30 ans du zoo de Jurques : l'aventure continue

Toute information intéressante à propos de l'histoire des zoos actuels et anciens

30 ans du zoo de Jurques : l'aventure continue

Messagepar cdric » Vendredi 01 Juin 2007 12:03

LA VOIX - LE BOCAGE Numéro 4444
VENDREDI 25 MAI AU JEUDI 31 MAI 2007



Un week-end anniversaire à Jurques


DOSSIER SPECIAL : Les trente ans du zoo de Jurques



ZOO DE JURQUES
30 ans : l’aventure continue



RENCONTRES AVEC CLAUDE ET BERNADETTE OURRY PROPRIETAIRES DU ZOO

Un métier où l’on apprend tous les jours

Claude et Bernadette Ourry fondateurs du zoo de Jurques reviennent sur trente ans d’une belle aventure. Débutée dans la Manche par le père, elle se poursuit depuis 1977 sur les hauteurs de Jurques.

Quand l’élevage de volaille mène au parc zoologique… C’est le grand écart réalisé par la famille Ourry.
A l’origine, Auguste Ourry, le père de Claude, éleveur de volailles, de canards et de faisans à Marchésieux dans la Manche. « Mon père est passionné d’animaux, il a eu son premier félin, puis son premier singe » raconte Claude Ourry. « Les gens venaient voir ses animaux à la ferme ».
Il a donc cherché un terrain plus grand. En 1960, la famille s’installe à Lessay. « Mon père avait beaucoup d’animaux mais ne faisait toujours pas payer l’entrée ».
A son retour de l’armée, Claude Ourry tombe dans la passion familiale. En 1977, il a fallu trouver un autre site, compte tenu de la nouvelle législation en matière d’animaux. « Avec mon père, on a décidé de changer, nous avons visité plusieurs sites dans le Calvados, on voulait se rapprocher de Caen. »
Et puis, un jour de brouillard, les Ourry jettent leur dévolu sur un site boisé de 5 hectares sur les hauteurs de Jurques et dix hectares de bois. La machine était lancée. « Nous avons réalisé les clôtures, enclos, et différents aménagements. Les transports d’animaux se faisaient en estafette depuis Lessay ».
Les 150 animaux ont donc pris place dans le nouvel espace. Aujourd’hui, ils sont plus de 500. De cinq personnes à l’origine, le parc zoologique emploie aujourd’hui quinze permanents et vingt-cinq personnes durant l’été.
« C’est un métier que je ne connaissais pas. On apprend tous les jours » poursuit Claude Ourry. Et où il faut savoir tout faire. A l’image de Bernadette qui s’est essayée à tous les postes, de la restauration au biberon des jeunes félins.
Ce métier particulier qui a évolué au fil des années. « Il y a beaucoup de contraintes, les animaux, il faut les soigner tous les jours, week-end et jour férié ».
Aujourd’hui, le parc est devenu un lieu non seulement d’exposition d’espèces mais aussi est surtout de préservation des animaux. « Plus de 90 % de nos animaux se reproduisent là ».
Chaque année des aménagements sont réalisés pour améliorer notamment le confort des animaux. Le dernier en date, la création d’un espace de 5 000 m2 dédié aux lémuriens.
Depuis trente ans, le parc animalier a ainsi su se renouveler, pour proposer au public un parc de qualité et surtout offrir aux animaux un bien être.

Claude et Bernadette Ourry oeuvrent depuis trente ans pour le confort des animaux.

Claude Ourry a élevé bon nombre d’animaux à la main. De jeunes perroquets en juin 1988.



GUILLAUME OURRY REPRENDRA LA SUCCESSION DE SES PARENTS

Des projets pleins la tête

Dans la famille Ourry, la passion des animaux n’est pas prête de s’éteindre. Guillaume le fils, s’apprête à reprendre les rênes du zoo avec des projets plein la tête.

« Depuis tout petit, je suis dans le zoo, même en voyage scolaire, je venais ici ». Guillaume Ourry a bien entendu grandi avec les animaux. « Mais je ne supportais pas la foule, enfant, je ne comprenais pas qu’ils viennent chez moi ». Depuis le jeune homme a changé.
Après des études d’audiovisuelle et de gestion d’entreprises, il s’apprête à reprendre le flambeau. « J’ai travaillé au zoo depuis l’adolescence. J’ai fait tous les postes, des toilettes à la restauration ». Et puis à 21 ans, il a pris en charge le spectacle de perroquet. « Il fallait quelqu’un pour remplacer celui qui devait le faire ». Et c’était parti. Aujourd’hui aux côtés de son père, il envisage l’avenir. « J’ai envie de mettre en avant le cadre, l’habitat naturel, travailler sur les énergies renouvelables, la récupération d’eau… »
Et puis la tâche du futur directeur sera d’aménager les 2 hectares non utilisés.
La protection des espèces sera encore le maître mot. « J’ai envie de créer un centre d’accueil pour les magots », ces petits singes originaires des montagnes africaines, victime de trafic. « L’éducation du public est importante ». Pour l’heure, Claude est toujours aux côtés de Guillaume et lui donne ses conseils avertis.

Guillaume, avec les lémuriens, travaille avec ses parents.




30 ANS DU ZOO DE JURQUES : L’AVENTURE CONTINUE


SOIGNEUR ANIMALIER

Les coulisses du zoo



QUATRE ANIMALIERS ET UN VETERINAIRE S’OCCUPENT DES ANIMAUX

Un travail 7 jours sur 7, 24 h sur 24

La prise en charge des animaux est un travail bien particulier. Au zoo de Jurques, quatre animaliers et un vétérinaire assument cette tâche essentielle à la vie du parc.

Amour des animaux, de la nature, patience, sens de l’observation. Ces qualités sont primordiales pour exercer les métiers de soigneur animalier et de vétérinaire.
« Il faut voir les animaux, nettoyer les enclos, préparer la nourriture, l’eau, vérifier les clôtures… C’est un travail à plein-temps. » Claude Ourry emploie cinq personnes à temps complet pour prendre soin de ses animaux. « Nous sommes ouverts 7 jours sur 7, il faut être polyvalent ».

Chaque animalier doit être capable d’intervenir sur les trois secteurs déterminés : les herbivores, les carnivores et les oiseaux primates. « C’est très important de bien connaître les animaux, il faut les observer régulièrement pour intervenir si besoin ». Tout le personnel est d’ailleurs équipé d’émetteur pour communiquer rapidement. Jour et nuit, vétérinaire et soigneurs restent attentifs surtout en cas de naissance.
Le vétérinaire du parc, Florian Heissat intervient à la moindre alerte. Si l’ensemble du personnel connaît parfaitement les animaux, la sécurité est bien entendu l’un des maîtres mots. « Il y a un protocole très strict. Des sas des portes de sécurité sont installés » poursuite Claude Ourry.

Beaucoup de candidats peu d’élu

Ce métier passionnant attire beaucoup de candidats mais les places restent relativement rares. « Nous avons des demandes tous les jours » expliquent Claude et Bernadette.
Trois écoles existent, leurs formations varient de 1 à 2 ans : Carquefou (près de Nantes), Grammat (Lot) et Vendôme (Loir-et-Cher). « Nous assurons aussi une formation interne » poursuit le directeur. « C’est un métier qui n’est pas fermé au monde agricole. Cela ressemble un peu au monde des haras où il faut soigner les animaux, curer… »

Les soins aux animaux sont primordiaux pour le zoo.


Portrait

Florian Heissat, vétérinaire

Florian Heissat est le vétérinaire du zoo de Jurques. « J’ai toujours aimé les animaux et leur contact » explique le jeune homme qui a choisi d’exercer son activité au sein du parc pour deux raisons. « La première est que j’aime beaucoup les animaux exotiques. La deuxième est la diversité des tâches. En effet, je suis amené à soigner différents types d’animaux. Il n’y a qu’en parc zoologique que cela est possible ».
A côté de ce travail quotidien au contact des animaux, le vétérinaire contacte régulièrement les autres parcs zoologiques européens notamment dans le cadre des plans d’élevages européens.
Depuis son arrivée à Jurques, Florian Heissat retient l’arrivée de Vincent, le grand mâle girafe. « J’ai eu la chance de l’accompagner dans son voyage entre Pont Scorff et Jurques. La rencontre de Vincent et de ses trois fiancées a été un moment très fort ». Des moments d’émotion qui expliquent le choix de carrière du jeune homme.



TROMBINOSCOPE

Timba, Nyala, et leurs quatre bébés, stars du zoo



LES STARS DU ZOO

Timba, Nyala, et les petits les très rares lions blancs

Timba et Nyala sont deux stars incontournables du parc zoologique de Jurques. Les deux lions blancs font partie des très rares sujets vivants sur la planète et quatre petits viennent de voir le jour.

Ne dîtes surtout pas Tigre blanc. Non, Timba et Nyala sont bel et bien deux lions blancs qui font la fierté du zoo.
Au dernier recensement, il n’existait que 32 sujets au monde, et seulement trois parcs zoologiques français en possédaient. Jurques a d’ailleurs été le deuxième parc français à en accueillir. « J’adore les félins » explique Claude Ourry « quand j’ai vu, les quatre petits lions blancs au parc de Beauval dans le Loir et Cher, j’ai craqué ». « Il n’en a pas dormi durant deux nuits » sourit son épouse Bernadette. Timba et Nyala ont donc fait leur apparition à Jurques en 2004.
Ces lions ne sont pas albinos puisqu’ils ont une pigmentation normale au niveau des yeux, des lèvres et des coussinets. Le pelage à la naissance est d’un blanc pur puis s’assombrit légèrement en prenant de l’âge et devient crème ou ivoire.
Signe du destin, pour l’anniversaire du zoo, Nyala vient d’offrir un superbe cadeau au personnel. La lionne a donné naissance à quatre boules de poil toutes blanches une semaine avant l’anniversaire, mais la prudence est de mise. Les petits ont dû être retirés à la mère et sont élevés au biberon. En tout cas, la famille des stars pourrait encore bien s’agrandir, avec la naissance des enfants de Vincent, l’impressionnant mâle girafe.
Car les visiteurs du zoo peuvent en effet découvrir dans la plaine africaine l’un des plus grands spécimens de la race. Il mesure 5,50 m soit la hauteur d’une maison, il est arrivé l’an passé par convoi exceptionnel depuis la Bretagne.
La liste des vedettes du zoo est encore bien longue et ne cesse de s’allonger pour le plus grand plaisir des visiteurs.

Nyala vient de donner naissance à quatre petits de son mâle Timba. Un événement exceptionnel.




ASSOCIATION EUROPEENNE


LE ZOO DE JURQUES MEMBRE DU PROGRAMME D’ELEVAGES EUROPEENS

La préservation des espèces : un combat quotidien

La préservation des espèces est au cœur de la politique du zoo de Jurques. Depuis des années maintenant, il participe au programme européen de préservation des espèces.

500 parcs en Europe, 22 programmes d’élevages européens. Depuis 1993, le zoo de Jurques adhère à cette initiative pour la préservation des espèces tout en subventionnant des associations qui luttent pour la réintroduction des animaux dans leur milieu naturel.
Ces programmes de protection fonctionnent selon un système d’échange sans argent mis en jeu. C’est comme cela que des animaux nés à Jurques ont rejoint la Suisse, l’Angleterre ou l’Irlande. Ces plans d’élevage – Jurques participe à 22 d’entre eux – permettent d’établir un livre généalogique de la race et d’envoyer les animaux ici ou là. C’est dans ce cadre par exemple que Vincent, l’imposant mâle girafe a fait son apparition au milieu des trois femelles du parc. Les lémuriens, tapirs ou zèbres sont par exemple aussi concernés.
L’ensemble des animaux pucés et vaccinés voyagent donc désormais de parc en parc. « Nous ne possédons pas les animaux, il s’agit d’échanges, de mise à disposition » explique Claude Ourry.
Parallèlement à ces programmes, Jurques s’engage aux côtés de l’E.A.Z.A. Chaque année, une campagne européenne est lancée. En 2007, c’est la protection de l’île de Madagascar qui a été choisie. Les 29, 30 avril et 1er mai, le zoo de Jurques a donc participé à cette campagne. A cette occasion, des associations normandes qui oeuvrent pour la protection de l’île étaient présentes au parc pour présenter leurs actions. Durant trois jours, Jurques a vécu à l’heure malgache. Une tombola organisée a également permis de récolter plus de 1 000 €. Une somme à une association qui permettra de financer le salaire d’une année du gardien d’un centre de sauvetage de tortues à Madagascar.

Les associations qui oeuvrent pour Madagascar étaient présentes.

Un espace pour les lémuriens de 5 000 m2 a été inauguré à l’occasion du week-end malgache.




WEEK-END ANNIVERSAIRE LE SAMEDI 26 ET DIMANCHE 27 MAI 2007

Une fête inoubliable pour les visiteurs

Pour célébrer le 30e anniversaire du parc zoologique de Jurques, toute l’équipe du parc s’est mobilisée pour offrir deux jours de fêtes et de surprises aux visiteurs.

Rendez-vous samedi et dimanche :
11 h : repas des manchots
11 h 30 : spectacle de perroquets
14 h : contact avec les serpents
14 h 30 : goûters des singes
15 h : repas des loups
16 h : spectacle de perroquets
16 h 30 : repas des manchots
17 h : spectacle de perroquets.

Mais aussi de nombreuses surprises
Spectacles gratuits animés par 2 troupes d'artistes : des pieds et des mains et Valou et Salvi : sculpture sur ballons, échassiers, clowns, magicien, musicien...
Un atelier maquillage gratuit pour les enfants
La parade des mascottes du zoo
Une exposition qui répondra aux questions des visiteurs.

Cadeau bonus
Dimanche à 17 h 30, un goûter d'anniversaire géant sera offert à tous les p'tits gourmands. La mascotte Timba soufflera les bougies en compagnie de ses amis...

Une offre spéciale anniversaire
Claude et Bernadette Ourry, les directeurs du parc, souhaitent marquer cet événement en offrant un véritable cadeau à tous les visiteurs pour les remercier de leur fidélité.
Un tarif unique et exceptionnel tout au long du week-end anniversaire est proposé : 6,90 € pour tous au lieu de 12 € pour les adultes.
Et pour finir, le couple Ourry offre l’entrée gratuite pendant tout le mois de mai à celles et ceux qui sont nés en mai 1977 (sur présentation d'un justificatif).

La foule est attendue ce week-end pour cet événement hors norme

De nombreuses animations sont prévues comme le spectacle de perroquet.

Les mascottes du zoo feront bien entendu parties de la fête.




CARNET ROSE

Les bébés de l’année

Max le Macaque

Deux petits maras ont vu le jour, mais c’est surtout les oiseaux qui sont à l’honneur en ce mois d’avril puisque 4 bébés manchots de Humboldt ainsi que 2 hiboux grand duc sont nés… mais ce n’est qu’un début ! Nous attendons la naissance prochaine de cigognes, d’ibis chauves, de cygnes et de flamants roses.
Les lémuriens ne sont pas en reste… en effet, en avril 3 bébés makis sont nés ! Ils ont pu découvrir le « Maki Catta Park » en même temps que leur parents !!!

Au cours des derniers mois, le zoo de Jurques a abrité de nombreuses naissances. Il y a notamment, Max le macaque, Antonin, le capucin, Laurel et Hardy, les frères manchots, Kéfir le lion, Fred et Ginger les petits pumas.

Un des petits lions blancs

En 2007, ce sont trois bébés girafes qui naîtront au zoo de Jurques. Le jour de la mise bas, les mamans girafes restent debout et les bébés font une chute d’environ deux mètres. A sa naissance, un girafon mesure déjà entre 1m50 et 1m80.

Nyala, la lionne blanche vient de connaître un heureux événement. Quatre petites boules blanches ont fait leur apparition une semaine avant l’anniversaire. Ce mâle et ces trois femelles deviendront certainement les mascottes du parc

Kéfir, le jeune lion.




EN BREF

La nourriture des animaux

Chaque année, les 500 animaux du parc consomment : 15 000 poulets (félins, loups ...), 80 000 poussins (rapaces, serpents ...), 5 000 souris (serpents ...), 3 000 rats (serpents),
15 000 kg de fruits et légumes (singes, roussettes ...), 6 000 kg de poissons (manchots, pélicans, loutres ...), 15 000 kg de granulés divers, 3 000 kg de céréales (oiseaux et herbivores), 30 tonnes de luzerne, 30 tonnes de foin.


Le zoo de Jurques, c'est :

Un parc privé de 15 hectares, 3 km de circuit pédestre, 120 000 visiteurs par an, 2 500 € : coût de fonctionnement quotidien (soit 912 500 € par an), 40 000 € d'investissements pour les aménagements par an. Le parc ne bénéficie d'aucune subvention.


Le saviez-vous ?

1m80 : c'est la taille d'une girafe à la naissance. Elle atteindra 6 m à l'âge adulte.
80 ans : c'est l'espérance de vie d'un ara (perroquet), 1 mm : c'est la taille d'un wallaby à la naissance. 4 km, c'est la portée du chant du gibbon. 80 km : c'est la vitesse de pointe du guépard. 12 oeufs de poule valent 1 oeuf d'autruche. 10 kg : c'est la quantité de viande que peut manger un félin par jour.


Les métiers du zoo

La gestion d'un zoo nécessite la présence de nombreux métiers. 14 permanents : 1 directeur, 1 directrice adjointe, un vétérinaire, un assistant scientifique, 4 soigneurs animaliers, 1 jardinier, 2 chargés de l'entretien du parc, 2 commerciaux, 1 cuisinière.


Montagne africaine

La direction du parc zoologique prépare déjà sa prochaine nouveauté : l'aménagement d’une carrière située près des loups. 1 pont de 30 m de long suspendu à 10 m de hauteur. 20 mouflons, 10 magots, 10 mandrills, 50 000 € d'investissements.



EN BREF

Le saviez-vous ?

Le parc zoologique de Jurques c’est : 14 salariés tout au long de l’année 7 à 10 saisonniers l’été. 100 000 à 120 000 visiteurs par an. Le zoo de Jurques est un parc privé. Il ne perçoit donc aucune aide ni subvention. Son financement est assuré uniquement grâce aux entrées et aux services à la disposition des visiteurs. Chaque jour, 2 500 euros sont nécessaires à la vie du parc.


1000 euros pour Salamandra Nature

Pendant le week-end du 29-30 avril et 1er mai , les visiteurs ont pu découvrir toute la richesse de Madagascar lors de l’inauguration du nouvel espace malgache. A la fin du week-end, le zoo de Jurques a fait don de 1000 € à l’association Salamandra Nature pour financer le salaire du village des tortues.


LES ANIMAUX

1. Tribune des perroquets
2. Chien de prairie
3. Maison des Tortues
4. Plaine Africaine :
Girafe
Oryx
Damalisque
Zèbre de grévy
Pélican
Cigogne
5. Volière à Ara Rubrogenys
6. Plaine Australienne :
Wallaby de benett
Emeu
7. Dromadaire
8. Porc épic
9. Tigre de Sibérie
10. Panthère des neiges
11. Lynx
12. Lion brun
13. Serval
14. Carrière des mouflons
15. Panthère noire
16. Puma
17. Volière
18. Volière
19. Volière
20. Macaque japonais
21. Maki Catta Park :
Maki catta
Maki vari blanc et noir
Maki vari roux
Maki macaco
22. Agouti
23. Loutre
24. Mandrill
25. Saïmiri
26. Calao terrestre
27. Territoire des loups
28. Ile des atèles
29. Ile des gibbons
30. Ile des capucins
31. Raton laveur
32. Lion Blanc
33. Manchot de Humboldt
34. Village Far West
35. Flamant rose
36. Plaine Sud Américaine :
Tapir terrestre
Alpaga
Capybara
37. Guépard
38. Suricate
39. Fennec
40. Grand duc d’Europe
41. Harfang des neiges
42. Jungle des perroquets :
Ara arauna
Ara macao
Ara militaire
Ara chloroptère
Ara rubrogénys
Cacatoès
43. Mara
44. Mini ferme
45. oie céréops
46. Vivarium :
Python royal
Python molure
Iguane
Mygale
Boa constrictor
Roussette



EN BREF

Les soins des animaux

Comme dans une ferme, les animaux du zoo ont besoin de soins 365 jours par an. 1 vétérinaire présent toute l'année, une salle de soins, une salle d'élevage, 3 couveuses de maternité, 1 couveuse pour les oeufs d'oiseaux, 1 couveuse pour les oeufs de reptiles, 3 éleveuses, 2 locaux de quarantaine


Les naissances

150 espèces d'animaux pour 50 à 70 naissances par an : années des records : 15 félins en 2006, 10 singes en 2002, 17 herbivores dont 2 girafes en 2000. 7 aras en 1997, 25 boas en 2001.


Les dates clés

1960 : création du 1er parc zoologique à Lessay par Auguste Ourry.
1977 : transfert du zoo à Jurques.
1985 : reprise du zoo par Claude Ourry.
1993 : adhésion à l’EAZA (association des zoos et aquariums européens) et participation aux premiers programmes d’élevage européen.
1998 : création d’un spectacle de perroquets, créations des animations (contact avec les serpents, repas des loups, primates, manchots…)
2001 : médaille de bronze du tourisme décerné par le ministère du tourisme.
2002 : obtention du label qualité tourisme décerné par la CCI. Création de la plaine africaine.
2004 : arrivée exceptionnelle de Timba et Nyala , les lions blancs. 32 au monde, 2 à Jurques.
2006 : création du territoire des loups de 1500m2. Adhésion à l’ADAST association de sites touristiques normands pour la promotion du tourisme auprès des institutions.
2007 : création du maki Catta park.


Dossier réalisé par Ludovic LEMOINE.


Zoo de Jurques
14260 JURQUES
Tél : 02.31.77.80.58
E-Mail : zoo.dejurques@wanadoo.fr
Site : http://www.zoodejurques.fr

Tarifs 2007 :
Adulte : 12.00 €
Enfant (-12 ans) : 6.90 €

A 20 min de Caen Autoroute A84 sortie 42
cdric
 
Messages: 37
Enregistré le: Vendredi 09 Décembre 2005 10:13

Messagepar didier » Vendredi 01 Juin 2007 22:37

14 h : contact avec les serpents

Je croyais que cette animation n'était plus proposée ?
En tout cas , c'est souvent l'occasion de faire la peau à pas mal de préjugés ( ils sont visqueux , ... ) , c'est nettement plus intéressant que de voir des perroquets qui font de la trottinette ! :wink:
En France , la liberté d'expression est un principe intangible, c'est sur cette base que toute personne peut librement émettre une opinion, positive ou négative, sur un sujet mais aussi sur une personne physique ou morale, une institution .
didier
 
Messages: 14389
Enregistré le: Samedi 13 Août 2005 10:28
Localisation: charenton-le-pont

Messagepar raphaël » Samedi 02 Juin 2007 11:30

"Montagne africaine
La direction du parc zoologique prépare déjà sa prochaine nouveauté : l'aménagement d’une carrière située près des loups. 1 pont de 30 m de long suspendu à 10 m de hauteur. 20 mouflons, 10 magots, 10 mandrills, 50 000 € d'investissements."

Ca ne dit pas grand-chose de ce qui va être fait pour les animaux, mais espérons que les mandrills changeront d'enclos !
Et les macaques aussi tant qu'à faire, comme ça le parc sera débarassé des derniers vieux enclos.
Les animaux des zoos sont les ambassadeurs de leurs cousins sauvages. (Pierre Gay)
raphaël
 
Messages: 6559
Enregistré le: Mercredi 10 Août 2005 15:24
Localisation: gironde

Messagepar tony » Samedi 02 Juin 2007 13:19

OUi avec le déplacement des atèles cette année et les mandrills l'année prochaine le zoo s'améliore et élimine ses points noirs.

Tres bonne initiative.
tony
 
Messages: 2450
Enregistré le: Vendredi 29 Juillet 2005 15:55


Retourner vers Historique

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement