territoriale semble être marquée pour chaque espèce. Cette bande de pierres continue le long du chemin qui s'élève vers le bâtiment des girafes afin probablement d’éviter un contacte trop facile entre girafe et visiteur, les girafes évitant de marcher sur les pierres. Celles ci ne sont tout de fois pas un obstacle pour les koudous.
Savane des koudous et girafes avec bande de pierres au milieu
Image

Zone des girafes avec chemin surélevé sur la droite Il est possible de pénétrer dans le baobab et de monter à son sommet. En arrière plan, le bâtiment des girafes.
Image

Vue depuis le chemin surélevé. En arrière plan l’enclos des zèbres.
Image

Image

Sur la droite du chemin surélevé se trouve l’enclos des hyènes. Il y a en fait deux enclos que l’on peut faire communiquer si nécessaire.
Image

Image

Image

Image

Hyène tachetée
Image

Image

Girafes réticulées
Image

Image

Image

Image

Le bâtiment des girafes est atypique dans sa conception. Les murs extérieurs sont couverts de chaume et donne un rendu très intéressant qui va parfaitement avec le thème africain. Il est également très lumineux et fonctionnel. L’intérieur est modulable et le grand espace peut être séparé en plusieurs compartiments, ce qui est un atout pour les naissances ou en cas de séparation d’individus.
Entrée de la maison des girafes “Savanna House”
Image

Intérieur de la Savanna House
Image

Image

Image

Image

Image

En sortant de la maison des girafes on accède directement à la Krokodillenrivier. C’est une sorte de serre chaude au style plutôt désertique qui abrite des crocodiles mais aussi diverses espèces intéressantes.
Image

On déambule dans cette serre sur le même chemin surélevé. Les enclos sont donc en contrebas, surtout au début car le chemin descend progressivement vers le sol.
Le premier enclos à gauche abrite des suricates, des porc-épics du cap et des tortues sillonnées.
Image

Les crocodiles se trouvent sur la droite. On commence avec des faux-gavials d’Afrique.
Image

Le bassin suivant est celui des crocodiles du Nil qui vivent avec des poissons tigre africain et des tilapia du Mozambique. Ce bassin est beaucoup plus grand que le premier. A ce niveau on a rejoint la terre ferme et l’on bénéficie d’une belle vision aquatique.
Image

Image

Le deuxième et dernier enclos à gauche est celui des damans. Dans le point d’eau, on y trouve aussi des tilapia du Mozambique ainsi que des poissons-chats africains.
Image

Image

Daman
Image

Image

Lors de ma dernière visite, cet espace était assez récent et un oréotrague vivait dans cet enclos avec les damans.

On entre ensuite dans une petite pièce avec 3 vivariums. Les deux derniers abritent des reptiles, mais le premier une espèce rarissime en zoo : le macroscélide de Peters. Les individus s’y sont déjà reproduit quelques fois et des petits ont été envoyé à Anvers.
Le vivarium rappel celui des Lori lent. Une feuille sombre percée de trous est collée à la vitre offrant intimité aux animaux. Les macroscélides cohabitent avec des cossyphes à calotte neigeuse.
Image

Vivarium des macroscélides
Image

macroscélide de Peters
Image

cossyphe à calotte neigeuse
Image

J’arrive ensuite dans le nouvel espace dédié aux okapis. J’avoue qu’après avoir visité le Bioparc Doué La Fontaine, on ne peut être que déçu. Je me permets de comparer les deux projets du fait de leurs similitudes : une volière, des oiseaux et une sorte de jungle reconstituée. On pénètre d’abord dans la volière extérieur. Le parcours de visite longe les bords de la serre. Il y a quelques zones végétales qui semble donner de l’intimité aux okapis mais je n’y crois pas trop. Les deux enclos ne sont franchement pas énormes et la volière n'étant pas très haute, j’ai ressenti un sentiment d’écrasement. Les arbres sont maigrichons et pas très feuillus. Je me doute que ça doit encore pousser et qu’un avril la sève n’a pas encore fini son boulot. Mais vu la taille du plafond, il faudra raboter les sommets de temps en temps. Par contre, la disposition des arbre fait plutôt penser à un verger. Je trouve le projet complètement à côté. Une sorte de poste d’observation avec un point d’eau sur le devant semble s’être perdu dans l’espace. De cet endroit, on voit vraiment l’alignement des arbres.
Image

Image

Image

Les oiseaux ont accès à cet espace via diverses trappes qui donnent dans la serre. On y trouve des touracos, pintades, spréo, guêpiers... et aucuns panneaux d’informations…
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le chemin débouche dans la serre où l’on va longer la parois avec les enclos intérieures des okapis sur la gauche. La végétation ici est un peu plus intéressante mais les enclos sont vide de toutes plantes. De nombreuses plantes se trouvent entre les visiteurs et les animaux. L’intimité semble mieux fonctionner ici que dehors. La hauteur de la serre m’a semblé ici plus importante.
Image

Image

Image

Deuxième enclos intérieur avec mur percé pour les guêpiers
Image

Okapi
Image

Je n’ai malheureusement pas vu le bébé né fin de l’année passée. Il était dans son box avec sa mère. Je sors très déçu de cet espace. On sent vraiment que le projet a été dominé par une contrainte d’espace. Cela dit, deux okapis sont déjà nés dans cet espace. Mes impressions ne semblent pas être un souci pour les animaux et c’est mieux ainsi.

En sortant de cette zone, il y a un enclos interne pour suricate avec une partie en extérieur.
Image

Image

Il y a ensuite une volière avec des tisserins gendarme, des écureuils de terre du cap, des touracos verts, des cossyphes à calotte neigeuse.
Image

Vient ensuite la maison des koudous. Le chemin traverse la maison et les étables sont visibles via une vitre.
Image

Suivent les potamochères...
Image

les zèbres de chapman et autruches…
Image

Image

un petit enclos circulaire pour les mangoustes jaunes…
Image

Derrière l’enclos des tigres, cette île abrite les makis catta.
Image

J’arrive enfin à l’enclos des nouvelle vedettes de Rotterdam : les rhinocéros noirs. Malheureusement, les animaux sont déjà rentrés. Je continue donc ma visite pensant passer plus tard par le bâtiment intérieur pour les voir. Un bébé est né récemment et cela fait au moins 50 ans que ce n’était plus arrivé au zoo. L’aménagement extérieur des enclos est un peu grossier. Ces sortes de gros abris me rappel le jeux Zoo Tycon.
Enclos des rhinocéros noirs
Image

Image

Image

Enclos des hippopotames nains avec aquavision
Image

J’arrive ensuite à l’enclos des Gorilles. La zone extérieur n’est pas mal du tout. Verdure, collines et arbres. Le rendu est naturel et n’est pas pollué par une succession de modules.
Image

Image

Image

Une sorte de cabane avec baie vitrée offre un point d'observation supplémentaire. C’est dans cet espace qu’un enclos pour les colobes guéréza a été aménagé.
Image

L’enclos des mangabeys où loge Nasibu n’est vraiment pas top. Le style vieilles singeries rend l’espace très triste. Je me doute qu’avec ce genre d’espèces (mangabey et gorille) il doit être difficile de tenir des végétaux en état, mais y voir dans ce petit espace, un gorille, seul et imaginer qu’il va y rester un an…
Image

L’enclos intérieur des gorilles n’est pas tellement mieux. Le côté tout béton rend le lieux triste et inadapté pour les animaux. Quand les visiteurs entrent dans le bâtiment qui fait partie du Rivièrahal, ils bénéficient d’une surface circulaire bordée par les vitres des enclos intérieurs des gorilles. La première partie appartient au mangabeys (et donc à Nasibu). Vient ensuite la partie des gorilles, étroite au début et qui débouche sur une pièce un peu plus grande. Les animaux semblent bénéficier d’espaces derrière les trappes. Ils ne semblent donc pas être limités exclusivement à ces zones visibles.
Image

Image

Je trouve qu’il serait intéressant d’inclure la zone circulaire des visiteurs dans l’enclos intérieur et de ne laisser qu’un couloir pour les visiteurs. Et bénéficier de cette zone pour essayer une option un peu plus naturelle. S’il s’agit du bien être animal, ça ne me dérange pas d’être serré dans un couloir étriqué.

Après les gorilles, on trouve les deux enclos intérieur des hippopotames nains qui peuvent communiquer si cela est nécessaire.
Image

Image

Ensuite vient la zone des rhinocéros noirs qui est fermée au public suite à la naissance. Je n’ai donc pas pu observer cette espèce lors de la visite. J’aurais dû commencer ma visite par la partie africaine.
Image

La Rivièrahal est un vieux bâtiment. Il semble avoir été rénové mais le zoo ne semble pas trop savoir quoi en faire. En y pénétrant par l’entrée face au futur enclos des géladas, on pénètre dans une sorte de réfectoire sordide et c’est par intuition que je trouve l’entrée de la zone tropicale sur la droite. Cette zone est en longueur et divisée en 3 parties. Une première avec quelques oiseaux en liberté et des cages vétustes et petites où vivent plusieurs couples de toucans et quelques perroquets.
Image

Image

Une autre partie contient un couple de calao festonné et des scissirostres des Célèbes, oiseau que je vois pour la première fois.
Image

Image

Image

Image

Image

La dernière partie est une sorte de rotonde avec un étang en son milieu, entourée de végétaux et d’un chemin étroit. Quelques espèces d’oiseaux y vivent mais les panneaux des espèces en liberté sont inexistants. J’y ai reconnu des étourneaux de Bali, bulbuls orphées, garrulax de Courtois, irènes vierges et des shamas à croupion blanc. Selon la saison, il est possible d’observer des Victorias amazonica dans le plan d’eau.
Image

Image

La fatigue de cette grosse journée pointant le bout de son nez, je décide de zapper l’enclos des loutres qui se trouve tout au bout sur le flanc droit de la Riviérahall. Grosse erreur car cette décision me fait rater la volière des langures de François qui se trouvent à côté des loutres. Nulle part dans le parc ou sur le plan, ni sur l’application, je n’ai vu la trace de cette espèce. Il m’avait semblé avoir lu quelque part que le parc en possédait, mais l’absence complète d’information sur cet animal m’a fait penser qu’il s’agissait probablement d’un autre zoo. Si Pairi Daiza ne change pas ses plans, je pourrai bientôt enfin en voir…

Conclusion! Rotterdam offre une large palette du monde animal. Il y a du bon mais aussi du moins… J’ai trouvé qu’il avait beaucoup d’enclos de petite taille. Mais en règle général, les espaces sont bien aménagés et végétalisés. Le parc est très vert et s’y promener est très agréable, surtout dans la partie asiatique où les allées sont bordées d’une végétation touffue.

J’ai relevé quelques points qui pour moi, ne sont pas très positif.
La zone des éléphants que je trouve un peu réduite. Mais l'installation est un peu une sorte d’hybride entre ce que l’on faisait avant l’époque de sa conception et ce que l’on fait (ou devrait faire) maintenant. Je trouve les espaces intérieurs assez réduits, surtout pour le mâle que j’ai senti assez nerveux. L’extérieur pour les femelles est correcte comparé à d’autres zoos mais pourraient être mieux. Elles ont moins d’espaces que les bisons par exemple. Cela dit, je n’ai pas observé de comportement stéréotypé chez les éléphantes et il semble y avoir une bonne cohésion dans le groupe.

Rotterdam a un peu les maladies d’un zoo urbain. La volonté de vouloir garder une grosse collection historique et l’attachement aux grosses espèces est fortement marquée. Les félins du parc possèdent de belles installations compatibles avec leurs environnements naturels respectif. Ou du moins, le zoo essaye de s’en rapprocher au maximum. Les ours polaires sont aussi relativement bien logé et l’aquarium est de bonne qualité et entretenu car je n’ai pas senti de vieillissement depuis ma dernière visite qui date de quelques années. Dans l’ensemble, on voit qu’il y a une volonté de faire les choses en bien.

Par contre, je ne comprenais pas trop le retour des rhinocéros noires. Les zones allouées sont assez réduites et de plus, les installations me rappelaient ce que l’on faisait à l’époque : une maison des gros mammifères. Sur ce point, le zoo fait un bon dans le passé. Mais le pari semble toutefois gagné vu qu’il y a eu une naissance rapide. Pareil pour les okapis qui perdent en surface avec leur nouvel espace mais s’y reproduisent bien. Le professionnalisme des équipes du zoo semble être au top dans ce parc.

Je ne comprends pas non plus le choix d’avoir alloué un immense enclos pour les chameaux. Alors que d’autres espèces cohabitent à plusieurs dans des espaces plus réduits.

La répartition géographique par zone me donne l’impression d’avoir limité le projet pours les okapis. Leur zone relativement grande passe sous pavillon asiatique avec les lions d’Asie. Mais l’espace final qui leur est destiné est un peu encastré comme on peut entre divers espaces. Et on se retrouve avec un projet assez étriqué aux ambitions contenues.

Enfin la Rivièrahal n’est absolument pas mise en valeur. Le réfectoire / cafétéria morose, l’absence d’indication, quelques panneaux didactiques fourre-tout et une ambiance malsaine sont les sentiments que j’ai ressenti dans le lieu. J’en suis sorti en me demandant si j’y avais vu tout ce que cet espace propose ou pas. Il me semble que des choses y ont changé mais difficile de savoir quoi.

Sans devoir trop courir, une journée entière est nécessaire pour visiter ce zoo. Ne faite pas la même erreur que moi et préparez votre visite à l’avance, malgré que le nouveau plan sur le website du zoo est encore plus sommaire que le précédent… Visitez aussi le Facebook du parc, on y voit parfois des informations intéressantes sur les naissances, ainsi que sur des animaux dont l’information de leur présence au zoo est inexistante. L’application du zoo peut aussi être un outil intéressant malgré les omissions ou le manque de mises à jour

Blijdorp est un zoo urbain historique qui malgré des choix discutables a la capacité scientifique de relever les défis qu’il s’impose.
candlemass
 
Messages: 73
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar Thibaut » Vendredi 01 Juin 2018 9:54

Merci pour ce très joli compte-rendu où tu alterne photos d'installations et d'animaux. C'est un zoo que j'aimerais beaucoup faire, la collection a l'air très intéressante. En revanche les installations pour primates n'ont vraiment pas l'air top.
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 798
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar Antoine6259 » Vendredi 01 Juin 2018 17:44

Merci pour le compte-rendu de ce grand parc que nous avions pu visiter il y a un an, avec Joseph entre autre. Tout n'est pas parfait, mais personnellement je le place sur le podium des parcs que j'ai visités. Surement la répartition géographique qui y est pour beaucoup.
Antoine6259
 
Messages: 4921
Enregistré le: Dimanche 16 Décembre 2007 13:53

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar raphaël » Vendredi 01 Juin 2018 22:09

Merci pour ces images et ce compte rendu très complet d'un pourtant grand zoo.
Il est vrai que ton cheminement n'a pas été très intuitif, tu as dû perdre du temps d'aller dans l'extension Amérique-Océanium puis de revenir dans le coeur historique.

De mes visites en début des années 2010, je garde un vrai bon souvenir de Rotterdam. Mais comme tu le dis, il y a quand même le défaut d'avoir trop de grosses espèces. On peut comprendre qu'un grand zoo historique veuille garder des éléphants ou des rhinocéros, mais pourquoi deux espèces de rhinos, et en effet pourquoi un si immense enclos à bisons alors qu'à mes yeux, les espaces des ours polaires sont vraiment très petits. Le Rivierahal s'est vidé, il y avait plein de reptiles lors de mes passages. Pour le reste, j'apprécie bien la zone asiatique des macaques, oiseaux et cervidés. Et la visite est globalement bien agréable.
Les animaux des zoos sont les ambassadeurs de leurs cousins sauvages. (Pierre Gay)
raphaël
 
Messages: 6467
Enregistré le: Mercredi 10 Août 2005 15:24
Localisation: gironde

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar guirosama » Samedi 02 Juin 2018 9:06

Merci pour ce compte rendu qui m'a donné envie de retourner dans ce zoo et cette ville très moderne (à cause de la 2ème guerre mondiale). J'y suis allé en 2002 et j'en garde un assez bon souvenir. Notamment grâce à sa verdure et à sa collection d'animaux asiatiques. Cela a l'air d'avoir un peu changé quand même !
Avatar de l’utilisateur
guirosama
 
Messages: 801
Enregistré le: Mardi 10 Mars 2015 9:22

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar Joseph » Samedi 02 Juin 2018 11:15

Merci pour ce compte rendu très complet !
Je partage ton avis sur quasiment toutes les installations, excepté pour les ours blanc. Je trouve cette installation mal conçue, très étriqué et pauvre en aménagement. Comme il avait déjà été dit, abandonner les bisons pour présenter les ours sur ce vaste espace aurait été une bonne idée.
Sinon dans l'Oceanium (qui est au passant selon moi la meilleure installation du parc) tu n'as pas vu la partie désertique avec renard véloce, géocoucou etc ? N'est-elle pas en travaux ?
Concernant les géladas, j'avais compris que l'enclos principal hébergerait un grand groupe mixte, et le second de l'autre côté un groupe de mâles en cohabitation avec des caprins.

Enfin si vous êtes intéressés par ce parc et son actualité je vous conseille ce blog, qui relaie assez régulièrement les actualités du parc. On en apprend aussi pas mal sur de futurs projets. :wink:

http://www.blijdorperbende.nl/
Joseph
 
Messages: 744
Enregistré le: Mercredi 03 Septembre 2014 13:16
Localisation: Bailleul Nord

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar candlemass » Samedi 02 Juin 2018 17:08

Je n'ai pas vu la partie avec gécoucous et renards véloces dans l'Océanium. Il est possible que cette partie était fermée.

Concernant les ours blancs, c'est vrai que il pourrait être plus grand, mais c'est le moins pire que j'ai vu pour le moment. Donc j'avoue donc que j'ai un peu de mal à comparer avec quelque chose de plus optimale.
candlemass
 
Messages: 73
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar candlemass » Samedi 02 Juin 2018 17:20

guirosama a écrit:Merci pour ce compte rendu qui m'a donné envie de retourner dans ce zoo et cette ville très moderne (à cause de la 2ème guerre mondiale). J'y suis allé en 2002 et j'en garde un assez bon souvenir. Notamment grâce à sa verdure et à sa collection d'animaux asiatiques. Cela a l'air d'avoir un peu changé quand même !


En effet, Rotterdam est une ville très chouette à visiter. Y faire du shopping est agréable, il y a plain de lieux sympas pour sortir boire un verre ou manger.

Je vous conseil de visiter le Markthal. Ouvert de 10h à 20h (21h le vendredi, 12h-19h le dimanche, horaires plus larges pour les restaurants qui donnent sur la rue), on y trouve une multitude de point street food des 4 coins du monde. Je vous conseils les tapas chez 21 Pinchos. Ils ont aussi un jambon ibérique sur planche exceptionnel. On y trouver aussi des fruits exotiques d'excellentes qualités.

Image

Enfin, si vous aimez l'architecture, Rotterdam est "the place to be". Il y a une multitude d'immeubles modernes aux formes souvent originales.
candlemass
 
Messages: 73
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: BLIJDORP / ROTTERDAM ZOO 2018

Messagepar Djeiran » Samedi 02 Juin 2018 17:38

Merci pour ton compte rendu candlemass d'un parc que j'ai beaucoup apprécié lors de ma visite en 2015 . J'avais tout de même été également déçu par le fait de garder tant de grosses espèces : les ours polaires sont à l'étroit dans leur enclos alors que l'on pourrait faire partir les bison et créer un vaste enclos pour ours polaires. Les éléphants disposent d'un enclos trop petit alors que l'on pourrait l'agrandir en faisant partir les chameaux et les rhinocéros indiens. Je ne parle pas du riverharial pourtant récent , les installations des rhinocéros noirs et hippopotames pygmés sont vraiment étroites.

Par contre , je sais que ça peut surprendre mais l'installation des okapis m'a parue meilleure que celle de Doué malgré qu'elle soit moins végétalisée , j'ai trouvé la surface est plus grande que Doué mais c'est surtout les bâtiments de nuit qui sont vraiment les meilleurs que j'aie vu pour le moment alors que comparé aux loges étroites de Doué ça fait une grosse différence.
Djeiran
 
Messages: 372
Enregistré le: Dimanche 02 Avril 2017 17:45


Retourner vers Comptes-rendus de visites

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : jehan et 2 invités

Tigre en mouvement