Les aras de Spix de retour vers la liberté

Programmes d'élevage, conservation ex situ, conservation in situ...

Les aras de Spix de retour vers la liberté

Messagepar Philippe » Mardi 03 Mars 2020 7:21

Pairi Daiza contribue au retour de l’ara de Spix dans la nature

Une cinquantaine d’aras dont l’espèce a disparu à l’état sauvage sont rapatriés au Brésil où ils seront à terme relâchés dans la nature. Parmi eux, trois oiseaux provenant de Pairi Daiza.

Après avoir été officiellement déclaré éteint dans la nature au début du siècle, l’ara de Spix va bientôt y faire son grand retour. Cinquante-deux spécimens de ce remarquable perroquet bleu – devenu célèbre pour son apparition dans le film d’animation Rio – s’envolent ce mardi matin d’Allemagne à destination de la ville de Petrolina, dans le nord-est du Brésil. Là, ils seront hébergés pendant plusieurs mois à Curaçá dans un « centre de remise en liberté », afin de s’habituer à ce qui deviendra leur nouvel environnement avant de pouvoir être définitivement lâchés dans la nature.
rois de ces aras proviennent de Pairi Daiza. En juin 2018, le parc animalier avait accueilli quatre individus, premiers éléments d’une petite colonie logée dans un nouveau centre de reproduction construit in situ.
Source : Le Soir.
La suite de l'article est malheureusement réservée aux abonnés.
Biofaune : l'actualité de la conservation in & ex situ : http://biofaune.canalblog.com - www.facebook.com/biofaune
Philippe
 
Messages: 11545
Enregistré le: Lundi 29 Août 2005 16:06

Re: Les aras de Spix de retour vers la liberté

Messagepar abonnepdz » Mardi 03 Mars 2020 13:45

C'est historique. 20 ans après leur extinction complète dans la nature, les Aras de Spix sont de retour au Brésil.

Ce mardi 3 mars, 52 Aras de Spix, dont 3 provenant de Pairi Daiza, ont décollé de Berlin pour Petrolina (Brésil). Le rêve de Pairi Daiza et de ses partenaires de réintroduire les Aras de Spix (ces magnifiques perroquets bleus éteints dans la nature et connus du grand public par les films d’animation « Rio ») à l’état sauvage devient réalité. Ce projet, s’il est couronné de succès, salue une première mondiale, jamais l’Homme n’ayant réussi à réintroduire à l’état sauvage une espèce d’oiseau éteinte dans la Nature.

Ce 3 mars 2020, journée internationale de la Vie sauvage, est un grand jour pour celles et ceux qui travaillent depuis des années en vue d’une réintroduction de cet oiseau rare éteint dans la nature depuis 20 ans. Pour Pairi Daiza, la Pairi Daiza Foundation, l’ACTP (Association pour la conservation des perroquets menacés, située à Berlin), l’ICMBio (Institut Chico Mendes de Conservation de la Biodiversité) et le gouvernement brésilien, unis dans ce projet, la ré introduction de l'Ara de Spix dans son milieu naturel était en effet une priorité absolue. Le départ vers le Brésil d’une première population d’Aras de Spix nés parmi les hommes est ici une étape fondamentale en vue de la reconstitution, en milieu naturel, d’une population de perroquets suffisamment large et protégée pour assurer la survie et le développement de l’espèce au sein de l’écosystème duquel elle n’aurait jamais dû disparaître.

L’oiseau le plus rare au monde

Découvert par le naturaliste allemand Johann Baptist von Spix au dé but du 19è me siècle, l’Ara de Spix est un perroquet relativement petit (entre 50 et 60 centimètres), léger (moins de 400 grammes) et caractérise par un plumage bleu vert, des cercles bleu clair autour des yeux et, pour les jeunes, une ligne blanche sur le bec.

Il vivait dans la Caatinga, biotope semi-dé sertique du nord-est du Bré sil. Chassé par l’homme, victime de la destruction de son habitat, l’Ara de Spix a disparu de la Nature en 2000 et l’espèce est officiellement déclarée « éteinte » à l’état sauvage. Seules quelques dizaines de spécimens vivent encore en captivité.

A Berlin, les experts du centre de reproduction et de conservation de l’ACTP recueillent ces derniers spécimens vivants, veillent à la survie de l’espèce depuis des années, et mettent en place des programmes de reproduction. Plusieurs dizaines d’individus y sont choyés, comme autant de derniers descendants d’une espèce au bord de la disparition définitive.

En 2018, l’ACTP a confié à Pairi Daiza Foundation de jeunes Aras de Spix dans le cadre de ce grand projet de conservation de l’espèce. Le parc animalier belge est le seul en Europe où le public peut voir ces oiseaux si rares. Pairi Daiza et Pairi Daiza Foundation ont par ailleurs construit, au cœur du parc de Brugelette, un Centre de Conservation et de Reproduction de l’Ara de Spix et d’autres oiseaux rares. Un projet d’envergure mis sur pied pour un budget de 3 millions d’euros. De nouveaux couples d’Aras de Spix vont prochainement y être accueillis, en provenance de Berlin, avec l’espoir de voir naître de nouveaux et nombreux bébés qui, eux également, pourront être réintroduits dans la nature dans les prochains mois et années.

Source notélé
abonnepdz
 
Messages: 694
Enregistré le: Mercredi 18 Mars 2015 7:25
Localisation: Nord

Re: Les aras de Spix de retour vers la liberté

Messagepar candlemass » Mercredi 04 Mars 2020 11:36

COMM FACEBOOK DE PAIRI DAIZA :

27 FEVRIER :
Chers amis, plus que 5 jours avant la concrétisation d'une aventure à laquelle nous sommes fiers de participer : le départ d'aras de Spix de Pairi Daiza et de Berlin pour une réintroduction progressive au Brésil. Tout récemment, un dernier check-up médical a été réalisé par le vétérinaire François Le Grange afin de s'assurer que tous les aras remplissent les conditions médicales requises pour être déplacés vers le Brésil. Le verdict est formel, tous les oiseaux ont passé les tests sans encombres et sont donc fin prêts pour le grand départ !

28 FEVRIER :
Chers amis, J - 4 avant le retour des aras de Spix au Brésil ! Et on est plutôt confiant sur le fait qu'ils seront bien accueillis ! La semaine dernière, les graffeurs d' ART-EFX sont arrivés à Caatinga, au Brésil, pour décorer les murs du bâtiment de la nurserie avec ces fresques.
Image

2 MARS :
Chers amis, le départ des aras de Spix vers la nature brésilienne est imminent ! Comme vous le savez, après une acclimatation progressive dans un centre de remise en liberté, une cinquantaine de ces magnifiques oiseaux vont être relâchés dans la "forêt" épineuse du Caatinga. Avec ce projet, Pairi Daiza Foundation et ses partenaires espèrent rétablir une population stable dans la nature !
Image

Image

Image
3 MARS :
Après un long vol, les aras de Spix se portent bien et terminent tranquillement leur voyage en direction de Petrolina, au Brésil. Bientôt, ils vont découvrir le centre d'élevage flambant neuf bâti spécialement pour eux !
Aujourd'hui, 52 aras de Spix sont transportés vers le Brésil. Vingt ans après leur disparition complète de leur milieu naturel, ces magnifiques perroquets bleus vont enfin retrouver leur terre d'origine. D'abord placés durant plusieurs mois dans un centre d'élevage destiné à les acclimater à la vie sauvage, ils seront ensuite relâchés dans la Caatinga !

4 MARS :
Chers amis,
Nous ne résistons pas à l’envie de partager avec vous cette photo prise ce lundi soir à Petrolina, au Brésil. Vingt ans après leur extinction en milieu naturel, après des années d’efforts de conservation, de sauvetage et de reproduction des derniers spécimens vivant auprès des hommes, les Aras de Spix sont de retour sur leur terre d’origine. Objectif: les réintroduire dans la Caatinga, cette zone de forêts dont ils n’auraient jamais dû disparaître...

Un travail d’équipe! Merci à tous ceux sans qui ce projet n’aurait jamais vu le jour: Association for the Conservation of Threatened Parrots e.V., ICMBio, Deli Nature Birds, Zoologische Gesellschaft für Arten- und Populationsschutz e.V. - ZGAP Spix Macaw (AWWP)

***

Et voilà, les aras de Spix sont arrivés dans le centre de d'élevage et de réintroduction ! Après un check médical par les équipes de Association for the Conservation of Threatened Parrots e.V., ils ont été placés en quarantaine dans leurs volières. On en profite pour remercier chaleureusement nos amis de l'ACTP pour leur travail exemplaire !

Avant d'être relâchés dans la nature sauvage de la Caatinga, les oiseaux vont passer plusieurs mois dans ce centre. En effet, il faut "apprendre" à ces oiseaux comment vivre dans la nature sauvage afin que les populations relâchées soient pérennes et puissent recoloniser leur biotope d'origine. C'est ce qu'on appelle "Soft Release" : un retour progressif à la nature, durant lequel l'animal reçoit un soutien, un abri et de la nourriture jusqu'au jour où il est capable de se débrouiller seul. Dans la nature, un jeune perroquet sauvage peut passer la première année de sa vie à apprendre comment survivre en imitant ses parents : quels aliments manger, quelles sources éviter, comment éviter les prédateurs, où chercher de la nourriture et de l'eau au fil des saisons, comment communiquer avec ses pairs, etc. C'est précisément cela que le centre d'élevage, situé sur une vaste propriété portant le nom de Fazenda Pairi Daiza, veillera à inculquer à ces perroquets.
Image

Image

Image
candlemass
 
Messages: 520
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: Les aras de Spix de retour vers la liberté

Messagepar candlemass » Dimanche 08 Mars 2020 15:32

6 MARS

Ce centre d’élevage poursuit différents objectifs afin de préparer les oiseaux à la vie dans la Nature :
- Entraînement à la reconnaissance et à l'évitement des prédateurs.
- Entraînement au vol pour développer la force musculaire, l'endurance et les compétences de vol.
- La familiarisation et l'utilisation des aliments naturels nécessaires à la survie dans la nature.

De plus, le centre sera équipé de grandes volières de "pré-lâcher", pour permettre aux oiseaux de se familiariser avec les sons, odeurs, images et développer une conscience des autres animaux sauvages de la région. Ainsi, les équipes du centre veilleront au respect d'un protocole strict avant de relâcher les oiseaux qui devront être capable de :
- Faire preuve d'indépendance vis-à-vis des humains.
- Être conscient et faire preuve de prudence face aux prédateurs naturels et aux humains.
- Être capable de s'auto-alimenter avec les sources de nourriture qu'il trouveront dans la nature.
- Faire preuve de compétences sociales et de compétences de vol développées.
Enfin, après avoir été relâchés, les oiseaux auront la possibilité de revenir s'abriter ou se nourrir au centre, si nécessaire.

Image

Image

Image
candlemass
 
Messages: 520
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: Les aras de Spix de retour vers la liberté

Messagepar candlemass » Lundi 16 Mars 2020 2:47

15 mars :

Chers amis, vous le savez peut-être, ce 4 mars, 52 aras de Spix, dont 3 de Pairi Daiza sont arrivés au Brésil. Vingt ans après leur extinction en milieu naturel, après des années d’efforts de conservation, de sauvetage et de reproduction des derniers spécimens vivant auprès des hommes, ces magnifiques perroquets bleus sont de retour sur leur terre d’origine. Objectif: les réintroduire dans la Caatinga, cette zone de forêts dont ils n’auraient jamais dû disparaître...
Avant d'être relâchés dans la nature sauvage de la Caatinga, les oiseaux passeront plusieurs mois dans un centre de réiontroduction. En effet, pour que les populations relâchées soient pérennes et puissent recoloniser leur biotope d'origine, il faut une période d'acclimatation. Un retour progressif à la nature, durant lequel l'animal reçoit un soutien, un abri et de la nourriture jusqu'au jour où il est capable de se débrouiller seul.

Le 10 mars, les oiseaux, qui sont actuellement en quarantaine, ont reçu la viste de la MAPA, le ministère de l'agriculture, de l'élevage et de l'approvisionnement du Brésil. Ils ont prélevé des échantillons sur tous les oiseaux. Les tests ont été rapides et efficaces. Les résultats sont enthousiasmants: les 52 aras de Spix se portent bien !

Image

Image

Image

Image
candlemass
 
Messages: 520
Enregistré le: Dimanche 25 Février 2018 11:09

Re: Les aras de Spix de retour vers la liberté

Messagepar Clemsy67 » Mercredi 08 Avril 2020 12:27

Un article édifiant publié par Mongabay (in english) il y a peu de temps :
https://news.mongabay.com/2020/03/spixs ... ntroversy/
Grosse remise en question du bien-fondé de ce projet : l'ACTP est accusée d'agir de manière opaque, avec des financements d'origines inconnues, le tout sans coopération avec le monde scientifique. Depuis 2015, l'ACTP importerai des oiseaux menacés d'Australie légalement sous couvert d'être un élevage conservatoire, mais certains seraient ensuite vendus sur le marché noir. Difficile d'avoir une vision claire des choses puisque l'organisation ne partage pas les chiffres de sa collection, ses revenus etc.

L'acquisition des amazones de Sainte-Lucie, des amazones de Saint-Vincent, des amazones impériales et des amazones de Bouquet par l'ACTP s'est faite avec la justification que c'était le seul moyen de protéger ces oiseaux de l'ouragan Maria qui a frappé les Caraïbes en septembre 2017. Sauf que la communauté scientifique de la conservation a clairement exprimé que ça n'avait été fait sans aucune consultation avec la CITES, et qu'il n'y avait aucun risque.
Je suppose que c'est à ce moment que PDZ a obtenu (acheté ?) ses amazones de Sainte-Lucie et Saint-Vincent ?

L'ACTP aurait aussi fait pression sur les éleveurs brésiliens possédant des Spix afin de les envoyer en Allemagne, en justifiant qu'ils n'arrivaient pas à les reproduire.

Tout cela me parait très inquiétant. Pour rappel, Martin Guth le directeur de l'ACTP possède 90% des aras de Spix vivants ...
Clemsy67
 
Messages: 554
Enregistré le: Mercredi 26 Octobre 2011 16:17

Re: Les aras de Spix de retour vers la liberté

Messagepar Antoine » Mercredi 08 Avril 2020 13:57

Merci Clemsy67 pour le partage de cet article.
J'ai envie de dire "rien de neuf sous le soleil".
Toutes ces questions sont depuis longtemps dans la bouche des passionnés d'oiseaux et, pour l'instant, personne n'a plus de réponse !
Antoine
 
Messages: 2972
Enregistré le: Samedi 27 Janvier 2007 18:13
Localisation: POITIERS


Retourner vers Conservation

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

Tigre en mouvement