Citadelle de Besançon 2018

Postez-ici vos comptes-rendus de visites dans les espaces zoologiques français et étrangers...

Citadelle de Besançon 2018

Messagepar lagirafedu25 » Dimanche 15 Avril 2018 9:51

Petite visite hier matin à la Citadelle.
Je suis de plus en plus déçu de ce parc... La collection devient de plus en plus ridicule. Beaucoup d'espèces ne sont présentées qu'en nombre réduit. On a l'impression que le parc se laisse mourir à petit feu. Même les animaux meurent (la femelle langur de François "Lala" et une femelle cerf du prince Alfred qui était gestante).
La lionne est en chaleur donc beaucoup d'excitation dans l'enclos.
Cliff le mâle tigre de Sibérie est séparé de sa femelle et sa fille dans un petit enclos d'isolement. Il devrait normalement partir dans un autre parc.
La femelle vari à ceinture blanche doit mettre bas dans peu de temps.
La grande volière a été agrandie mais les espèces présentées sont toujours les mêmes et n'ont aucune cohérence géographique. Je déplore vraiment la fin des flamants roses qui faisaient l'animation de cette volière.
Les 2 femelles wallabys des rochers étant infertiles, il est prévu que 2 nouvelles femelles soient transférées à Besançon dans l'espoir de relancer la reproduction. Ce qui ferait donc un bon groupe de 5 individus.
Le mâle nandou de Darwin couve.
Le jeune mâle et la jeune femelle vigogne isolés ne sont toujours pas partis vers d'autres parc... Je précise que le mâle est dans l'attente d'un départ depuis presque 2 ans...
2 agneaux du Cameroun étaient nés la veille, trop mignons !
L'aquarium est sensé être totalement refait cette année.
On peut en revanche noter un grand élan de pédagogie au sein de l'ensemble du parc. Beaucoup de nouveaux panneaux un peu partout qui enrichissent considérablement les panneaux espèces. Le noctarium notamment est très agréable maintenant.
La mini-ferme devrait être délocalisée en 2020 vers le bas de la Citadelle, juste en face de la "pampa".
En bref, la Citadelle aurait réellement besoin d'un sacré lifting avec de nouvelles espèces et une meilleure utilisation de l'espace pour accueillir de plus gros animaux qui dynamiserait un peu ce parc.
lagirafedu25
 
Messages: 119
Enregistré le: Vendredi 30 Septembre 2016 17:53

Re: Citadelle de Besançon 2018

Messagepar okapi » Dimanche 15 Avril 2018 10:33

Oui, des girafes et des rhinocéros, ce serait une bonne idée... Un troupeau de bisons, ce serait pas mal non plus... Des ours polaires aussi, dans les fossés: en hiver, ce serait la fête!
S'il y a bien un zoo qui devrait être dédié exclusivement aux petites espèces, c'est bien celui-là! Les lions et les tigres sont déjà de trop, la surface allouée aux deux espèces ne suffirait même pas à une seule! Et les boîtes à singes auraient bien besoin d'un sacré lifting aussi! Il y a beaucoup de choses à faire, mais sûrement pas tenter d'accueillir des animaux inadaptés à une surface bien étroite! Et c'est un établissement public, donc la rentabilité est relative: nul besoin de se perdre en gadgets pour attirer une clientèle qui sait déjà ce qu'elle vient chercher, et apprécier, à la Citadelle.
okapi
 
Messages: 10782
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Citadelle de Besançon 2018

Messagepar lagirafedu25 » Dimanche 15 Avril 2018 16:08

Non Okapi je ne parle absolument pas de ce genre d'espèces... Je suis peut-être novice dans le milieu mais je ne suis pas non plus tout à fait débile. Je t'invite donc à lire ce projet que j'ai pensé pour la Citadelle. Il est aussi visible dans la rubrique "Créations" mais je pense qu'il est perdu dans les pages. J'ai cependant légèrement modifié celui qui suit afin de le rendre plus d'actualité.

Premièrement, la pampa vers l'entrée où vivent vigognes et nandous de Darwin va être améliorée, un point d'eau sera creusé et de nouvelles espèces s'ajouteront à la plaine tel que des maras (une dizaine) et des oies de Magellan. Chez les vigognes, le groupe pourrait éventuellement être agrandi par l'arrivée d'une femelle supplémentaire. L'actuel bâtiment sera rasé est reconstruit à neuf avec plus de boxes et un vrai préparc. Tout en haut de la pampa, un enclos de 1500 m² coupera la plaine, il hébergera un couple de loup à crinière.

Tout en bas du parc Saint-Etienne, la mini-ferme sera déménagée, chacunes des races domestiques auront à l'instar de l'actuelle ferme, un parc avec une cabane, mais les parcs seront plus grands avec des sols herbeux. Toutes les espèces domestiques vivant actuellement sur le parc y seront relogées, à savoir les lapins nains, cochons d'Inde, cailles de Chine, poules bantam de Pékin, canards coureurs indiens, dindons du Gers, pintades de Numidie, moutons d'Ouessant et du Cameroun ainsi que les chèvres naines.

En face, tout en haut de ce même parc, une petite plaine africaine sera aménagée, elle aura pour thématique les montagnes du Cap. En effet un grand espace herbeux se trouve ici, il est clôturé et inutilisé. Ce nouvel enclos accueillera, après quelques aménagements dont la construction d'un bâtiment, un petit groupe reproducteur de zèbres de Hartmann, 3-4 mâles damalisques à front blanc, des pintades de Pucheran et des grues du paradis.

Les géladas verront l'arrivée de femelles pour lancer la repro et auront pour colocataires un petit bachelor de bouquetins de Nubie.

Nous passons ensuite directement à la volière des wallabys des rochers. Un bassin est aménagé. Les ibis chauves quittent le parc et sont remplacés par des ibis d'Australie (plus cohérent) et sont accompagnés par quelques dendrocygnes d'Eyton.

Puis, l'enclos des kangourous roux devient quant à lui une petite plaine australienne avec l'arrivée de 2 femelles pour la repro, d'un couple d'émeux et de bernaches à crinière. La volière d'isolement au fond devient un agrandissement de l'enclos principal et la loge qui y est adjointe est modifiée pour y loger les émeux.
L'enclos en longueur des moutons d'Ouessant juste en face, après avoir été sécurisé avec de hautes clôtures côté vide et planté d'arbustes et de buissons, devient le lieu de vie d'une petite colonie de wallabys de Parma et de quelques oies céréopses.
Ces 2 plaines seront chacunes agrémentées d'un petit bassin peu profond pour les palmipèdes.
A proximité de cet espace australien, sur le long de la pente herbeuse menant aux quarantaines, une grande volière sera érigée pour y reloger les 2 kéas du parc qui verront l'arrivée de nouveaux individus.

Puis nous rescendons au sein du parc zoologique pour entamer le gros du travail.

Pour commencer, les installations des siamangs et langurs de François sont complètement rasées afin d'y reconstruir une grande volière pour le mâle langur qui sera rejoint par 2 femelles afin de recréer un groupe. Les siamangs eux vont déménager ailleurs.

La fausse des carnivores va se tourner vers des espèces africaines plus petites et mieux adaptées aux dimensions de la Citadelle, les grands carnivores que sont les lions d'Asie et les tigres de Sibérie quitteront le parc. Dans cette allée, 3 enclos de tailles moyennes seront donc aménagés au milieu d'une végétation broussailleuse. Les enclos seront occupés par des otocyons pour le premier, les mangoustes fauves (dont la colonie aura été agrandie) avec des porc-épics africans pour le deuxième et des caracals pour le troisième.

Juste au-dessus, la grande volière va subir un bon lifting, elle sera agrandie en hauteur et profitera de la destruction de l'ancienne volière des conures de Patagonie juste au-dessus pour s'élargir, le bassin sera également agrandi et approfondi. La volière se tournera à présent vers une présentation d'oiseaux exclusivement africains. Seuls les canards à bosse et les calaos de Decken resteront. Les nouveaux oiseaux seront donc une colonie de flamants nains, des ibis hagedash, des tourterelles du Cap, des touracos de Livingstone, des ombrettes africaines, des vanneaux huppés ainsi que des hérons garde-boeuf. Un couple de céphalophes du Natal ou de dik-diks de Kirk complètera le tableau.

Les cerfs du prince Alfred déménagent et les sangliers des Visayas profitent de toute la surface des 2 enclos. Ils cohabiteront avec des binturongs qui auront tout un parcours d'agrès en hauteur.

En remontant au-dessus de la grande volière, les 2 enclos des moutons du Cameroun qui ont déménagés à la mini-ferme seront totalement réaménagés, il y aura un bassin dans chacun des enclos, des troncs, des rochers, des herbes de pampa, des buissons et des arbustes seront plantés. De fosses termitières feront partie du décor. Un bâtiment de nuit de plusieurs boxes sera construit sur l'actuelle cabane des moutons, la séparation des enclos sera conservée afin de pouvoir séparer les animaux. Les côtés donnant sur le vide seront sécurisés par des palissades en bois. Ce complexe accueillera donc un couple de tamanoir, des cariamas huppés ainsi que des pudus des Andes.

Vient ensuite la zone des oiseaux. En premier lieu, la large volière où vivent actuellement les otidiphaps nobles (après leur déménagement) sera réhaussée en hauteur et un bassin y sera creusé. Cette volière accueillera donc un couple de chouette à lunettes.
En face, les 3 volières où vivent les kéas, cacatoès souffrés, calaos papous et éperonniers seront fusionnées refaites en 2 volières qui se verront peuplées par de petites espèces de rapaces nocturnes : des chouettes d'Athéna pour la première et des petits ducs africains pour la deuxième. Les oiseaux vivant actuellement dans ces volières déménagent.
Les étourneaux de Rotschild déménagent et sont remplacés par les cacatoès souffrés
Pour finir avec cette zone, les 3 espèces de aras déménagent et sont remplacées par d'autres plus rares. Entre autre : les chloroptères par des hyacintes, les Buffon par des Coulon et les macaos par des Lafresnaye.
Les volières des kookaburas et des cacatoès des Moluques ne changent pas.

En face de cette zone, après que la mini-ferme ait été déménagée, tout sera rasé et le sol en béton arraché pour avoir un sol terreux recouvert d'écorces. Seul les arbres seront conservés. L'espace sera totalement transformé en une haute volière végétalisée de nouveaux arbres, buissons etc... Des perchoirs seront installés ainsi que des rochers, des troncs, une petite mare, des nichoirs... Les actuels enclos à volaille serviront donc de chemin pour longer cette volière pénétrante. Elle aura pour thématique l'Asie du Sud-Est. Les cerfs du prince Alfred y seront relogés (la végétation sera donc plantée en îlot inaccessibles aux cervidés) ainsi que presque tous les oiseaux asiatiques du parc : les calaos papous, les éperonniers Napoléon, les étourneaux de Rotschild, le goura de Sheepmaker et les otidiphaps nobles. A savoir que la plupart de ces espèces verront leurs effectifs élargis. D'autres oiseaux rejoindront aussi cette volière : paons spicifères, gallicolombes poignardées et vanneaux soldats.

Les mouflons à manchette sont remplacées par une autre espèce de caprin plus rare, à savoir un petit groupe reproducteur de gorals de Chine.

La singerie ne change guère, 2 des 5 espèces de callitricidés déménagent ailleurs, permettant ainsi aux 7 volières d'être fusionnées en 3 volières qui présenteront les tamarins empereur, pinché et lion à crête doré.
Les grands hapalémurs déménagent eux-aussi dans une autre volière, l'actuelle est occupée par des hapalémurs du lac Aloatra.
Les autres volières ne changent pas.

Dans la travée droite, beaucoup de changements : pour commencer, les saïmiris déménagent et laissent leur volière aux grands hapalémurs.
La famille de gibbons à favoris roux quitte le parc et laisse leur grande volière à la troupe de saïmiris.
Le mâle siamang et la femelle gibbon qui se trouvent dans les 2 grandes volières du fond quittent le parc. Les 2 volières sont fusionnées et permettent de reloger les colobes guéréza.
La volière des colobes permet elle de reloger le mâle saki à face blanche qui sera rejoint par une femelle et les 2 femelles ouistitis de Geoffroy, de nouveaux individus pourront éventuellement les rejondrent. La volière est couverte partiellement de plantes grimpantes qui permettent de l'assombrir.
La volière où vivaient donc les sakis est utilisée pour reloger le groupe de callimico de Goeldi qui vivront avec des agoutis d'Azara.
Enfin, les babouins de Guinnée quitteront le parc et leur fosse sera transformée en une immense volière riche en végétation et agrès ainsi qu'une cascade suivie d'un grand bassin aux bords rocheux. Cette volière permettra donc de reloger les siamangs et d'accueillir des loutres cendrées.
lagirafedu25
 
Messages: 119
Enregistré le: Vendredi 30 Septembre 2016 17:53


Retourner vers Comptes-rendus de visites

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement