Innover ou reproduire

Innover ou reproduire

Messagepar okapi » Dimanche 26 Mai 2019 10:20

La question de l'innovation est régulièrement posée ici: certains associent "un ennui mortel" à l'idée d'une simple prairie pour des lions, d'autres considèrent au contraire comme une réussite majeure un vaste champ agrémenté d'un bassin pour présenter des ours polaires. Si on cherche à comparer les enclos pour une même espèce, force est de constater qu'il y en a finalement bien peu qui se ressemblent... Pour beaucoup, le vocabulaire est simple: quatre côtés, entièrement ou partiellement grillagés, murés ou vitrés, avec un ou plusieurs points de vision, au sol ou en hauteur. La surface délimitée peut se compter en dizaines, centaines ou milliers de mètres carrés, voire des hectares, y compris pour une même espèce. Quand le site est banal ou contraignant, certains rivalisent d'adresse, parfois maladroite, pour justifier la présentation d'espèces souvent inadaptées. D'autres capitalisent sur les atouts de leur territoire et créent des installations difficilement reproductibles ailleurs.
Si on compare les enclos dédiés à des ours polaires en France, historiquement nous avons la fausse banquise bétonnée et le ciment façonné en pans coupés désormais disparus de Vincennes et Mulhouse. Aujourd'hui, nous avons une piscine carrelée et très anthropomorphique à La Palmyre, un, petit, fragment de forêt très protégé et un bassin étiré en aquavision à La Flèche, un bassin, vitré encore, à Mulhouse avec une parcelle herbeuse et boisée de quelques centaines de mètres carrés, deux espaces qui se comptent en hectares de prairie au Cerza et au Reynou. Cette énumération n'est pas exhaustive, mais elle reflète bien à quel point la perception d'une espèce et de ses besoins varient en fonction de leur interprétation par un directeur et ses concepteurs. Finalement, l'innovation la plus franche, c'est bien de tirer un trait sur les conceptions d'Hagenbeck, d'oublier la piscine façon camping et d'offrir à une espèce associée dans l'imaginaire collectif à des étendues glacées quelque chose qui pourrait s'apparenter à la toundra au printemps.
Les discussions à propos du futur Cratère de Doué et l'exemple de la Terre des lions de Beauval sont riches d'enseignements: Zoobeauval considère une prairie herbeuse de plusieurs hectares comme d'un ennui mortel, mais apprécie les quelques milliers de mètres carrés ornés de faux rocher et d'une bien étrange cascade associées à une loge de nuit bien visible, naïvement conçue comme une pseudo paillote Africaine. C'est son goût, et c'est parfaitement légitime de l'exprimer, mais ce n'est pas forcément celui de tout le monde. Qu'est-ce que peut bien vouloir signifier la notion d'innovation dans ce cas précis? La complexité de l'ensemble? Le fait d'avoir fait sortir de terre ces fameuses paillotes soigneusement lissées, d'avoir façonné quelques tonnes de béton pour "faire comme" et d'avoir planté deux baobabs en plastique pour transporter le visiteur dans une "Afrique de composition" pleine de candeur? Est-ce innovant de préférer nier l'artificialité du zoo pour privilégier le terrain pour ce qu'il est et de se borner à cerner un fragment de forêt pour y installer une famille de gorilles comme à La Vallée? Les pavillons façon maison de vacance et les îlots dénudés de La Palmyre ont marqué les années 1980, les enclos forestiers de Romagne et les hectares de Nesles ont brusquement fait paraître dérisoires les installations de nombreux parcs, mais sans pour autant les inciter à se remettre vraiment en question... L'innovation peut-elle ou doit-elle être un moteur et peut-on considérer désormais la simplicité comme innovante?
Qu'en pensez-vous?
okapi
 
Messages: 11806
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Innover ou reproduire

Messagepar zoobeauval25 » Dimanche 26 Mai 2019 19:47

Quelle jolie critique bien tournée dans ton sens ! Bravo okapi !

Justement: tu dis que je trouve une "prairie de plusieurs hectares mortellement ennuyeuse": oui, mais cela dépend pour quelle(s) espèce(s) dans quel parc ! Une très grande prairie bien agencée et bien conçue pour un grand troupeau d'herbivores africains me convient parfaitement ! En revanche, une simple prairie plate et sans arbres pour un groupe de lions: non !

Mon opinion est que le zoo ce n'est pas la nature. L'idée, pour moi, d'enfermer un animal, et loin de son milieu d'origine n'est pas naturelle, et l'on ne peut contredire cela. Malheureusement, nous avons besoin de ces espaces zoologiques, pour la conservation des espèces menacées, et pour montrer l'exotisme au grand public. Cela impliquant, bien-sûr, de nombreuses conditions.
Et donc, lorsque tu me proposes une simple prairie sans enrichissements (ce qui peut-être bucolique et très joli), tu proposes de donner aux animaux un espace naturel où l'être humain n'a rien modifié. Mais justement: je considères que dans des climats si différents de ceux où vivent actuellement des lions, et dans un espace restreint, nous ne pouvons donner cet espace vide. C'est le rôle d'un parc zoologique de veiller à un bon enrichissement de ses installations animalières, et donc, pour cela, de créer un espace riche. Vallons, arbres, bassins ou rochers sont des exemples.
Vient ensuite la question de l'observation du visiteur, qui doit être intéressante, pertinente. Loin d'être ennuyeuse, elle doit participer grandement à la mise en valeur des animaux. Pour toi, les principes de Hagenbeck appartiennent au passé. Ce n'est pas mon avis. Même si je souhaite la disparition de certaines structures (quand le Kölner zoo va-t-il enfin déménager ses babouins hamadryas de ce rocher, conçu par Hagenbeck !), je pense que l'idée du "zoo sans barreau" reste très intéressante, et doit être encore développée, mais avec une vision plus innovante et tournée vers l'avenir. Dans le même thème, tu ne cesse de dire que j'aime le spectaculaire, et tu as raison. Pour moi, le zoo, c'est un spectacle. Un spectacle où l'on doit admirer la beauté du monde sauvage, d'un monde exotique, fascinant. Le zoo de l'ancien temps montrait l'effrayant, à quel point le monde exotique était sauvage, dangereux, et comment l'homme blanc avait réussi à la dompter (oui, c'est affreux). C'était, pour moi, un moyen de rassurer, de détacher encore l'être humain de la nature, en lui montrant un bel alignement d'espèces toutes sorties de son imaginaire: l'ours qui terrorise les campagnes se retrouve piégé dans une fosse en ville, le loup, symbole des grands espaces, de la grandeur de la nature, se retrouve coincé dans une cage étroite. Le gorille, si proche de l'homme, est réduit à une créature violente.
Mais aujourd'hui, le zoo a-t-il le même but ? En tout cas, il ne le devrait pas. Il devrait, au contraire, rassurer sur la nature, montrer que l'être humain en fait partie. Montrer, mais aussi faire ressentir, apprendre à aimer la nature, pour ensuite vouloir la protéger.
Mais revenons au spectacle ! Cela est dans les gênes de l'être humain d'aimer ce qui est grand, impressionnant, spectaculaire. Et comment créer un beau zoo, un beau parc, sans cette idée fondamentale ? Le zoo est un spectacle, avec ses acteurs, ses coulisses, ses décors et bien évidemment, son public, toujours en quête d'émerveillement.
Mais bien-sûr, il y a une limite au spectaculaire ! Jamais celui-ci ne doit-être fait au détriment des animaux. Pour moi, le parc Everland ressort en Corée du Sud, par exemple, est une aberration. Car il privilégie le divertissement des familles à la présentation réelle des animaux. D'ailleurs, le parc zoologique ne doit pas être uniquement pour "voir", mais aussi pour ressentir la nature.

Tu dis également que les installations animalières se ressemblent finalement toutes. Je ne suis pas d'accord. Certes, même si beaucoup se ressemblent énormément, d'autres sont incroyablement différentes, et ne sont souvent pas que "quatre côtés grillagés avec un ou plusieurs points de vision vitrés". Par exemple, le Bush d'Arnhem n'est-il pas l'opposé de l'installation des orang outans d'Indianapolis ?

Mais tout cela ne répond pas à notre question: "innover ou reproduire". Et bien j'ai envie de répondre "un peu des deux". Après tout, l'innovation ne vient-elle pas justement de "copiés" ? Peu d'installations de parcs zoologiques ont été réellement innovantes. Mais nous pouvons remarquer que toutes les installations actuelles s'inspirent d'autres: cela peut-être d'autres installations, ou de la nature elle-même. La simplicité, pour moi, représente une forme d'innovation, et il y a beaucoup d'installations très simples que j'aime beaucoup (par exemple les installations des lions et guépards à Arnhem). Mais si la simplicité était la seule ligne directrice des espaces zoologiques, je pense que l'innovation serait encore moins présente.
zoobeauval25
 
Messages: 1635
Enregistré le: Samedi 12 Mars 2016 22:36

Re: Innover ou reproduire

Messagepar okapi » Dimanche 26 Mai 2019 21:59

Merci pour cette réponse! C'est le vide qui te fait peur? Une prairie remplie d'herbivores, ça te va, mais la même prairie pour des lions, ça ne va plus. J'ai toujours tendance à penser qu'un immense espace où la main de l'homme n'a pas changé grand chose est toujours préférable à un enclos soigneusement élaboré pour servir de présentoir à des animaux. C'est un peu le vieux débat des jardins à l'Anglaise versus ceux à la Française! Vallons, arbres et bassins/étangs naturels font partie du vocabulaire des espaces peu humanisés, bien plus sûrement que d'un quelconque enclos reconstitué avec des matériaux destinés à créer du factice pour remplacer le naturel.
Je ne suis pas sûr que TOUS les humains aiment ce qui est grand, impressionnant et spectaculaire, surtout quand ça ne relève pas de la nature elle-même!
Pour ce qui est de l'innovation, je ne crois pas non plus qu'elle vienne du "copié", mais qu'elle vient au contraire de l'inédit, du neuf et de ce qui n'a pas été tenté ou réalisé jusque-là...
Le débat reste ouvert!
okapi
 
Messages: 11806
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Innover ou reproduire

Messagepar raphaël » Lundi 27 Mai 2019 22:31

La première question qui me vient à ce sujet, c'est, qu'est-ce qui est innovant à notre époque ?
Peut-on dire que tout a déjà été fait, mais qu'il y a des façons différentes de le faire ?
Il y a aussi une question d'échelle... Innovant à quel niveau ? Local ? National ? Mondial ?

De grands zoos français ont vu leur succès dû à une innovation totale à l'échelle du pays.
La Palmyre a connu la réussite grâce à ses îles à singes, ses enclos propres et ses spectacles... Du tout nouveau en France, mais inspiré des visites de Claude Caillé dans les zoos des USA.
Thoiry a été révolutionnaire avec son safari voiture à l'échelle du pays voire du continent... Mais là encore, cela venait en partie des USA.
Beauval a franchi tous ses principaux paliers en accueillant des animaux très rares, jamais vus par les visiteurs : tigres blancs, koalas, pandas. (Tous les 10 ans d'ailleurs). Mais cela restaient des valeurs sûres de succès au vu des cas de figure dans d'autres zoos à travers le monde.

Avec ses immenses volières creusées dans le falun, le Bioparc de Doué semble clairement proposer une aventure unique au monde... Mais il existe d'autres grandes volières, sur d'autres continents et même en Europe. L'Arche des Ptites Bêtes de Thoiry est assez singulière dans le paysage zoologique français, mais il y a des insectariums ailleurs...
Alors existe-t-il encore une innovation pure, totale à 100% ?
Les animaux des zoos sont les ambassadeurs de leurs cousins sauvages. (Pierre Gay)
raphaël
 
Messages: 6913
Enregistré le: Mercredi 10 Août 2005 15:24
Localisation: gironde

Re: Innover ou reproduire

Messagepar okapi » Mardi 28 Mai 2019 6:36

"Introduire quelque chose de nouveau pour remplacer quelque chose d'ancien dans un domaine quelconque."
Effectivement Raphaël, le niveau local, national ou mondial est un excellent critère pour définir une "innovation" zoologique. C'est d'autant plus frappant quand on se souvient de l'allure de la plupart de nos parcs les plus anciens dans les années 1960 et 1970! Le concept de zoo est alors on ne peut plus basique et personne n'imagine qu'il puisse s'agir d'autre chose que d'une ménagerie améliorée. Finalement, Clères et Branféré sont déjà très innovants en regard de La Flèche, La Palmyre, Les Minières ou Saint-Augustin. Thoiry a frappé un grand coup en ouvrant un "safari" inspiré par le parc Kruger créé en 1927 et surtout par Longleat en Angleterre ouvert l'année précédente de sa fondation. L'innovation pour le coup est avant tout spectaculaire et bouscule sérieusement les "vieux" parcs. Les zoos français sont assez peu créatifs et ils vont souvent chercher leurs idées ailleurs. Qui a été ou est encore vraiment innovant dans l'Hexagone? Apenheul a sérieusement modifié la perception de la captivité des primates, mais bien peu de zoos généralistes ont pourtant fait le choix de suivre la même voie...
okapi
 
Messages: 11806
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02

Re: Innover ou reproduire

Messagepar Manon C » Mardi 28 Mai 2019 9:51

Personnellement, en parcs, je préfère l'innovation.
Mais ce terme est synonyme de dérives. L'innovation dans quel but ?

Mon point de vue serait : "L'innovation pour reproduire le naturel". Avec le moins d'anthropisation possible. Mais idem, qu'est ce que cela signifie ?

J'aime la savane africaine de la Boissière. Une immense prairie, un point d'eau, une densité d'animaux faible, qui permet d'avoir des comportements de troupeaux.

J'aime le cratère des rhinos noirs de Doué qui me rappelle le Cratère du Ngorongoro (la seule fois que j'ai vu des rhinos noirs dans la nature).

Parallèlement, j'aime aussi l'installation des ours polaires à La Flèche.... car toujours plus naturel que la fosse bétonnée de Mulhouse.

Je n'aime absolument pas l'enclos des panthères des neiges de Doué que je trouve vraiment trop artificiel et qui me fait penser à des rizières ratées. Mais en même temps, je n'ai jamais trouvé un enclos de panthères des neiges qui me transcende. J'aimerais un grand espace, avec une végétation de conifères + ruisseau en premier plan et une grande pente abrupte en arrière plan couverte de minerai/ d'éboulis / de roches / de schiste. Avec de temps à autre une petite caverne créée d'amoncellements de rochers.

J'exècre les piscines à otaries et je doute des bassins naturels que je trouve peu pédagogiques. J'imagine un bassin d'eau salée en aquavision avec un fond fait de sable, de débris de coquillages, remplis d'algues marines de plusieurs mètres. Et avec un phénomène de vagues et de marées. Une petite plage de sable pour vite finir sur des rochers (pourquoi pas du faux béton si c'est bien fait). Et tout cela imitant Cape Cross, en Namibie. D'ailleurs, pourquoi pas faire une cohabitation avec des chacals, pour les zoos possédant des otaries à fourrure....
Un bassin où l'unique spectacle serait de regarder les otaries jouer dans les algues en se laissant bercer par les vagues.

"Innovation ou reproduire ?"
Je ne sais pas .... l'homme a toujours été beaucoup plus ingénieux pour créer et façonner des éléments dans le but de contrôler et de laisser sa marque. Par contre, s'inspirer de la nature .... ça ....

A si, pardon. Garder des éléphants dans des zoos urbains et dans un espace beaucoup trop petit MAIS compenser par de la nourriture répartie un peu partout dans l'enclos de manière aléatoire. Pour "reproduire" le comportement naturel des éléphants à marcher. Moui. Une "innovation", qui a couté quelques dizaines de milliers de petits sous et qui était censé "reproduire" un comportement naturel.

En même temps, est-ce réellement possible de maintenir des éléphants en captivité en respectant intégralement tous leurs besoins spécifiques ?
Pour le coup, même avec une immense prairie et un point d'eau, j'ai des doutes.
Manon C
 
Messages: 33
Enregistré le: Lundi 30 Juillet 2018 7:27

Re: Innover ou reproduire

Messagepar Therabu » Mardi 28 Mai 2019 16:10

Merci Okapi pour ce débat intéressant. Raphaël a soulevé un point intéressant concernant "l'échelle" de l'innovation qui est intéressant lorsque l'on sait que les zoos ont tendance à surtout regarder leurs voisins et non pas ce qui se fait à l'autre bout du monde.

Qu'est-ce qui doit encadrer la conception d'un enclos "parfait" (dans le sensde l'amélioration continue) ? Il y a bien sûr les dimensions pratiques, destinées aux professionnels, une dimension "récréative", à savoir comment les gens vont observer les animaux et enfin et surtout la création d'un lieu de vie adapté pour les habitants. Cette dernière dimension est de loin la plus importante et doit dominer les autres.

Lorsque l'on a trouvé la bonne "formule", je pense par exemple aux territoires forestiers pour les groupes de gorilles, à quoi bon vouloir innover ? A moins de remettre en cause le postulat que c'est ce qui convient le mieux à cette espèce et d'argumenter sur le fait que des volières avec grottes et termitières artificielles soient plus adaptées, il n'y a en toute logique, aucune raison de vouloir innover, au moins concernant le territoire extérieur. Il en va de même pour les vastes plaines à ongulés. Je me rappelle d'une époque où les rhinocéros indiens étaient rares et restreints à des plateaux sableux dans des zoos bétonnés avant que les premières tentatives de présentation plus naturelles émergent, au CERZA par exemple. Selon les espèces, les zoos contemporains s'approchent plus ou moins de conditions naturelles (que ce soit en terme de possibilités de comportements offertes ou plus d'esthétique/reproduction du milieu). Ours blancs, orang-outans, rapaces et pinnipèdes font partie de ces espèces où l'on a encore pas trouvé/construit un modèle consensuel et largement déployé à mon avis.

Mais là où ça devient une question encore plus intéressante, c'est que même pour des espèces où le standard semble avoir été trouvé, et ce depuis plusieurs dizaines d'années, des zoos continuent de pondre des installations récentes inférieurs à ces standards. Les raisons sont à mon avis multiples :
- nécessité de caser une population (trop) dynamique, manque de place
- manque de moyens
- site/climat inadapté
Si l'on peut comprendre le premier cas de figure qui vise à construire dans la hâte ou garder dans de vieilles installations en dessous des standards, les deux seconds cas reposent entièrement sur les décisions des directeurs de zoos. Il est par la suite difficile de savoir si l'espace et des moyens financiers insuffisants sont les principaux responsables de ces installations "sub-standards*" ou s'il s'agit plus simplement d'une incompétence des personnes concevant les enclos et d'un manque d'ouverture/connaissance du paysage zoologique national/continental/mondial.

Pour résumer ma réponse à la question, selon les espèces, il n'y a pas toujours besoin d'innover car des solutions satisfaisantes ont déjà été trouvées pour nombre d'entre elles. J'entends par innovation, des modifications significatives des modes de présentation, pas des différences sur quelques caractéristiques (1000m² de plus, des rochers naturels/faux rochers, 3 loges au lieu de 2...). Si un bon "benchmark", une étude comparative des solutions apportées par d'autres parcs pour la même espèce afin d'adapter les solutions les plus satisfaisantes au contexte local étaient effectuées, je crois que l'on se lamenterait moins sur ce forum sur la qualité des nouvelles installations.

* J'entends par standard une installation qui est satisfaisante ET raisonnablement déployable, pas forcément le top du top. On ne peut demander à tous les zoos de créer les installations intérieures pour éléphants semblables à celle de Zurich (ce serait synonyme à long terme d'extinction du programme d'élevage captif, faute de participants), on peut par contre définir que les maisons tel qu'Amersfoort, Poznan, Planckendael ou Whipsnade devraient constituer le standard minimum pour l'accueil d'un groupe reproducteur. Les caractéristiques intrinsèques offertes aux animaux par ces espaces ne me semblent pas foncièrement différentes de l'installation hors norme du zoo suisse.
Therabu
 
Messages: 3151
Enregistré le: Vendredi 30 Mai 2008 16:10

Re: Innover ou reproduire

Messagepar didier » Mardi 28 Mai 2019 19:59

Parallèlement, j'aime aussi l'installation des ours polaires à La Flèche.... car toujours plus naturel que la fosse bétonnée de Mulhouse.


Il doit s'agir de l'ancienne installation, car à l'heure actuelle, je préfère largement l'enclos de Mulhouse à celui de La Flèche. Bon, depuis, le CERZA a considérablement remonté le niveau et Le Reynou semble s'en inspirer, tant mieux pour les ours polaires. :wink:
En France , la liberté d'expression est un principe intangible, c'est sur cette base que toute personne peut librement émettre une opinion, positive ou négative, sur un sujet mais aussi sur une personne physique ou morale, une institution .
didier
 
Messages: 14728
Enregistré le: Samedi 13 Août 2005 10:28
Localisation: charenton-le-pont

Re: Innover ou reproduire

Messagepar Manon C » Mercredi 29 Mai 2019 9:55

Didier, effectivement, c'est probablement l'ancienne installation. Je l'ai visité il y a 8 - 10 ans. J'avais été très, très choquée par cette installation constituée uniquement de blocs de béton et un bassin en contre-bas. C'était une copie des fosses de l'ancien Vincennes. Pas un chouille d'ombre, que du béton. Le type d'installations que je retrouve sur des photos des années 60 - 70...
Manon C
 
Messages: 33
Enregistré le: Lundi 30 Juillet 2018 7:27

Re: Innover ou reproduire

Messagepar okapi » Vendredi 31 Mai 2019 13:53

Manon, l'enclos pour des panthères des neiges que tu idéalises, existe! Il se trouve à Zurich et correspond bien à ce que tu décris.
Pour Mulhouse, même si le nouvel enclos n'a rien à voir avec la fosse bétonnée d'avant, ce n'est pas non plus le plus abouti dont on puisse rêver. Je pense en effet comme Therabu que la nullité de nombreuses installations en France est due à la fois à un manque de moyens, d'imagination et de créativité (qui n'ont rien à voir avec les moyens, au moins dans un premier temps) et de compétences. C'est un cocktail mortel qui paralyse bien des innovations et rend les enclos d'autant moins crédibles lorsque l'on parle d'écosystèmes reconstitués ou de besoins assouvis. Evidemment, tous les parcs ne sont pas égaux et quand on ne dispose que de champs de patates, de terrains sableux plats comme la main ou de prés à vaches, c'est compliqué de loger une famille de gorilles dans un hectare de forêt. Après, il y a la vision du décideur et l'intelligence humaine qui achèvent d'enterrer ou de lancer un concept ou un projet. Zoobeauval considère une prairie comme d'un ennui mortel, sauf pour des herbivores: à cet égard, peut-on considérer Cabarceno comme innovant? Un espace "naturel" de 24 hectares pour des éléphants, même sans aquavision, ça reste pour moi un sacré standard!
Je ne crois pas que l'innovation puisse se mesurer au degré de complexité d'une installation: ce n'est pas innovant d'encombrer un espace avec un assortiment de gadgets pour éviter la neurasthénie des bêtes. C'est un palliatif et un aveu d'impuissance. Il n'est nul besoin d'enrichir la nature et c'est bien cela le problème: nos zoos sont devenus des condensés d'anti-nature. C'est le choix du site qui devrait prévaloir en fonction des animaux prévus et pas simplement l'envie d'ouvrir un zoo pour y aligner des espèces en fonction des attentes du visiteur!
Combien de nos parcs ont une vision anticipatrice? Combien ont lancé des programmes de reboisement, ont capitalisé ou créé des haies pour stimuler la biodiversité sur leur territoire? Combien font le choix de bassins "naturels" en lieu et place de fosses bétonnées? Combien se risquent à créer des zones humides ou marécageuses pour des espèces qui y seraient plus à leur place que sur des pelouses ou des bancs de sable ou de terre? L'innovation, ce serait peut-être la conscience et la raison...
okapi
 
Messages: 11806
Enregistré le: Lundi 02 Juin 2008 19:02


Retourner vers Discussions générales

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron
Tigre en mouvement