Publications

Propositions d'échanges, recherches bibliographiques, découvertes d'ouvrages intéressants...

Re: Publications

Messagepar Therabu » Mardi 19 Mai 2020 10:37

De nouveaux exemplaires de zooquaria, la revue de l'EAZA sont parus. Quelques sujets intéressants :

- La population de lamantins se porte bien avec 4 naissances en 2019. Depuis, d'autres naissances ont eu lieu en 2020 à Beauval. Il y a encore des problèmes liés à l'élevage des jeunes par leur mère mais l'expérience acquise par les zoos leur permet d'élever avec beaucoup plus de succès les jeunes "à la main".

- Depuis 2016, Aquatis semble maîtriser la reproduction des crocodiles d'Afrique de l'Ouest (Crocodylus suchus) de manière plutôt fiable. Il est spécifié que le nombre d’œufs incubés dépend de la demande de la part des autres parcs, le reste des oeufs étant dédiés à un programme de recherche évolutif en collaboration avec l’université de Genève.
Enfin, il est envisagé de réintroduire des animaux au Maroc d'où l'espèce a disparu 70 ans plus tôt.

- Réunion du groupe de spécialistes de l'UICN concernant le trafic des oiseaux chanteurs d'Asie du Sud Est à Cologne.
Le destin effrayant du shama de Barusan (Kittacincla [malabarica] melanura), formant potentiellement une espèce différente du shama à croupion blanc, est mis en lumière. Ce passereau quasiment éteint à l'état sauvage cohabite avec le mainate de Nias (Gracula
robusta), une autre espèce phare du projet de conservation.

Le groupe travaille prioritairement sur 40 espèces contre 12 auparavant. Cette liste grandissante devrait encore s'agrandir puisque la forte pression du trafic s'élargit à des espèces autrefois délaissées et communes dans le milieu naturel. Face à cette dynamique lourde, agir pour réduire la demande semble être le seul levier efficace d'action qui concerne l'ensemble des espèces. La compréhension des facteurs qui pousse à l'achat et à la détention d'oiseaux chanteurs est donc un chantier primordial pour identifier les actions qui auront e plus d'impact.

- Atelier de travail sur le plan de collection du TAG des invertébrés terrestres tenu à Chester
En plus des 4 EEP existants déjà (escargots de Polynésie (Partula nodosa), coléoptère de l'île Frégate (Polposipus herculeanus), araignée loup de Desertas (Hogna ingens) et phasme de lîle de Howe (Dryococelus australis), un nouvel EEP a été créé pour la mygale ornementale saphire (Poecilotheria metallica), une grosse araignée aux couleurs très attractives la rendant désirable pour les collectionneurs privés.
Les scorpions empereurs (Pandinus imperator) sont aussi envisagés afin d'entretenir une population auto-suffisante de cette espèce à l'espérance de vie longue et qui faisait d'habitude l'objet d'imports massifs d'Afrique de l'Ouest. Enfin un appel est lancé pour permettre l'expansion de la population de mille-pattes géants des Seychelles (Sechelleptus seychellarum) en augmentant le nombre de zoos élevant l'espèce.

- Un article expose les caractéristiques des EEP "nouvelles générations" créés pour la hyène tachetée et la hyène rayée. La hyène tachetée est principalement conservée dans le plan de collection pour des raisons éducatives, notamment pour combattre sa mauvaise réputation. La population a grossi entre 2002 et 2016 mais semble avoir aujourd'hui atteint un plateau en raison du manque d'espace pour les jeunes mâles qui subissent alors les attaques répétées de leur aînés. L'espèce est aussi élevée et gérée dans les parcs américains, japonais et australiens mais ces populations manquent de diversité. L'EEP européen pourrait ainsi contribuer à soutenir ces populations si nécessaire.
En plus de l'aspect pédagogique, l'élevage des hyènes rayées est aussi justifié pour la contribution à la recherche, notamment génétique et taxonomique.

- Dorothée Ordonneau, vétérinaire et curateur du CERZA explique la démarche de création de l'enclos des ours polaires : grand, sauvage et simple. Il est clairement mentionné que l'installation est inspiré des installations hollandaises et britanniques existantes pour cette espèce.
La présence d'une prairie haute semble permettre de conserver plus longtemps l'humidité et la fraîcheur. L'aspect écologique et économe de cette installation est aussi mis en avant pour encourager d'autres parcs à se lancer dans l'élevage de l'espèce (de l'espace doit être créé) et s'éloigner de modes de présentation plus classiques, coûteux, énergivores et vraisemblablement moins adaptés aux besoins des animaux.

- Une réflexion portant sur le rôle d'accueil des zoos pour les animaux issus de saisies en Europe. En 2017, ce sont 22 217 demandes d'accueil qui ont été formulées auprès des zoos. La moyenne de demandes et semblable à celle reçue par les centres de sauvetage spécialisés qui n'ont donc pas un "monopole". Surtout, les zoos sont capables d'accueillir une plus grande diversité de taxons que les centres spécialisés.
Les suites défavorables émises par les zoos étaient dues, 41% du temps, à un manque d'espace pour accueillir les animaux.

Le numéro produit durant l'hiver 2019/2020 a principalement trait aux tortues et à la situation critique de nombreuses espèces.

- C'est notamment le cas de la tortue boite de Zhou (Curo zhoui), une espèce dont on ignore même l'origine dans le milieu naturel et dont tout les spécimens connus de la science viennent des marchés d'animaux chinois !
200 individus ont été saisis entre 1990 et 2009 et l'espèce est probablement éteinte à l'éta naturel désormais. Cette population s'est étiolée avec le décès de la plupart des individus pour des raisons notamment liées à l'âge ou la santé. La population serait descendue en dessous de 30 individus adultes. Heureusement, le International Centre of Turtle Conservation (IZS), soutenu et hébergé au zoo de Münster, fait partie des rares institutions à maintenir et reproduire des individus. Aujourd'hui la population captive mondiale de l'espèce s'élève à 170 individus dont 80 nés à Münster.
Au vu de l'état de la population restante à l'état naturel, le sort de l'espèce semble reposer entièrement sur les efforts d'élevage ex-situ. En plus de quelques éleveurs privés expérimentés, il est nécessaire que quelques zoos s'engagent en faveur de l'espèce en créant des capacités d'accueil et d'élevage en coulisses pour cette espèce au bord de l'extinction.
Trois espèces colorées assez proches et originaires du Vietnam ont des besoins semblables : Cuora bourreti, Cuora galbinifrons et Cuora picturata sont toutes classées en danger critique d'extinction. Cette dernière, décrite en 1998, n'a été découverte dans la nature qu'en 2010.
La reproduction de ces espèces est difficile et les adultes facilement sensibles au stress (d'où l'élevage en coulisses). De plus, la taille des pontes est limitée, d'un à trois oeufs seulement, ce qui rend les succès de reproduction ponctuels peu efficaces. A l'heure actuelle, seul l'IZS parvient à reproduire régulièrement ces espèces.
Bien que d'un genre différent, la tortue forestière de Sulawesi (Leucocephalon yuwonoi) est fort semblable à ses consorts d'Indochine. Là aussi, son taux de reproduction est lent, les succès rares, et la situation dans le milieu naturel alarmante. La majorité de la population se trouve entre les mains des zoos américains, quelques éleveurs privés et l'IZS qui est la seule institution à réussir la reproduction régulièrement.

- De la muscu pour les tortues
Le zoo de Taipei accueille des tortues géantes d'Aldabra qui semblaient montrer des comportements reproductifs mais qui ne débouchaient jamais sur la production d'oeufs. Des chercheurs se sont aperçus que les tortues mâles avaient du mal à grimper sur leurs partenaires. En comparant la physionomie des animaux avec certains vivants dans le milieu naturel, ils se sont aperçus que les pattes des individus captifs étaient insuffisamment musclées. Le zoo avait prévu un terrain plat et simple à parcourir pour les tortues et éviter qu'elles ne se retournent alors que dans le milieu naturel, les chéloniens évoluent sur un terrain bosselé et beaucoup moins facile à pratiquer. Au lieu de nourrir es animaux au sol, la nourriture a aussi été suspendue en hauteur afin de mieux reproduire les mouvements effectués à l'état sauvage. Enfin la proportion de feuilles a été augmentée dans le régime alimentaire. Les résultats sont sans appel : les tortues ont commencé par grossir et se muscler et rapidement, les premières pontes ont eu lieu, donnant après incubation plusieurs jeunes tortues d'Aldabra.

- Le plan de collection de l'EAZA pour les tortues a été élaboré. Il conduit à se focaliser sur 51 espèces, conduit à la modification de 19 EEP et 10 nouveaux programmes concernent de nouvelles espèces.
33 de ces programes (dont 28 des 29 EEP) ont pour but d'établir des populations de secours et 24 un rôle de recherche. Le TAG mentionne que l'accueil de tortues est relativement peu coûteux pour les parcs et que de nouveaux espaces sont clairement nécessaires pour remplir les buts identifiés pour les programmes d'élevage et ces priorités de conservation.

- Le cas de la tortue de Kleinmann (Testudo kleinmanni) est évoqué plus en profondeur. 260 individus de cette espèce classée en danger critique d'extinction existent en captivité (dont aucun en France). L'origine de 70 animaux est connue, principalement une saisie datant de 2005 d'animaux provenant de Lybie. L'origine de 23 individus est impossible à identifier quand celle de 167 autres, nés en captivité, leur généalogie n'est pas connue.
La classification de ce groupe d'animaux est encore peu clair mais l'on est sur que différences substantielles existent entre différentes populations localisées et séparées par de larges territoires. La situation actuelle en Libye empêche malheureusement d'en savoir plus sur certaines populations. Il a d'ors et déjà été proposé que la population s'étendant à l'est du Nil soit rebaptisée T. werneri, la tortue du Néguev, une nouvelle espèce mais d'autres travaux invalident cette modification.
Dans l'attente que des données soient disponibles depuis le milieu naturel en Libye, certaines populations managées par le coordinateur doivent rester séparées du reste de la population au cas où elles constitueraient un groupe distinct qui serait utile dans la perspective d'une réintroduction.
Therabu
 
Messages: 3504
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Publications

Messagepar Therabu » Mardi 19 Mai 2020 17:54

- Projet de réintroduction de la tortue serpentine de McCord
La tortue serpentine de McCord ou de Roti (du nom de la petite île où elle a été découverte) (Chelydra mccordi) fait partie des 25 tortues les plus menacées de la planète d'après le groupe de travail de l'UICN sur les tortues terrestres et d'eau douce. La sous espèce nominale, présente sur la petite île de Roti semble désormais éteinte dans le milieu naturel, principalement à cause de la pression exercée par le trafic d'animaux exotiques vivants et l'introduction d'espèces de poissons non natives.
Les animaux présents dans les collections européennes avaient été importés à une époque où l'espèce n'avait même pas été décrite (1994 pour la description).

Depuis 2016 la WCS (Société zoologique de New York) et le Wildlife Reserves Singapore (WRS) ont effectué des actions locales afin de préparer le retour de cette espèce à partir d'individus nés en captivité. Un centre spécifique, d'une capacité d'accueil de 80 individus a été créé sur place pour élever les animaux et les préparer aux relachés. Il est espéré que les zoos de l'EAZA et de l'AZA (équivalent américain de l'EAZA) fournissent des individus pour le centre situé en Indonésie. Tout les animaux feront étape à Singapour qui permettra aux animaux d'atteindre la taille cible.
Les 248 animaux de l'EEP (47.58.143) détenus par 56 institutions (dont A Cupulatta et Biotropica en France) pourront donc contribuer au sauvetage de leur espèce après une analyse génétique poussée qui permettra d'identifier quels individus peuvent être envoyés sans remettre complètement en cause la viabilité génétique de la population ex situ. Enfin, de l'espace supplémentaire pour l'élevage est également nécessaire afin de faire grossir la population et produire suffisamment d'individus pour le programme de réintroduction.

- Article de Jan Vermeer, (Parc de Ste Croix et coordinateur de l'ESB de la cistude d'Europe) sur les renforcement de populations de cistudes. L'ESB va être converti en EEP avec un suivi plus individuel de la génétique des individus. Les élevages conservatoires de plusieurs parcs (notamment français) semble permettre de produire suffisamment de jeunes pour des réintroductions locales de zones où l'espèce s'est éteinte.
Les analyses génétiques seront importantes car la cistude semble être une espèce au patrimoine génétique très diverse caractérisé par 13 sous espèces. Ainsi, il est important de connaître le pedigree des animaux afin d'éviter de mélanger les souches et de réintroduire des animaux différents de ceux existants déjà sur un site.

- Sans surprise, la tortue radié de Madagascar fait partie des EEP renouvelés par le plan de collection de l'EAZA. A la fois répandu dans les zoos (450 individus dans 60 zoos) et en danger critique d'extinction dans la nature, l'espèce fait clairement partie des priorités de conservation.
L'ampleur du trafic de l'espèce est considérable. Rien qu'en 2018, le gouvernement malgache a découvert deux cargaisons de 10000 et 7000 individus respectivement. Evidemment, nombre de ces animaux étaient très affaiblis par les conditions de détention et de voyage absolument pas appropriés. A ce rythme, l'espèce devrait bientôt s'éteindre à l'état naturel. L'organisation Turtle Survival Alliance, épaulée par plusieurs ONG et zoos européens ont pu secourir ces animaux. D'importantes capacités d'accueil ont été créées à Madagascar pour accueillir les saisies et préparer les animaux au retour à la vie sauvage. Evidemment le retour ne peut être envisagé que lorsque les causes de menace pesant sur les tortues ont été éliminées notamment par une surveillance accrue, la sensibilisation et l'aide aux populations locales.
Comme si cela ne suffisait pas, l'un des centres a connu un incendie ayant causé près de 45000 € de dégats. Le programme semble avoir besoin de fonds supplémentaires. Entretenir une tortue radiée pendant un an coûte trois euros à Madagascar.

- Focus sur l'installation des tortues de l'Annam au zoo de Londres
Face à l'incroyable crise traversée par les populations de tortues d'eau douce d'Asie, le zoo de Londres a développé un nouveau terrarium visant à sensibiliser le public au sort de ces espèces et son investissement dans divers programmes de conservation (Asian Turtle Program http://www.asianturtleprogram.org et IndoMyanmar Conservation (https://www.indomyanmar.org/). Les habitants de cette installation sont les tortues feuille de l'Annam (Mauremys annamensis), en danger critique d'extinction, et classées parmi les 25 tortues les plus menacées sur terre.
Pour la somme de 1500€ (!), l'installation a été transformée d'un terrarium à l'aspect naturel en une cuisine tout en continuant de répondre aux beosins des animaux :
Une planche à découper permet aux tortues de se reposer tout en restant en partie immergée. Le dispositif de vaporisation est camouflée dans une cocotte minute, donnant l'impression qu'un des habitants de l'installation est déjà passé à la casserole ! Des menus de restaurant où figure les soupes de tortues rendent l'installation encore plus explicite quant aux causes du déclin de cette espèce. En comparaison avec l'installation attenante, d'aspect plus classique et détenant une autre espèce très menacée, la tortue serpentine de MCCord mentionnée précédemment, le public a mieux retenu le message conservatoire. 79% ont retenu que l'espèce était menacée contre 57% pour le terrarium naturel et a cause principal est aussi mieux retenue.

- Retour sur le grand sauvetage
En 2002, une immense saisie est effectué par les autorités douanières de Hong Kong. Près de 10000 tortues appartenant à des espèces menacées s’appétaient à être envoyées vers la Chine continentale illégalement. Le Kadoorie Farm and Botanic Garden à Hong Kong a eu la lourde tâche de s'occuper en urgence des animaux. Incapable de garder autant d'animaux, les parcs européens se sont mobilisés dans l'urgence pour prendre en charge près d'un millier d'individus. 18 ans plus tard, la mobilisation rapide des moyens pour la réalisation de cette opération complexe est à saluer. Les soins apportés aux animaux qui étaient en mauvais état ont permis de limiter les pertes.
Surtout c’était l'opportunité pour l'EAZA d'établir des colonies de secours pour cinq espèces menacées avec un nombre de fondateurs suffisamment élevé. Ont ainsi été importés :
- 285 Cuora amboinensis (VU)
- 126 Orilitia borneensis (EN)
- 283 Heosemys spinosa (EN)
- 90 Heosemys grandis (EN)
- 204 Siebenrockiella crassicollis (VU)
L'article donne l'exemple de deux espèces pour lesquels les résultats d'élevage sont fort différents. Si l'élevage de Heosemys grandis a été assez rapidement et régulièrement obtenu, les succès d'élevage d'Orlitia borneensis sont encore rares et irréguliers. Cette dernière espèce est assez peu tolérante de ses congénères et nécessite un espace d'eau important qui semble décourager nombre de zoos. Il est important de continuer les efforts de recherche afin de percer les secrets de l'élevage de cette espèce dont le sort pourrait dépendre en partie voire entièrement sur l'élevage ex-situ.

Actuellement l'EEP de Heosemys grandis comprend 24.22.47 individus répartis dans 26 parcs.
Chez Orlitia borneensis, on compte 14.30.16 dans 21 zoos.
Therabu
 
Messages: 3504
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Publications

Messagepar Thibaut » Mardi 19 Mai 2020 19:43

Merci Therabu pour ces informations très intéressantes !
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1609
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Publications

Messagepar raphaël » Mercredi 20 Mai 2020 11:08

Merci pour ces publications !

Quelle tristesse pour les tortues radiées...

Et la partie sur les zoos récupérant des espèces issues de trafic est assez éclairante, dans un certain contexte actuel.
Les animaux des zoos sont les ambassadeurs de leurs cousins sauvages. (Pierre Gay)
raphaël
 
Messages: 7051
Enregistré le: Mercredi 10 Août 2005 15:24
Localisation: gironde

Re: Publications

Messagepar zoobeauval25 » Mercredi 20 Mai 2020 16:50

Merci beaucoup Therabu ! Effectivement, l'installation de Londres est assez impressionnante... Et unique en son genre !
zoobeauval25
 
Messages: 1822
Enregistré le: Samedi 12 Mars 2016 22:36

Re: Publications

Messagepar Clemsy67 » Mercredi 20 Mai 2020 17:38

Merci beaucoup Therabu, tout cela est vraiment très intéressant. Les chiffres d'animaux saisis sont terrifiants, mais ce qui est le plus fou, ce sont les 22 000 demandes d'accueil de 2017 ...
Le passage avec Dorothée Ordonneau du CERZA est assez ironique, alors que Pairi Daiza vient d'ouvrir sa nouvelle zone avec ses ours sur du beau béton blanc. Les différences de coûts entre les deux installations doivent être faramineuses, et on sait d'avance où les ours seront le plus à l'aise.
Clemsy67
 
Messages: 554
Enregistré le: Mercredi 26 Octobre 2011 16:17

Re: Publications

Messagepar guirosama » Mardi 26 Mai 2020 20:45

Merci Therabu de nous donner les moyens de comprendre tout cela. C'est vraiment intéressant
Avatar de l’utilisateur
guirosama
 
Messages: 1098
Enregistré le: Mardi 10 Mars 2015 9:22

Re: Publications

Messagepar Therabu » Vendredi 29 Mai 2020 6:58

Merci à vous deux pour ces passages commentés.

On continue, toujours avec les tortues,avec un focus sur l'ACCB (Angkor Centre for Conservation of Biodiversity), une ONG allemande soutenue par la ZGAP et le zoo de Münster. Le centre élève huit espèces de tortues, principalement des tortues à tête jaune (Indotestudo elongata, CR), des tortues boites d'Amboine (Cuora amboinensis, VU) et des batagurs (Batagur affinis, CR) mais aussi recueille des mammifères et oiseaux issus du trafic animalier (langurs de Germain, macaques, ibis à cou blanc et géant, jabirus et marabouts asiatiques...)
Chez les tortues boites et tortues à tête jaune, des résultats impressionnants de reproduction ont déjà été obtenus (300 jeuens pour la dernière espèce) mais il est difficile de trouver des aires suffisamment protégées et adaptées pour effectuer des relachers.

La problématique des relachers "pour le mérite" qui sont liés à des rites bouddhistes est inquiétante. Elle consiste à acheter des animaux braconnés dans le milieu naturel pour être ensuite vendu à proximité des temples où touristes et religieux relâchent les animaux qu'ils ont acheté. Ces animaux sont souvent recapturés derrière pour perpétuer le cercle jusqu'à ce qu'ils meurent ou s'échappent. En plus de menacer les populations prélevées, l'introduction de nouvelles souches ou espèces menace la pureté des populations cambodgiennes.

Laure Garrigues, responsable scientifique et Christine Morrier, directrice du zoo d'Amiens écrivent à propos du programme SOS Sulcata au Sénégal. Listée comme Vulnérable, la tortue sillonnée est désormais plus commune désormais en captivité que dans la nature. L'association française SOPTOM (Station d’Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux) a construit un centre pour récupérer, reproduire et relâcher les tortues tout en éduquant le public sénégalais.
Depuis 2006, des relachers visent à renforcer les noyaux de population fragmentés et insuffisamment nombreux.
Je profite de cette période où nous déclarons nos impôts pour signaler que les dons à plusieurs associations françaises comme la SOPTOM sont déductibles à hauteur de 66%, c'est à dire que l'impact de nos dons peut être triplé (un don de 30€ ne coûtant finalement que 10€).

Le zoo de Prague relate son succès dans l'élevage des cyclemys enigmatica, une très rare tortue, encore non-décrite jusqu'en 2008. Ces spécimens proviennent d'une saisie à Hong-Kong en 2004 et trois ans plus tard, le premier jeune de cette espèce a été obtenu. L'équipe soupçonnait qu'il s'agissait d'une espèce différente et avait donc séparé ces animaux des autres tortues du genre qui vivent aussi au zoo. Le parc a depuis obtenu vingt autres naissances de cette espèce encore unique en Europe.
Therabu
 
Messages: 3504
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Précédente

Retourner vers Documentation zoologique

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

Tigre en mouvement