Conservation du dhole

Programmes d'élevage, conservation ex situ, conservation in situ...

Conservation du dhole

Messagepar Thibaut » Mardi 12 Février 2019 18:41

Salut, je me permet de partager un autre article que j'ai écris. Je ferais une MAJ si j'arrive à avoir les infos de la rencontre avec l'UICN.

La situation inquiétante d'un canidé asiatique
Image
Dhole (Cuon alpinus) en Thaïlande © Tontan Travel

Menacé par la destruction de son habitat et persécuté par l’Homme, le dhole (Cuon Alpinus) est proche de l’extinction. Véritable superprédateur, les mesures de protection semblent aujourd’hui inadaptées et la situation semble se détériorer.

Un redoutable prédateur

Le dhole vit en meutes comme la plupart des canidés. Elle comporte en général 5 à 12 individus mais parfois bien plus. Le dhole ou chien sauvage d’Asie est ce qu’on appelle un superprédateur, c’est-à-dire qu’il peut se nourrir d'un grand nombres de proies. Il peut manger des baies, des rongeurs, des cervidés, des lièvres, des sangliers et des primates. Son comportement est semblable à celui du lycaon (Lycaon pictus). Il sert souvent de comparaison pour l’étude de l’espèce. Comme d’autres espèces de canidés, seul le couple reproducteur peut donner naissance.

De multiples menaces

Son aire de répartition originelle s’étendait sur pratiquement toute l’Asie. Aujourd’hui on considère qu’il a disparu de 75% de cette aire. L’espèce s’est éteinte dans pas moins de 9 pays ! Sur les 11 pays encore restants il n’y aurait que 4 000 à 10 000 individus sauvages. L’espèce est confrontée à la transformation de son habitat. On le retrouve principalement dans les forêts de feuillus. Le dhole est très sensible à la baisse du nombre de proies. Il se retrouve également en concurrence avec le tigre (Panthera tigris) et le léopard (Panthera pardus).

Il est persécuté dans certaines régions comme en Chine, en Inde et au Népal. Les villageois laissent des carcasses empoissonnées pour tuer les dholes. Il est souvent en conflit avec les éleveurs à l’image du loup (Canis lupus) en France. Il est aussi victime des maladies telle que la rage.

Image

Une population captive qui interroge

Aujourd’hui le monde scientifique considère qu’il existe 7 sous-espèces. Les dholes sont présentés dans au moins 37 zoos dans le monde. La plupart accueillent des dholes de Kiangsi (C. alpinus lepturus). Toutefois leurs origines seraient selon l’UICN incertaines, la consanguinité et une hybridation pourraient être présentes. En Europe, l’élevage est coordonné par un EEP, un programme de reproduction européen. Une clarification de la taxonomie de l’espèce et des études génétiques de la population permettraient d’évaluer la qualité génétique de la population captive. Pour le moment ces individus ne peuvent être que des ambassadeurs de leurs cousins sauvages et servir de moyen de sensibilisation.

Image

Meute de dholes (Cuon alpinus) en Inde © Siddharta Mukherjee

Des mesures de protection disparates

L’espèce est protégée dans des parcs et réserves naturelles. Toutefois cela ne suffit pas et de nombreuses persécutions ont lieu y compris dans les zones protégées. Elle est sensible à la protection du tigre (Panthera tigris) et de l’éléphant d’Asie (Elephas maximus). On les considère comme des espèces « parapluies ». Par leur protection on protège d’autres espèces moins « emblématiques ». Pour le tigre les nouvelles sont hétérogènes, la population a doublé au Népal alors qu’elle a atteint un seuil « critique » en Malaisie.

La création du Dhole Conservation Fund

Jusqu’à récemment il n’existait pas d’action de protection dédiées aux dholes. Chelsea Davis une biologiste américaine décide de créer un organisme de conservation spécifiquement dédié à cette espèce. Le Dhole Conservation Fund est très récent, l’ONG a mis en place un programme d’éducation et de sensibilisation des populations à travers les écoles et les réseaux sociaux. L’organisme finance aujourd’hui un projet en Thaïlande. Sa philosophie est de participer à des programmes locaux, réalisés par les populations locales. Une réunion aura lieu prochainement avec l’UICN pour travailler en collaboration.


Références :

UICN Cuon alpinus - http://oldredlist.iucnredlist.org/details/5953/0
Dhole Conservation Fund - http://www.dholes.org/?fbclid=IwAR2fA3j ... oRjA7C2zJ8
WAZA Cuon alpinus - http://www.waza.org/fr/zoo/galerie-de-p ... on-alpinus
Biofaune - http://biofaune.canalblog.com/archives/ ... 2JwNcpa6Nc
Sciences et Avenir - https://www.sciencesetavenir.fr/animaux ... pal_127904
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1215
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Conservation du dhole

Messagepar okapi » Mardi 12 Février 2019 22:59

Pas mal: le style est un peu heurté, mais la structure globale est perceptible. Il y a une faute d'accord:
Le dhole vit en meutes comme la plupart des canidés. Elle comporte en général 5 à 12 individus mais parfois bien plus.
Ou bien il y a une (seule) meute, ou bien elles comportent (toutes) en général 5 à 12 individus...
okapi
 
Messages: 11767
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Conservation du dhole

Messagepar Thibaut » Mercredi 13 Février 2019 0:21

Merci Okapi il faut que n'arrange ça. Que veux-tu dire par heurté ?
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1215
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Conservation du dhole

Messagepar Therabu » Mercredi 13 Février 2019 10:10

Merci Thibaut, c'est un sujet intéressant !

Quelle est ta source pour suggérer que la majorité de la population est hybride ?
L'UICN cite 11 sous-espèces identifiées mais la validité de nombre d'entres elles est questionnée. N'aurais-tu pas confondu incertitude sur la statut de la sous-espèce et hybridation ?

Pour la définition du super-prédateur, je suis allé vérifier la signification. Plutôt que la diversité des proies (les renards ont des régimes plus diversifiés que les lions et ne sont pourtant pas considérés comme des super-prédateurs), le critère semble être la position dans la chaîne alimentaire. Les critères semblent être les suivants : ne pas faire l'objet de prédation régulière et être situé au moins au troisième niveau de la chaîne trophique ce qui semble être le cas du dhôle.
Therabu
 
Messages: 3118
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Conservation du dhole

Messagepar Thibaut » Mercredi 13 Février 2019 11:07

Merci pour la précision Therabu faut que j'arrange ça.

Voici la source pour la population captive :
Presence in captivity
As of August 2013, there were at least 223 Dholes in 38 zoos worldwide (International Species Information System [ISIS] unpubl.), including zoos in Europe (24 zoos), Asia (nine zoos), North America (four zoos), and Australia (one zoo). There also are captive Dholes in additional zoos and breeding farms which are not members of ISIS. The origin of most captive Dholes is unclear, and their subspecific classification is probably wrong. The most numerous subspecies in captivity is listed as C. a. lepturus, which occurs in at least 20 zoos worldwide and is the most common Dhole in European zoos. Firstly, inbreeding may be an issue because captive Dholes listed as lepturus trace their origin to only three founders: a single Dhole from a game farm in North America with an unknown origin (H. Maisch pers. comm.), and Dholes from the Moscow Zoo, which originated from only two individuals captured in Qinghai Province, China in 1957 (Sosnovskii 1967). Secondly, the Dholes captured in Qinghai Province should represent either C. a. hesperius or C. a. fumosus, from the putative northern Dhole group, rather than lepturus which historically occurred only south of the Yangtze River and is part of the southern Dhole group (Durbin et al. 2004). The putative southern Dholes are represented in several Indian zoos (probably C. alpinus dukhunensis), and in zoos in Phnom Penh, Cambodia, and Sydney, Australia (C. alpinus infuscus). Other zoos do not list subspecies, thus it is likely that putative subspecies from different origins have been interbred (M. Boeer pers. comm.), such as that done in Singapore Zoo. The European Endangered Species Programme (EEP) does not consider subspecies, but it does regard Dholes in European zoos as a Chinese ecotype, and prevents mixing this type with Dholes from other origins (e.g., India, Cambodia). Nevertheless, the value of any of captive Dholes for potential reintroduction efforts is uncertain, at least until genetic studies can confirm their origin and subspecific classification. Until that time, we recommend that captive Dholes from the putative northern and southern groups be managed separately, such as that done by the EEP.

http://oldredlist.iucnredlist.org/details/5953/0

Du coup il y a surement consanguinité étant donné que tous les cuon alpinus lepturus viennent de 3 groupes seulement et sur ces 3 groupes, 1 est peut-être d'une autre sous-espèce. Bien sur tout ça c'est du conditionnel et il faudrait une étude génétique.
J'ai vu que l'UICN parlait de 11 sous-espèces mais ITIS n'en propose que 7 et c'est cette classification qui a l'air de revenir le plus.
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1215
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Conservation du dhole

Messagepar okapi » Mercredi 13 Février 2019 11:26

Une suite de trois phrases comme celles-ci par exemple:
Son comportement est semblable à celui du lycaon (Lycaon pictus). Il sert souvent de comparaison pour l’étude de l’espèce. Comme d’autres espèces de canidés, seul le couple reproducteur peut donner naissance.

Ta troisième phrase est une forme de lapalissade: "seul le couple reproducteur peut donner naissance." Forcément, puisqu'il est LE couple reproducteur... Ne s'agit-il pas plutôt du couple dominant?

Tes phrases pourraient ressembler à ceci:
Son comportement est semblable à celui du lycaon, une espèce qui se prête bien aux études comparatives pour analyser les habitudes du dhole. Comme pour d'autres espèces de canidés, seul le couple dominant peut se reproduire.

Le style heurté, il se manifeste par une alternance de phrases longues et de phrases courtes qui semblent tomber un peu trop vite pour exprimer une idée. Voici une synthèse de ta phrase d'origine:
Le dhole ou chien sauvage d’Asie est un superprédateur: à ce titre, son régime alimentaire est très étendu et comporte rongeurs, cervidés, sangliers et primates.

Le lièvre est un rongeur et pas sûr que les baies soient des proies...

Ce ne sont, évidemment, que des réflexions et des suggestions de style et de forme!
okapi
 
Messages: 11767
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Conservation du dhole

Messagepar Vinch » Mercredi 13 Février 2019 11:57

Pour ma part, je suis persuadé qu’il y a plusieurs espèces.
Voici un individu de l’Inde:
Image
Il est très différent sur bien des aspects de ce qu’on peut vour en parc zoologique.
Avatar de l’utilisateur
Vinch
 
Messages: 5091
Enregistré le: Jeudi 22 Octobre 2009 19:49

Re: Conservation du dhole

Messagepar Thibaut » Mercredi 13 Février 2019 12:21

Merci pour l'explication Okapi, je n'ai jamais eu une bonne qualité de rédaction. Je vais essayer de m'améliorer à l'avenir.

Je pense qu'il faudra rapidement une clarification taxonomique. Il y a forcément des erreurs. Surtout que certaines populations sont très menacées et ont besoin d'un plan de protection adapté.
Avatar de l’utilisateur
Thibaut
 
Messages: 1215
Enregistré le: Mercredi 26 Juillet 2017 14:37

Re: Conservation du dhole

Messagepar AnimauxEtZoos » Mercredi 13 Février 2019 14:44

Bravo et merci pour cet article intéressant, Thibaut. J'en profite pour partager une petite vidéo sur des interactions entre dholes et éléphants, en Inde.
https://www.youtube.com/watch?v=6Jp39c7HwqQ
AnimauxEtZoos
 
Messages: 319
Enregistré le: Dimanche 04 Septembre 2016 13:36

Re: Conservation du dhole

Messagepar golentin » Mercredi 13 Février 2019 21:26

Si on se fit au livre Canids of the world de José R Castello, il y aurait 6 especes :
-Dhole du Nord (Cuon alpinus alpinus)
-Dhole de l'Himalaya (Cuon alpinus primaveus/laniger)
-Dhole chinois (Cuon alpinus lepturus)
-Dhole indochinois (Cuon alpinus infuscus/adjustus)
-Dhole indien (Cuon alpinus dukhunensis)
-Dhole indonesien (Cuon alpinus sumatrensis/javanicus)
golentin
 
Messages: 259
Enregistré le: Dimanche 05 Novembre 2006 9:45
Localisation: 50 14 et 35

Re: Conservation du dhole

Messagepar raphaël » Jeudi 14 Février 2019 23:22

okapi a écrit:Le lièvre est un rongeur et pas sûr que les baies soient des proies...


Hé non, c'est un lagomorphe !
Les animaux des zoos sont les ambassadeurs de leurs cousins sauvages. (Pierre Gay)
raphaël
 
Messages: 6897
Enregistré le: Mercredi 10 Août 2005 15:24
Localisation: gironde

Re: Conservation du dhole

Messagepar gibbon » Vendredi 15 Février 2019 0:04

golentin a écrit:Si on se fit au livre Canids of the world de José R Castello, il y aurait 6 especes :
-Dhole du Nord (Cuon alpinus alpinus)
-Dhole de l'Himalaya (Cuon alpinus primaveus/laniger)
-Dhole chinois (Cuon alpinus lepturus)
-Dhole indochinois (Cuon alpinus infuscus/adjustus)
-Dhole indien (Cuon alpinus dukhunensis)
-Dhole indonesien (Cuon alpinus sumatrensis/javanicus)

Ce que tu cites là, ce sont des sous-espèces !

Certaines populations de dholes (sûrement les plus septentrionales) ont une fourrure plus longue que d'autres.
« Les oiseaux ne descendent pas des dinosaures, ce sont des dinosaures à proprement parler. » (Guillaume Lecointre)
Avatar de l’utilisateur
gibbon
 
Messages: 1767
Enregistré le: Jeudi 10 Mai 2012 11:31

Re: Conservation du dhole

Messagepar okapi » Vendredi 15 Février 2019 9:33

Certes Raphaël, mais la frontière est si mince que certains associent rongeurs et lagomorphes sous l'identité commune de glires...
okapi
 
Messages: 11767
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Conservation du dhole

Messagepar okapi » Vendredi 15 Février 2019 10:01

...(Linné-1758).
okapi
 
Messages: 11767
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02


Retourner vers Conservation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement