Protéger la planète : sauvegarder les ressources ....

Aménagements paysagers en espaces zoologiques

Protéger la planète : sauvegarder les ressources ....

Messagepar nico » Mardi 18 Juillet 2006 13:26

SAUVEGARDER LES RESSOURCES EN EAU DOUCE

Image

A l'aube d'une crise mondiale de pénurie d'eau
Notre planète est unique.
soixante dix pour cent de sa surface est recouverte d'eau , en majorité d'eau salée.
Mais c'est de l'eau douce dont nous avons le plus besoin.
Elle est nécessaire à la vie végétale et animale.
en raison de pollutions diverses et d'une consommation excessive , les ressources mondiales s'amenuisent chaque année.
La pénurie d'eau nous guette.
La vie des animaux des plantes et de six milliards d'hommes pourrait être alors sérieusement menacée dans les vingt années à venir.




Image
Carte des pénuries en eau en 1995 et les prévisions pour 2025


L’eau est une ressource indispensable pour de nombreux usages :
l’agriculture utilise 67 % de l’eau prélevée, contre 23% pour l’industrie et 10% pour les agglomérations et usages domestiques. La part agricole atteint cependant couramment 90% dans les pays en voie de développement contre moins de 40 % dans les pays industrialisés, à l’exception des Etats-Unis, du Canada et de l’Espagne. L’eau est également nécessaire au bon fonctionnement des systèmes écologiques. Chacun de ces usages doit se voir affecter un approvisionnement suffisant.

Or l’approvisionnement en eau sur terre est limité :
il ne peut ni diminuer, ni augmenter, l’eau se trouve donc en constant recyclage. L’eau douce ne représente que 2,5% du stock totald’eau sur la planète (les 97,5 % restant étant salés) : or 2/3 de l’eau douce planétaire est concentrée dans les glaciers et la couverture neigeuse, 1/3 dans les nappes souterraines difficiles d’accès. Il ne reste que 0,3 % de l’eau douce (soit 0,007% de la totalité de l'eau de la planète) dans les rivières, ruisseaux, réservoirs et lacs. Seule cette infime partie est aisément disponible et se renouvelle relativement rapidement : 16 jours en moyenne pour une rivière, 17 ans pour un lac.
Comme l'explique Allerd Stikker, de l'Ecological Management Foundation d'Amsterdam : « Le problème auquel nous faisons face aujourd'hui est que les précipitations continentales constituent la seule source d'eau douce renouvelable (celles-ci génèrent un approvisionnement global plus ou moins constant de 40 000 à 45 000 kilomètre cubes par année), alors que la population mondiale augmente d'environ 85 millions de personnes par année. Il s'ensuit donc que la quantité d'eau douce disponible par tête diminue rapidement » .

Le Programme pour l'environnement des Nations Unies, la Banque mondiale et l'Institut des ressources mondiales, émet un terrible avertissement dans sa publication Ressources mondiales: « La soif du monde deviendra l'une des plus pressantes questions du 21e siècle… Dans certains cas, les quantités d'eau prélevées sont si énormes, relativement à l'approvisionnement, que l'eau de surface diminue rapidement et les réserves souterraines s'épuisent plus rapidement qu'elles ne peuvent être réapprovisionnées par les précipitations. »

L’accroissement démographique rapide, couplée à la fois à l’industrialisation, l’urbanisation, l’intensification agricole et modes de vie de plus en plus consommateurs d’eau est en train d’entraîner une crise mondiale de l’eau : la multiplication des pénuries d'eau due à l'accélération de l'accroissement démographique, de l'urbanisation et de la pauvreté urbaine semble rendre de plus en plus inaccessible l'objectif de l'eau pour tous, en particulier dans les pays en développement, et dans les mégalopoles urbaines.


Image

Risques de disparition d’espèces
La construction de barrages, les déviations de rivières et aménagements lourds des cours d’eau sont à l’origine de modifications drastiques des écosystèmes, et de la disparition d’habitats qui engendrent la disparition des espèces endogènes: le nombre de grands barrages dans le monde est passé de 5 000 en 1950 à plus de 38 000 aujourd'hui, le nombre de voies d'eau modifiées pour faciliter la navigation est passé d'un peu moins de 9 000 à près de 500 000, dans l'hémisphère nord, les trois quarts du débit des principaux fleuves et rivières sont exploités pour fournir de l'électricité à nos villes.
Un exemple : les 900 barrages construits en Europe et en Amérique empêchent un grand nombre de saumons de l'atlantique de revenir frayer en rivière.

Image



Initiatives internationales pour l’eau
Face à cette situation, la communauté internationale n’est pas restée inactive et la gestion de l’eau est une préoccupation constante depuis la conférence de Mar del Plata en 1978 qui avait lancé la décennie internationale de l’eau potable et de l’assainissement.
La conférence de Dublin et le Sommet de la Terre de Rio de 1992 ont rappelé que l’eau ne pouvait pas être considérée comme un bien économique comme un autre, mais aussi comme un bien naturel et culturel et un bien social. Autrement dit, l’eau ne peut être gérée comme un bien marchand car c’est un bien public, un bien collectif et patrimonial.
Malgré ces avancées et une prise de conscience renforcée, le bilan des efforts déployés montrait que le chemin restant à parcourir était très long. A moins d’une inflexion rapide des modes de production et de consommation, cette ressource constituera un frein essentiel pour le développement économique, voire la source de conflits nouveaux et dramatiques.
Depuis Rio en 1992, de nombreuses conférences ont contribué à renforcer la sensibilisation des décideurs et à promouvoir des solutions en faveur d’une gestion durable de cette ressource rare. On peut, en particulier, citer le Forum mondial de Marrakech (1997), la conférence de Paris (1998), le second Forum mondial de La Haye (2000), la conférence de Bonn (décembre 2001) qui a contribué à la préparation de Rio + 10 (septembre 2002) dans le secteur de l’eau et le 3e Forum mondial qui se tiendra à Kyoto en mars 2003.

Image

Image
Photo de secheresse


Comment faire face ?
Mieux gérer la demande d’eau est aujourd’hui une priorité : on estime qu’au moins un tiers de l’eau prélevée dans le monde est gaspillée (fuites dans les réseaux d’approvisionnement, irrigation excessive en agriculture…). Dans son rapport, le PNUE préconise notamment de limiter l’activité agricole dans les pays pauvres en eau, et de promouvoir pour l’exportation d’autres activités moins gourmandes en eau « comme la fabrication de briques ou le textile ».

Autre problème : l’inégalité des pays devant les ressources en eau. Celles-ci varient de moins de 100 m3 à plus d’un million de m3 par personne et par an, selon la région du monde. Des projets de transfert d’eau entre pays existent, notamment entre la France et l’Espagne (par un canal qui apporterait l’eau du Rhône en Catalogne). Mais ces projets se heurtent souvent à des problèmes géopolitiques.

Enfin, les progrès technologiques permettent aujourd’hui de puiser l’eau là où elle est la plus abondante : la mer. Des usines de dessalement transforment l’eau salée en eau douce consommable. C’est le cas par exemple à Malte (où plus de la moitié de l’eau douce provient du dessalement) et dans les pays du Golfe. Mais le dessalement reste une solution très onéreuse.


COMMENT AGIR ?
Vous pouvez vous aussi , économiser l'eau.
Voici quelques suggestions :
-A la maison :
Réparez les robinets qui fuient.
Utilisez l'eau de lavage de la salade pour arroser les plantes.
Prenez une douche au lieu d'un bain.
Nettoyez votre voiture avec un seau d'eau et non un tuyau d'arrosage.
Installez une chasse d'eau à deux réservoirs.

-Dans votre ville :
Adhérez ou créez une association de lutte contre le gaspillage de l'eau.


-Au jardin :
Paillez ou posez des graviers autour des plantes pour garder l'humidité.
Arrosez tôt le matin ou tard le soir pour éviter une évaporation rapide.


Source des textes et photos :
http://www.futura-sciences.com/comprend ... r127-1.php
http://www.cite-sciences.fr/francais/al ... =3&lang=fr
http://www.lac-de-devesset.fr
Plus documentation personel
Avatar de l’utilisateur
nico
 
Messages: 3369
Enregistré le: Vendredi 29 Juillet 2005 12:29
Localisation: indre et loire (chinon)

Retourner vers Et la flore !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tigre en mouvement